INTERVIEW – Shoko and Jérôme Cosplay

Cela faisait longtemps que la rédaction de My Geek Actu n’avait pas réalisé d’interview ! Pour rattraper le coup, je ne vous présente pas un, mais DEUX cosplayers de talent aux réalisations aussi impressionnantes les unes que les autres.

Un énorme merci à Shoko et Jérôme de répondre à nos questions. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire comment vous avez connu le cosplay ?

Jérôme : Bonjour, je m’appelle Jérôme ! Passionné de jeux vidéo, d’audiolivres et de bricolage, j’aime bien toucher à tout. J’ai connu le cosplay à travers un article paru dans le magazine Animeland. Ça remonte à loin…

Shoko : Alors moi c’est Catherine, et j’ai commencé à faire du cosplay… je ne sais plus pourquoi… *rire* Je suis allée dans un salon et il y avait des « drôles » en costume. J’en ai stoppé un en lui demandant ce que c’était et il m’a répondu que c’était du cosplay et qu’il devait aller du côté de la scène. Je les ai suivis par curiosité. Arrivée sur place, j’ai constaté qu’ils prenaient du plaisir à s’exprimer sur la scène et que c’était divertissant. La convivialité et l’atmosphère m’ont donné envie de le faire également.

Quel a été votre premier cosplay ?

Jérôme : Le premier cosplay que j’ai fait, ce n’est même pas moi qui l’ai porté car je l’ai fait pour mon frère. C’était Fuse de Jin Roh, une espèce d’armure noire et c’était l’anime du moment, d’où le choix de ce cosplay. Le premier que j’ai porté a été Karasu de Yū Yū Hakusho.

Shoko : Pour moi ça a été Yuna alchimiste de Final Fantasy XII.

Qui aura la récompense entre le Hunter et Edgar ? (Monster Hunter)

Le fait que vous ayez une page en commun sur Instagram et Facebook signifie-t-il que vous avez commencé le cosplay ensemble ?

Shoko : On a commencé séparément, chacun de notre côté. On s’est croisé sans le savoir et on s’est revu par la suite où on a découvert que nous nous étions déjà vus. Le fait qu’on ait une page en commun s’est fait par la suite. Jérôme n’est pas trop réseaux sociaux, c’est moi qui montre ce qu’il fait.

Quels univers vous attirent et inspirent le plus ?

Jérôme : Sans hésiter les trucs américains (Les Gardiens de la Galaxie et les figurines type Shai Cho) et un bon design. Au début, c’était un peu les mangas, mais après ça n’a été que du jeu vidéo.

Shoko : Principalement les jeux vidéo et illustrations comme les guerrières de Shuya Yamashita. Niveau design, on a des goûts totalement différents.

Jérôme : Sauf pour Monster Hunter.

Shoko : On aime aussi les mascottes, les armures. En quelque sorte, on se complète. Mais on ne va pas faire un projet si on ne le veut pas.

Wild flower from Shunya Yamashita art book

Sur quel domaine préférez-vous travailler : la couture ou le craft ?

Shoko et Jérôme : LE CRAFT !

Jérôme : Coudre on peut…

Shoko : Mais on se force. Tandis qu’avec le craft, on s’amuse !

Jérôme : J’aime beaucoup travailler la mousse et la fourrure.

Shoko : J’adore peindre, ça me détend. On aimerait faire des costumes avec prothèses, mais c’est tellement cher et nous n’avons pas de place pour entreposer. Mais ça serait des projets tellement ouf !

Comment décidez-vous des cosplays que vous allez faire ?

Shoko : Il faut absolument que j’aime le projet et je vais être motivée. Il me faut également un petit côté challenge. Par exemple, le set Pukei de Monster Hunter a un effet caméléon que je n’ai jamais eu l’occasion de faire et que je veux tester. En terme de peinture, je vais me régaler. Après, j’aime ce qui fait guerrière avec armes (hache, arc, lance, épée, bouclier…). En revanche, je ne me vois pas en princesse avec de grosses robes.

Jérôme : C’est le côté esthétique qui va m’attirer principalement, même si je n’aime pas l’univers mais que le design me plaît, je vais l’ajouter dans mes projets. Je suis attiré par ce qui est musclé, comme Strike de Darksiders. Et il me faut une espèce de défi technique, je peux passer de l’armure en mousse à une mascotte avec fourrure. La mousse, c’est simple et accessible.

Shoko : Quand on fait le calcul, le tissu revient plus cher que de la mousse.

L'étranger - Stranger's wrath

Il ne vaut mieux pas embêter l’Étranger (Stranger’s Wrath)

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans le cosplay ? Le moins ?

Shoko : Ce que j’apprécie le plus, c’est retrouver les gens en convention dans toute la France ou à l’étranger. On a tous des univers différents et c’est ça qui est intéressant. Il y a également le fait de pouvoir échanger avec eux. Il n’y a pas de barrière, personne pour empêcher et on y retrouve plein de corps de métiers différents, il n’y a pas de limite dans la création. Étant de naturel timide, le fait d’être en convention et de discuter avec les personnes, cela estompe ce trait de ma personnalité. Cependant, je n’aime pas les personnes qui comparent et qui t’inventent une vie.

Jérôme : J’aime bien rencontrer les personnes, même si je ne parle pas beaucoup. Dans le cosplay, on fait face à une activité artistique et manuelle, cela nous permet de changer du boulot. Et comme Shoko, je n’aime pas les gens qui font des histoires, car je n’aime pas perdre mon temps. Nous avons horreur de la compétition, car on veut s’amuser dans le cosplay !

Est-ce que vous travaillez dans un milieu artistique ?

Shoko : Pas du tout ! Peut-être un jour, mais nos métiers se situent hors du domaine artistique. Pour l’instant.

Vous avez déjà été jurés pour les concours Cosplay, quels conseils pouvez-vous donner à des cosplayers qui s’inscrivent pour la première fois ?

Jérôme : Surtout bien dormir et ne pas faire de nuit blanche, bien manger et ne pas stresser.

Shoko : Nous parlons en connaissance de cause ! Le jury est bienveillant et compréhensif. Il ne faut pas hésiter à demander un retour de ce dernier et surtout accepter la « critique ». Aussi, il ne faut pas se prendre la tête pour une place…

Jérôme : L’important, c’est le plaisir que l’on prend. Tu fais ça pour toi et pour te faire plaisir.

Un Spirit Fox gracieux

Des conseils à prodiguer pour les futurs cosplayers qui n’osent pas se lancer ?

Shoko : Le côté financier peut être un frein. C’est pour cela qu’il faut profiter du Black Friday ou faire le marché pour les merceries. Il ne faut pas viser un niveau trop haut sinon, on va vite se démoraliser.

Jérôme : Après si tu hésites, autant chercher de vieux tutos pour les astuces pas chères pour tester.
Concernant le passage sur scène, ce qui est bien pour débuter, c’est le catwalk, cela permet de voir ce que c’est que de passer sur scène.

Shoko : Ne pas hésiter à passer avec un ami. En duo, c’est moins stressant que tout seul.

Jérôme : Je dirais également qu’il faut poser des questions à ceux qui sont déjà montés sur scène. Il ne faut pas hésiter à aller voir les invités cosplays pour parler avec eux. Ce qui compte, c’est le partage.

Un Rocket tout mignon, mais bien accompagné (Les Gardiens de la Galaxie)

Quel a été votre cosplay le plus difficile à réaliser, celui sur lequel vous vous êtes arraché les cheveux ?

Jérôme : L’Étranger de Stranger’s Wrath, car c’était ma première sculpture et ma première prothèse. Je me suis découvert un talent.

Shoko et Jérôme : On a mis de la glaise dans la baignoire…
Sinon il y en a eu 2. L’un était un pirate qu’on a fait en 3 mois et qu’on a fini à l’hôtel à 3h du matin. Il y a eu aussi le chat pirate, que j’ai essayé pour la première fois dans les vestiaires. Et ça a été une bonne surprise à ce moment-là.

Jérôme : On a des petites frayeurs de temps en temps, mais c’est du bon stress.

Une charismatique Brunhilde (Zangeki no Reginleiv)

Crédits

Cosplayers : Shoko and Jérôme Cosplay (Facebook / Instagram)

Photographie de couverture : Gabranth / Cecil de Final Fantasy IV

Photographe : Kaicom

Elizabeth Facompré

Jeune femme de 25 ans vivant dans les Hauts-de-France. Mes passions concernent principalement l'écriture, le cosplay, la lecture ainsi que le septième art (films, séries, animés...) Page facebook : Elya Cosplay Instagram : @elyacosplay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :