REVIEW – The Scholar Who Walks The Night (drama)

Une série coréenne bien curieuse !

The Scholar Who Walks The Night est un drama sud-coréen sorti en 2015. Réalisée par Lee Seung Joon (The Moon That Embraces The Sun, Empress Ki), la série s’appuie sur le manhwa éponyme créée par le duo de dessinatrices Jo Ju Hee et Han Seung Hee. Disponible sur Netflix, le drama réserve quelques bonnes surprises !

Le pitch

Durant l’ère Joseon en Corée, un complot royal se trame au palais. En effet, Gwi, un puissant vampire, règne sur le Royaume la nuit, et tient dans la paume de sa main le destin du souverain. Kim Seong Yeol, élégant érudit vampire, est à la recherche du secret qui permettra de mettre fin à cette tragédie. Mais c’est sans compter sur sa rencontre avec la téméraire Jo Yang Seon, qui va bouleverser son destin !

Un drama des plus classiques…

Les drames historiques coréens sont connus pour, généralement, être bien menés. Que ce soit au niveau du scénario, des costumes ou de la réalisation, c’est souvent le même schéma qui est repris. Un peu comme dans un shôjo, on a une jeune fille qui tombe amoureuse d’un homme incroyablement beau, tous deux mettent un moment avant de s’en rendre compte pour enfin se l’avouer sans vraiment se le dire, le tout parsemé d’obstacles qui les éloignent et qui, finalement, renforcent leur couple. The Scholar Who Walks The Night n’échappe pas à la règle. Ici, le spectateur rencontre des personnages sympathiques, parfois un peu cliché, mais qui disposent, quand même, d’une certaine profondeur. Pour les incarner, la production a choisi des acteurs reconnus dans le milieu, globalement plutôt bons. Lee Jong-Gi (Moon Lovers: Scarlet Heart Ryeo), habitué aux drames historiques, excelle dans son rôle de l’érudit Kim Seong Yeol tandis que la jeune Lee Yu-Bi (Pinocchio) interprète une Yang Seon convaincante. Le reste du casting est tout aussi correct, malgré certains acteurs parfois dans le surjeu.

Toujours au niveau de la forme du drama, on note une photographie efficace : les paysages filmés sont magnifiques, donnant envie d’aller en Corée du Sud, et certaines scènes très bien réalisées en terme visuel. En revanche, ce n’est pas le cas des combats et des effets spéciaux. On ne va pas se mentir, ils ne sont pas très impressionnants, voire presque cheap. Côté son, on a ici une B.O. assez répétitive mais agréable et parfaitement appropriée à l’ambiance du drama.

… mais sympathique à souhait

Comme je le disais précédemment, The Scholar Who Walks The Night est un drama plutôt classique. Néanmoins, là où il tente de se différencier, c’est sur sa touche fantastique avec la présence de vampires. Le sujet a été repris maintes et maintes fois sans citer des séries de films américaines, mais pourtant ici, cela s’est bien intégré dans le cadre historique comme pour la série Kingdom. Au niveau de l’histoire, on a donc la fameuse romance entre le gentil vampire et la jeune fille courageuse sur fond d’orchestration politique. Le couple (bien qu’un peu trop mis en avant par moments) est crédible et attachant et on sent une bonne alchimie entre les acteurs. L’intrigue de fond est bien amenée : beaucoup de rebondissements, accompagnés de mystères que le spectateur peut se plaire à théoriser.

The Scholar Who Walks The Night, ce n’est pas seulement une histoire d’amour, c’est aussi l’histoire d’une guerre « sanglante » entre deux vieux ennemis. L’antagoniste en question est plutôt charismatique et difficile à vraiment détester. Cela rend ainsi la confrontation entre les deux vampires encore plus riche d’intérêt. Dans le drama, on s’identifie aisément aux personnages. Aussi, vous trouverez des scènes qui vous feront sourire et d’autres bien plus dramatiques. En effet, je me suis surprise à avoir les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Globalement, la série est plutôt réussie. Le gros bémol de celle-ci demeure dans sa longueur. Caractère type des dramas, la série comporte 20 épisodes d’environ 1h chacun. C’est beaucoup, et vers la fin, cela devient presque redondant. Un conseil pour le savourer : évitez de tout binge watcher d’une traite, vous risquez de faire une indigestion.

En bref

Malgré une certaine longueur et quelques incohérences mineures, The Scholar Who Walks The Night est un drama tout à fait correct. L’intrigue principale est bien menée, la romance sympathique et les acteurs crédibles. J’ai passé un bon moment à le regarder. Si vous aimez les drames historiques, je vous conseille Moon Lovers: Scarlet Heart Ryeo, My Only Love Song, ou encore Love in the Moonlight (beaucoup d’amour dans tous ces titres, vous l’aurez noté).

Publicités

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :