Predator: Hunting Grounds_20200424144516

TEST – PREDATOR: Hunting Grounds

UNE BONNE IDÉE AU DÉPART MAIS UNE DÉCEPTION À L'ARRIVÉE
2.5

En deux mots :

Partant pourtant d’une bonne idée et d’une bonne volonté, ce nouveau jeu estampillé Predator échoue à convaincre. Techniquement pas au top avec des graphismes moyens et une optimisation branlante, ce jeu souffre d’un équilibrage un poil raté dû à un mode multijoueur qui devrait ressembler à celui d’un jeu plus complet. Un seul mode de jeu pour 40€, c’est quelque peu exagéré.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Disponible depuis le 24 avril sur PC et PS4 et développé par Illfonic, Predator: Hunting Grounds nous promettait un jeu multijoueur qui nous plonge dans l’ambiance de la franchise des films éponymes débutée avec le premier volet en 1987. De ce côté-là, rien à dire. Musique du film, design du Predator… Tout est là. Malheureusement, le titre pèche un peu du côté de la technique et de sa réalisation.
Mais en premier lieu, parlons du concept même du jeu, et de son fonctionnement.

Incarnez un commando ou incarnez le Predator

 Vous avez le choix entre 2 gameplays asymétriques, le commando et le Predator.

Predator: Hunting Grounds_20200428195450

En commando, vous jouez avec un gameplay FPS classique sans ambition, générique et assez rigide.

Predator: Hunting Grounds_20200424152040

Accompagné de 3 coéquipiers, vous arrivez sur la carte pour réaliser une mission banale. Récupérer des artefacts volés, tuer des trafiquants… vous réalisez votre mission et vous appelez l’hélicoptère pour être évacué. Vous affronterez des soldats ennemis générés par une I.A. proche de l’encéphalogramme plat. Seulement, un Predator rode dans la jungle, et vous êtes ses proies ! Et lui, ce n’est pas une I.A. !

En Predator, vous êtes le chasseur.

Predator: Hunting Grounds_20200425223630

Vous jouez, cette fois-ci, à la troisième personne. Vous êtes extrêmement mobile, vous sauter de branche en branche, vous devenez invisible (enfin presque, si vous avez vu un des films, vous savez ce que je veux dire) et vous pouvez repérer votre cible avec une vision infrarouge. Attention, vous avez une jauge d’énergie, et tout cet équipement high-tech en consomme pas mal.

Les missions durent au maximum 15 minutes. Ce qui paraît long, mais en réalité, c’est extrêmement court pour le Predator. Les fenêtres d’action étant rares et les commandos vous repérant assez facilement, au final, vos chances sont minces. Il suffit de tomber sur des joueurs qui ont compris qu’il faut rester groupé pour vous tirer dessus tous en même temps, et ça en est fini de vous.

Sur le papier, c’est beau. Sur le papier seulement…

Predator: Hunting Grounds_20200426102713

Vous débloquez différentes armes, gadgets et atouts en montant de niveau en fin de partie avec l’expérience gagnée. Le matchmaking étant à la ramasse, vous pouvez, sans problème, être un Predator débutant avec ses griffes, et vous retrouver face à des commandos ayant un minigun, grosse arme lourde se débloquant au niveau 68. Niveau que l’on n’atteint pas avant bon nombre d’heures de jeu.

Ajoutez à ça que les commandos peuvent se relever entre eux autant de fois qu’ils le désirent, et trouver des trousses de soin sur la carte s’ils n’en ont plus, et vous comprendrez assez vite que le jeu souffre d’un gros problème d’équilibrage. Même, en achevant un commando (là, il ne peut plus être relevé normalement), il pourra être rappelé par son équipe et ainsi revenir à la vie.

Au final, nous sommes face à un jeu au contenu plus que léger. Il ressemble à un mode multi assez secondaire qu’on aurait rajouté dans un jeu plus consistant. Mais hormis ce que je viens de vous décrire, et un tutoriel vous expliquant comment fonctionne le Predator, il n’y a rien. Une petite campagne solo même courte et convenue aurait pu faire l’affaire. Il est à noter que le jeu est cross plateforme. Mais il a fallu que je le désactive pour voir apparaître un joueur PC dans ma partie… Un comble !

Mon avis

Predator: Hunting Grounds_20200425072639

Predator: Hunting Grounds partait d’une bonne idée, mais peut-être impossible à réaliser correctement. Ces deux gameplays, fondamentalement asymétriques, sont probablement impossibles à équilibrer convenablement, au final. Peut-être avec d’autres modes de jeu ou des parties orchestrées différemment… Qui sait ! Mais une réalisation assez limitée pour une fin de vie de génération, c’est assez dommage. Surtout quand on peut trouver des Free To Play proposant plus de choses de nos jours. À moins d’être un fan hardcore de la franchise, et d’être prêt à fermer les yeux sur les défauts, je ne vous le recommande pas. Le jeu va avoir besoin de sacrés ajouts pour devenir réellement intéressant. À titre comparatif, le mode multijoueur de Batman: Arkham Origins, qui y ressemble un peu, était bien mieux fait et pensé.

Billy-Dubos

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.