REVIEW – Nicky Larson: Private Eyes

J’ai toujours eu une affection particulière pour City Hunter. D’une part car il s’agit d’un des animes iconiques de la génération Club Dorothée dont je fais partie, et d’autre part, c’est le premier manga papier que j’ai acheté, à une époque où l’édition francophone de mangas n’en était qu’à ses balbutiements (et on devait se contenter […]Lire plus