REVIEW – My Home Hero

UN GRAND MOMENT DE MANGA
4

En deux mots :

Un thriller attendant uniquement que l’on s’y plonge. A mi chemin entre Shinichi Kudo et Walter White, on ne peut qu’être emportés par les mésaventures de Tetsu Totsu. My Home Hero est de ces mangas dont la dernière page de chaque tome ne laisse place qu’à l’impatience.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

« Jusqu’où iriez-vous pour protéger votre famille » ?

Cette simple phrase fera littéralement vaciller votre morale autant que votre esprit affûté de détective. Disponible depuis janvier 2019 aux éditions Kurokawa en France et toujours en cours de publication au Japon, le manga My Home Hero de Naoki Yamakawa et Masashi Asaki connaît un succès certain dans l’Hexagone, ABSOLUMENT mérité.

Le pitch

My Home Hero nous conte l’histoire de Tetsuo Totsu, salaryman japonais d’une quarantaine d’années, père de famille, peu sûr de lui, dépassé voire même écrasé par la société qui l’entoure. À l’occasion d’un déjeuner avec sa fille, il découvre, horrifié, des bleus sur son visage. Cela le pousse à s’intéresser de plus près à sa relation avec son petit ami, qui se révèle être un jeune Yakuza. Son investigation le mènera jusqu’à l’appartement de sa fille où il surprendra une conversation du jeune garçon planifiant le meurtre de celle-ci. Oubliant toute raison, le père décidera alors de commettre l’irréparable. C’est ainsi que débutera pour lui une réelle plongée dans un monde lui étant, au premier regard, étranger.

Ces lignes peuvent déjà paraître pleines de révélations. Elles ne constituent néanmoins que le point de départ d’un thriller aux rebondissements nombreux et aux messages terriblement actuels ; s’ancrant dans le réel, là où l’on voudrait crier à l’improbable, et même à l’impossible.

Un « super » héros

La force première de My Home Hero réside en son personnage principal, Tetsuo. Ce dernier se retrouve propulsé d’une vie banale et ordinaire à celle de criminel/enquêteur. Contraint d’éloigner les soupçons pesant à son égard, entrera alors en jeu sa passion pour l’écriture de romans policiers. On ne sera jamais surpris de ses connaissances ultra poussées dans le monde du crime, sur lesquelles vont reposer toute la cohérence de l’action, page après page. En tant que lecteur, plus l’histoire avancera, plus on se retrouvera subjugué par la capacité de notre « héros » à si bien s’immerger dans ce monde avec lequel il doit composer.

Des personnages parfaitement liés

Les autres personnages ne seront cependant pas en reste, bénéficiant tous d’une écriture très soignée. Mention spéciale à la femme de Tetsuo ; l’auteur ayant eu l’inspiration de ne jamais la considérer comme un personnage « secondaire », simple mère ou épouse dans le sens traditionnel du terme, mais bel et bien comme un réel partenaire de notre héros. Des parents rivalisant d’ingéniosité afin de préserver le peu d’innocence restant à leur fille. Cette dernière vacillant entre les rôles d’actrice et spectatrice des événements, parsemant l’histoire de réactions toujours naturelles, laissant parfois un sourire, mais dont la force imposera le respect au regard des événements traversés. Seul obstacle à la tranquillité la famille Totsu, le clan de Yakuza, qui n’est autre qu’une grande famille dont l’histoire de certains membres trouvera écho dans la « quête » de notre personnage principal, et notamment l’importance du rôle du père.

my-geek-actu-review-my-hero-home-3

Protéger ou venger ? Un tourbillon d’empathie !

L’ambiance posée, la cohérence solide, l’immersion assurée, le récit aborde avec aisance son thème principal : la famille. Elle incarne la motivation principale de notre protagoniste, nous faisant naturellement pencher de son côté. Le récit saura cependant ne pas être manichéen, et mettra avec brio la motivation de notre héros en balance, ce dernier ayant lui-même tué un « fils », laissant place aux sempiternelles interrogations sur la vengeance, la justice, la vérité ou encore l’honneur. L’écriture faisant mouche, chacun aura l’occasion de développer sa propre vision de ces concepts, et l’on se retrouvera étonnamment pris d’empathie, même pour les plus rebutants.

Mon avis

Je pourrais encore et encore épiloguer, mais le tome 7 est sorti le 13 février dernier, je me dois donc d’abréger pour m’y replonger. De mon point de vue, la lecture de My Home Hero ne peut être que recommandée rien que pour sa façon de jouer avec les codes de la littérature policière. L’histoire est prenante, les personnages bien écrits et le récit ne tombe jamais dans la facilité. Le dessin, juste et précis, rend l’action parfaitement lisible et le découpage très efficace.

 

Publicités

anthonybzdi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :