REVIEW – Tant que nous serons ensemble

UNE LECTURE SAVOUREUSE SUR FOND DE POÉSIE
4.5

En deux mots :

Un josei réussi qui conte des histoires bien particulières, ancrées dans la dure réalité. Avec ses dessins raffinés et délicats, c’est un tendre récit que l’auteure narre ici. Une très belle découverte de cet automne !

Tant que nous serons ensemble est un manga écrit et dessiné par Yuki Akaneda, sorti en 2015 au Japon, et en octobre 2019 dans les librairies françaises, aux éditions Akata. L’auteure, aussi connue sous le nom de Yuki Fumino, est réputée pour ses œuvres dans le genre boy’s love, notamment pour la série Hidamari ga Kikoeru. Avec Tant que nous serons ensemble, Yuki Akaneda présente une thématique sensible et pas des plus anodines. Débrief sur un josei des plus déroutants.

Le pitch

Kei et Aki viennent d’emménager dans un nouveau quartier, loin de tous ceux qui les connaissent. Et si tout le monde voit en eux un adorable couple de jeunes mariés, s’ils portent le même nom de famille, c’est pour une toute autre raison… Lui travaille au sein d’une maison d’édition. Elle est puéricultrice au sein d’un jardin d’enfants. Quelles sont les raisons qui ont pu pousser ces deux jeunes adultes au passé vaporeux à vouloir se faire oublier de leurs proches et vivre, dans le plus grand secret, leur amour platonique ?

Un drôle de couple

Dès les premières pages, Tant que nous serons ensemble met le lecteur au cœur du sujet : on y observe un couple quelque peu mystérieux emménager dans leur nouvel appartement. Impossible de ne pas comprendre que les “jeunes mariés” cachent un lourd secret. Et quel secret ! Mais avant que celui-ci ne soit révélé, l’auteure prend plaisir à créer un suspense, en immergeant le lecteur dans le train-train quotidien de Kei et d’Aki. Tous deux forment un couple plutôt mignon et bien assorti. Akira “Aki”, ne se laisse pas marcher dessus, tout en étant plutôt docile et surtout bienveillante. À l’inverse, Kei, lui, est assez maladroit, et porteur d’un important fardeau.

my-geek-actu-(review-(tant que nous serons ensemble)-2

Très vite dans le premier volume, le mystère qui entoure le jeune couple finit par s’éclaircir. En effet, Kei et Aki sont frère et sœur. Ayant grandi ensemble, la relation entre le grand frère irresponsable et la petite sœur aux instincts maternels a fini par dépasser toute affection fraternelle pour se transformer petit à petit, en romance. Au-delà de toute morale et des apparences, Kei et Aki ont choisi de vivre leur amour dans le plus grand secret, loin de leur entourage. Le sujet tabou de l’inceste est abordé avec délicatesse, loin des facilités que l’on peut voir dans certains shōjo. Répertorier le manga en tant que “josei” prend alors tout son sens, puisqu’évoquant un sujet complexe, avec maturité et subtilité.

Des histoires bouleversantes

Le manga dégage une atmosphère simple et mélancolique qui n’est pas sans faire penser à orange, également édité chez Akata en France, avec lequel les similitudes sont nombreuses. Parmi celles-ci, on a le mélange bien ficelé entre moments passés et présents, des coups de crayon fins, aussi bien pour les personnages que pour les paysages, ou encore des scènes puissantes. Dans les deux œuvres, les blessures qui rongent les protagonistes sont dépeintes sans détour, sans oublier les personnages secondaires au fil de l’intrigue. Le chapitre 3 de Tant que nous serons ensemble met en avant Tamaki, la meilleure amie d’Aki, qui cette fois, est reléguée en arrière-plan. Le chapitre traite d’une période douloureuse pour la jeune Tamaki, mais qui est malgré tout soutenue par Aki et son ami d’enfance, son “grand frère”, Makishima. La thématique de la frontière de l’amour fraternel est une nouvelle fois évoquée, toujours avec un soupçon d’amertume et de tendresse.

my-geek-actu-(review-(tant que nous serons ensemble)-3

Tant que nous serons ensemble raconte plusieurs histoires de liens, sortes de fils rouges entre les individus. Les parallèles entre les différentes relations des personnages sont habilement mis en scène, tels que celles entre Kei et Aki, et Aki et le petit Kei. Aki transpose ses souvenirs au présent, communiquant une certaine nostalgie. Sans aucun doute très émouvant, le manga présente une histoire à fois triste et belle, qui ne laisse pas indifférent.

Mon avis

Tant que nous serons ensemble est un manga touchant, qui, tour à tour, m’a donné le sourire, puis les larmes aux yeux. Il s’agit ici d’un très beau josei, aux personnages extrêmement bien travaillés et avec un scénario impeccable, rempli de bons sentiments. J’attends avec impatience la suite, pour découvrir ce qui attend Kei, Aki et Tamaki !

Publicités

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :