TEST – The Division 2

UN RETOUR EN FORCE
4.7

Résumé :

Plus beau, plus riche, plus complet, The Division 2 tient toutes ses promesses dans cet opus bourré de nouvelles opportunités et de contenu à découvrir.

Tom Clancy’s The Division 2 est un jeu en ligne en monde ouvert, de type action RPG et looter shooter. Développé par pas moins de 6 studios de chez Ubisoft (Massive Entertainment, Red Storm Entertainment, Ubisoft Reflections, Ubisoft Annecy, Ubisoft Leamington et Ubisoft Sofia), le jeu est sorti le 15 mars 2019.

Le contexte

Sept mois après les événements de The Division, nous sommes appelés à la rescousse afin de libérer la capitale américaine du joug de trois factions qui sèment le chaos et la destruction dans la ville. Finies les escapades dans les rues gelées de New-York, et bonjour aux couleurs estivales des quartiers dévastés de Washington

Si la trame principale reste aussi banale et linéaire qu’une campagne militaire américaine, les studios ont choisi une approche totalement différente pour enrichir son univers. Explorer tous les recoins de la ville à la recherche d’indices ou d’objets liés à l’intrigue devient alors indispensable pour les plus assidus et les plus curieux des joueurs. Cela dit on est très loin de la corvée, car la modélisation à échelle réelle de la ville de Washington est une véritable réussite artistique. L’ambiance post-apocalyptique est parfaitement retranscrite grâce aux environnements et atmosphères extrêmement détaillés de chaque quartier, nous forçant à rester constamment vigilant.

Qui sait ce qui nous attend au bout de cette bouche de métro ?

Le gameplay

Le point fort de la série. Avec de bonnes bases solides, ce deuxième volet n’a pas besoin de réinventer son concept, mais quelques améliorations ont vu le jour pour le plus grand plaisir des vétérans comme des néophytes. On retrouve donc nos précieux gadgets (drones, tourelles, etc…) dans de nouvelles variantes, les systèmes de progression de notre personnage et de notre quartier général (qui n’est autre que la Maison Blanche !) ont été complètement remaniés. Les ennemis, en plus d’avoir une intelligence artificielle plus poussée, ont désormais un système de points faibles et d’armure afin de réduire l’effet “sac à PV”, ce qui rend les phases de combat beaucoup plus tactiques et dynamiques.

Ces petites mines téléguidées vous sauveront plus d’une fois.

Mais la nouveauté majeure de cet opus réside dans la grande diversité de son contenu. Pour avancer dans la trame principale ou annexe, il est nécessaire d’effectuer un certain nombre d’activités diverses et variées, comme capturer des points de contrôle, libérer des otages, arrêter des diffusions de propagande, affronter des patrouilles ennemies, récolter des ressources pour les camps, et j’en passe.

scrn7.png

Côté PvP, un nouveau mode voit le jour, le mode Conflit, un bon vieux 4 contre 4 à l’ancienne où il suffit de canarder son adversaire autour de différents objectifs à accomplir. On évolue également dans non plus une, mais trois Dark Zones entièrement modifiées (des tourelles protègent la zone de “spawn” pour éviter les campeurs). Chaque zone est différente et peut être rejointe par tous types de joueurs, le niveau d’équipement ne pesant que peu sur la balance. Mais pas de panique, pour les hardcore gamers, une des trois zones devient aléatoirement “occupée”, et là, il ne vaut mieux pas être vêtu d’un simple gilet et d’un petit calibre.

Mon avis

Après trois ans de mises à jour et de questionnaires, Ubisoft a su tirer le meilleur tout en écartant le pire de son premier volet, sans proposer de réelles perspectives d’innovation ou de révolution mais sans tomber dans le syndrome du “The Division 1.5”. Avec un contenu particulièrement riche et varié, un gameplay intense et dynamique, une carte magnifique et agréable à explorer, on peut clairement affirmer que The Division 2 est l’un des meilleurs jeux du genre à sortir cette année, un incontournable même.

Publicités

Christophe KIAYILOUCA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :