TEST – Utawarerumono: ZAN

UN BEAT'EM ALL RETRO INCOMPLET
2.5

En 2 mots :

Utawarerumono ZAN est une expérience destinée aux fans de l’anime et des anciens jeux, désireux de retrouver l’expérience différemment. Si tel n’est pas votre cas, je vous invite à passer votre chemin.

Utawarerumono : ZAN est un jeu vidéo de type action RPG, voire beat’em all, sorti sur PlayStation 4 le 13 septembre 2019, développé et édité par Aquaplus. Composé de 12 personnages, le jeu vous propose de vous lancer dans une histoire on ne peut plus typique du genre. Pour les connaisseurs, il s’agit d’une histoire très proche de celle de Utawarerumono : Mask of Deception, mais traitée de façon plus “bourrine”, résolument axée vers l’action.

Graphismes et contenu

Si la patte rétro, typiquement japonaise, plaira aux habitués du genre, Utawarerumono Zan n’est pas fait pour tout le monde. En effet, si le jeu est techniquement daté, celui-ci n’est pas particulièrement sauvé par son nombre de maps ou même par le soin qui est apporté aux détails de celles-ci. Sans réelle profondeur et sans originalité, les cartes qui composent les missions sont autant originales qu’impressionnantes : c’est-à-dire pas du tout ! Cependant, la direction artistique très colorée et volontairement cartoon pourra tout de même plaire à certains. Pour cause, le jeu reprend les codes du genre sans leur faire honte.

Système de jeu

Le mode Histoire est composé de missions. Certaines missions sont jouables, d’autres sont composées d’écrans de dialogues qui se suivent. Si l’histoire n’est pas inintéressante, les dialogues ne sont pas toujours très agréables à suivre. C’est dommage car il se peut que deux chapitres ne soient composés que de dialogues. Or, il est quelque peu indispensable de suivre lesdits dialogues car vous pourriez, sinon, vous retrouver dans le cas où vous enchaîneriez des missions sans trop comprendre leur sens…

Alors que vous avancez dans le mode Histoire, vous devrez progresser à travers différentes missions. Plus vous avancerez, plus vous gagnerez de membres de jeu. Au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez constituer votre propre équipe (appelée “Unité”) allant jusqu’à 4 personnages que vous pourrez alors choisir de jouer (ou non) durant vos missions. Évidemment, chaque personnage a ses propres compétences, attaques spéciales, etc. Les personnages que vous n’utilisez pas interagissent de manière indépendante. Il est donc crucial de choisir son équipe de façon stratégique.

Le fait qu’un jeu Utawarerumono soit jouable en beat’em all est relativement novateur. D’ailleurs, le mot “zan” veut littéralement dire “couper, tailler dans le tas” en japonais. De fait, la licence de jeux vidéo Utawarerumono est historiquement connue comme des jeux de tactical RPG. De plus, il est important de noter que si à la base, cette série de jeux vidéo provient d’un manga/anime de type visual novel connu sous le nom Le Chant des Rêves en français, et proche du jeu de rôle très kawaii (mignon), à la limite du hentai. Pour le coup, seul l’aspect “mignon” des personnages a ici été conservé.

Un jeu difficile ?

Coups spéciaux en équipe, attaques normales, chaînes : tout est bon à prendre et à utiliser pour gagner. L’idée sera donc de rapidement trouver le combo qui fonctionne et que vous pourrez un maximum utiliser. Alors que le jeu se veut très facile d’accès, il est en réalité particulièrement complexe si on souhaite pousser le scoring au maximum. Typiquement, Utawarerumono Zan fait partie de ces jeux que je considère comme “easy to play, hard to master”. Un bon point donc pour les fans du genre. Cependant, rien ne pousserait vraiment Utawarerumono Zan dans la catégorie des jeux difficiles tant son approche est simple. En soit, il ne faudra donc pas rechercher ici un réel challenge mais plus une adaptation nouvelle du visual novel apprécié des fans.

Utawarerumono: ZAN

Côté contenu ?

Côté contenu, on peut dire que le jeu est light. Si on peut être déçu par le nombre relativement faible des maps, c’est surtout le bestiaire assez pauvre qui m’a marqué. En effet, il s’agit d’un vrai problème dans certains jeux de type beat’em. all, ce qui peut tendre à rendre l’expérience quelque peu redondante et poussive, limitant la rejouabilité.

Côté contenu en ligne, ce n’est pas non plus une vraie surprise. En effet, les fonctions réseau permettent aux joueurs de se retrouver pour jouer en coopération jusqu’à 4. Encore une fois, de ce côté, les modes en ligne ne brillent pas par leur originalité. D’ailleurs, j’ai remarqué que très peu de “salles” étaient disponibles et qu’il n’était pas toujours possible de rejoindre un groupe pour jouer à plusieurs en ligne. Dommage.

Seule petite fonctionnalité appréciable : les stickers. Principal moyen de communication, les stickers peuvent être placés à tout moment pendant les missions. En utilisant le pavé tactile (en glissant vers le haut, le bas, la gauche ou la droite) vous pourrez sélectionner un autocollant qui apparaîtra sur la tête de l’appareil. Si ceux-ci sont censés créer “du fun”, j’imagine que la fonctionnalité doit plus plaire au Japon qu’en France où ce genre de pratique, pourtant potentiellement sympathique, est finalement souvent peu utilisée.

Mon avis

Si vous ne connaissez pas la licence des Utawarerunomo, je vous invite à passer votre chemin car il s’agit ici d’une expérience destinée aux fans de la série, proposant de rejouer une aventure déjà connue, sous un angle différent, plus tourné vers l’action. Si le jeu ne brille à aucun niveau, il réussira tout de même à vous donner l’impression de jouer dans une salle d’arcade tokyoïte. Et ça, c’est déjà pas mal !

Publicités

Hadrien JACOBEE

http://hadrienjacobee.com

Sith du web et fier Rédacteur en Chef de My Geek Actu. Passionné par les univers video-ludiques, les comics DC et les mangas. En gros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :