TEST – Bee Simulator

BZZ BZZ BZZZ BZZZ BZZZ BZZZ
3

En deux mots :

Une expérience éducative sympathique à prendre comme telle. Et non comme un jeu vidéo à part entière…

Sorti le 14 novembre 2019, Bee Simulator est un jeu de simulation vous proposant d’incarner une abeille, développé par Varsav Game Studios et édité par Bigben Interactive. Le jeu est disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, Microsoft Windows. Le jeu est à l’initiative d’un partenariat entre BigBen et la fondation GoodPlanet.

Certains plans sont vraiment sympa

Une réalisation qui fait bzzzz

Techniquement, il faut le dire, le jeu n’est pas dingue. Si certains plans sont nettement plus détaillés que d’autres, il est impossible de ne pas noter une certaine rigidité dans les déplacements. Cependant, avec une abeille qui se déplace aussi vite, il était relativement difficile de faire mieux, le problème donc d’un concept qui lui-même était ténu.

Une grande partie de votre aventure se déroule dans un monde inspiré de Central Park. Les éléments du décor, sans être renversants, sont plutôt bien pensés et m’ont immédiatement rappelé les très bons films d’animation FourmiZ et 1001 Pattes. C’était donc avec une candeur toute particulière, que j’ai retrouvé le monde des insectes et sa démesure. Pourtant, qui dit démesure dit aussi finesse et gros plans. Si lorsque vous jouez à Red Dead Redemption 2, il vous arrivera rarement de zoomer à l’extrême sur une plante pour voir comment celle-ci réagit, il en est autrement lorsque vous voyez cette plante en zoom x20. Ainsi, si l’abeille est plutôt bien modélisée, les environnements sont souvent un peu moins jolis. Il en va d’ailleurs de même pour les humains qui sont tout simplement horriblement dessinés. Rien de bloquant, mais quand on sait quel niveau de détail il est possible d’atteindre, c’est un peu dommage.

Un gameplay limité

Disons-le très simplement, Bee Simulator n’est pas un jeu pour hardcore gamer. C’est un fait. Ainsi, l’expérience se concentre naturellement plus sur l’exploration et sur les affrontements entre abeilles et autres insectes. Ce dernier point permet de varier le gameplay, pourtant – et à raison – assez linéaire. Ainsi, les combats vous proposerons d’appuyer au bout moment sur telle ou telle touche de votre manette pour déclencher une action : une attaque ou une défense.

Parents, rien de bien violent, vous pouvez y aller les yeux fermés ! Avec cette mécanique simplifiée empruntée directement aux plus classiques, type Guitar Hero. Toutefois, si vous avez passé la barre des 14 ans et que vous vous êtes enfin décidé à enlever de la porte de votre chambre votre énorme sens interdit annonçant au monde extérieur votre côté rebelle, alors je vous invite à ne pas vous exciter sur ces affrontements d’une simplicité déconcertante. Encore une fois, le jeu ne vous est pas réellement adressé.

Mais quelle violence !

Soyons sérieux

Avant tout, il est important de rappeler qu’au-delà du statut de jeu d’exploration, d’aventure ou même de simulation, Bee Simulator est surtout un jeu éducatif visant à expliquer aux plus jeunes (mais la leçon est valable pour tous) ce qu’est une abeille. Ainsi, le joueur est invité à découvrir l’organisation très spécifique de la vie en ruche, des différents statuts qui y cohabitent, de leur quotidien, des risques qu’elles doivent prendre, du danger que représente l’Homme, et j’en passe.

De mon point de vue, véritable serious game, Bee Simulator ne se positionne pas vraiment sur le marché comme un jeu vidéo, mais plutôt comme une expérience de découverte, d’apprentissage ludique et emprunte comme canal le jeu vidéo. Ainsi, le format gaming est ici plus un moyen qu’une finalité. En cela, l’expérience réussit ce qu’elle entreprend, car il s’agit d’une expérience très sympathique. Par contre, si l’on devait la juger comme un jeu vidéo – et seulement comme cela – le résultat n’en serait pas très bon.

T’as le look, coco !

Mon avis

S’il est surtout destiné à un public jeune et est porté par sa visée éducative, il faut faire attention à ne pas considérer Bee Simulator comme un jeu d’aventure à part entière, car les joueurs les moins avertis pourraient vite être déçus par l’expérience. Toutefois, Bee Simulator rempli son cahier des charges. J’ai toutefois peur que la cible soit de facto trop limitée. Pour ma part, j’aurai adoré vivre une vraie et vaste aventure concernant une abeille, l’éducation en toile de fond, rythmée, à l’instar de ce que peut proposer Minuscule sur le petit écran.

Publicités

Hadrien JACOBEE

http://hadrienjacobee.com

Sith du web et fier Rédacteur en Chef de My Geek Actu. Passionné par les univers video-ludiques, les comics DC et les mangas. En gros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :