REVIEW – Noragami: ARAGOTO (saison 2)

UNE SAISON MEILLEURE QUE LA PRÉCÉDENTE !
4.8

En 2 mots :

Noragami est une œuvre excellente qui fait partie de mes classiques. Cette seconde saison se dévore sans aucune modération.

Noragami est un manga qui compte ! Le shônen créé par le duo de mangakas Adachitoka (Alive Last Evolution) a été lancé en 2010 et est disponible depuis 2015 en France, chez Pika. Fort de son succès, le manga a eu droit à son propre spin-off, Noragami – Histoires Errantes, ainsi qu’à un anime de 2 saisons, complété par 4 OAV. Après une première saison, qui a servi de belle introduction à l’univers de Noragami, place à la seconde, sortie en 2015 ! La série est disponible en VOST sur la plateforme française Wakanim.

Le pitch

Pour rappel, Yato est une divinité mineure à qui n’est dédié aucun lieu de culte. Afin de bâtir son propre sanctuaire, il rend service à quiconque lui ferait une offrande de 5 yens pour celui-ci. Hiyori, fille d’une famille respectable, manque de trouver la mort dans un accident de la circulation en tentant de sauver Yato. Mais cette expérience fait d’elle une « Hanyou », une personne qui peut facilement perdre son âme. Vient s’ajouter au duo un garçon nommé Yukine qui peut se transformer en une arme sacrée pour divinités.

Suite aux événements de la première saison, Yato, Yukine et Hiyori sont plus proches que jamais. Mais de nouvelles menaces planent sur eux… Le conflit entre Bishamon et notre dieu en jogging préféré est plus tendu que jamais, et le passé de ce dernier lui revient en pleine face.

Le niveau monte d’un cran

Alors que la saison 1 installait le décor de Noragami ainsi que ses personnages phares, la seconde accélère les choses. L’action est plus que jamais au rendez-vous et les twists s’enchaînent les uns après les autres. Le spectateur rentre directement dans le vif du sujet, avec une première partie dédiée à la déesse de la guerre, Bishamon. Le personnage avait été brièvement présenté lors de la première saison, tandis que dans ce nouveau volet, c’est carrément la moitié de la saison qui lui est consacrée. On découvre ainsi la “jeune” femme sous un autre angle, bien plus fragile et bienveillante qu’elle ne le laisse paraître. Son arc narratif est très bien ficelé, de même qu’extrêmement émouvant. La prévenance de la déesse envers ses shinkis et vice-versa est admirable, mais teintée de leur détresse respective. Ajoutez à cela les intentions malveillantes d’un individu et cela fait exploser les non-dits. En parlant de “méchant”, celui-ci s’avère bien plus intéressant que Rabo, vu dans la saison 1. Son objectif est compréhensible, voire presque touchant. Mais qu’est-ce que Yato a donc à voir avec tout ça ? Je vous laisse le découvrir, mais vous l’avez compris, notre trio est quelque peu en arrière-plan dans cette partie.

La deuxième partie de la saison s’appuie sur l’arc Ebisu du manga. Elle concerne le dieu du même nom, bien plus sombre que ceux qui côtoient Yato. Le monde des Dieux est perturbé par ses agissements ainsi que l’univers de nos trois protagonistes. Le passé de Yato se dévoile petit à petit, et des réponses attendues viennent combler nombre d’interrogations à son sujet. Une chose est sûre : il n’a pas eu une vie facile. Sans compter l’arrivée de nouveaux personnages d’importance et la constante influence de Nora sur Yato.

Les relations, au cœur de cette saison

Dans la continuité de la première saison, Noragami: ARAGOTO offre l’occasion aux spectateurs de découvrir plus en profondeur certains protagonistes, mais pas seulement. Ici, ce sont les liens qui unissent les personnages entre eux qui sont grandement mis en avant. Que ce soit la relation attendrissante entre Bishamon et Kazuma ou celle entre Yato et Nora, on voit la différence de connexion. Une relation s’entretient et repose sur la communication, comme le fait comprendre l’arc de Bishamon. En parlant de liens, il est important de souligner combien la relation entre Yato et Yukine a changé. Le jeune shinki n’a plus rien à voir avec celui qu’il était dans la saison 1 ! On assiste également à des scènes aussi puissantes que chargées d’émotions. Par exemple, la pire crainte de Yato (que je ne dévoilerai pas) est plus que compréhensible : les scènes l’évoquant sont extrêmement intenses.

L’ambiance de cette saison est bien plus mature et grave que la première. Les cliffhangers en fin d’épisodes et les rebondissements sont maîtrisés, donnant envie au spectateur de poursuivre la série. Les combats sont plus tendus, avec une animation plus efficace que jamais. Chapeau bas au studio Bones (Fullmetal Alchemist: Brotherhood, My Hero Academia) ! L’OST, quant à elle, est toujours aussi excellente avec un opening d’une grande qualité et terriblement accrocheur. Si l’intrigue se met en place rapidement dans cette saison, on sent tout de même quelques rush dans la narration, sans pour autant que cela choque vraiment. Dans la deuxième partie de l’anime, l’arc Ebisu paraît précipité par moments et on sent que le manga comporte davantage de contenu qui est le bienvenu. Malgré tout, même si Noragami: ARAGOTO contient moins de scènes légères et humoristiques que la première, les OAV compensent le tout. Chacun d’entre eux est hilarant !

En bref

Cette seconde saison est tout bonnement excellente et même meilleure que la première, c’est dire ! La psychologie des personnages est plus travaillée, certaines scènes marquent un vrai tournant dans le manga. Bref, vous l’aurez saisi : c’est un régal. En attendant une éventuelle saison 3, Noragami continue sur papier !

Publicités

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :