Reviews Shojo

REVIEW – Switch Love (tome 1)

Un shôjo bien singulier !

Switch Love, aussi connu sous le nom de Kanojo ni Naru Hi, est un shôjo d’Akane Ogura (Mademoiselle Butterfly, Zettai Heiwa Daisakusen) sorti en 2013 au Japon. Lancé le 13 février 2019 en France par les éditions Delcourt Tonkam, le manga se démarque des shôjos habituels, de par les thèmes qu’il aborde. Un spin-off nommé Kanojo ni Naru Hi – Another a également vu le jour au pays du Soleil-Levant, et reprend le même univers. Mais alors, de quoi s’agit-il ? On vous dit tout.

Le pitch

Dans un monde où le sexe est déterminé par la démographie, Miyoshi et Mamiya sont rivaux et en compétition, pour tout et rien. Mais un jour, après un malaise, Mamiya revient avec de belles courbes féminines et les cheveux longs : il est bel et bien devenu une femme. Miyoshi est troublé. Que va devenir leur relation sachant que Miyoshi a peur des femmes et que Mamiya est devenu une magnifique jeune fille ?

Une histoire de poissons clowns

Ancré dans la thématique gender bender, Switch Love évoque les questions du changement du sexe et de ce que cela engendre, le tout sous la forme d’une comédie romantique. Dès le départ, le manga pose des bases claires et solides sur le cadre de l’histoire. Dans une époque contemporaine semblable à celle d’aujourd’hui, la démographie mondiale s’auto-régule, tel le phénomène naturel qui touche les poissons clowns où certains mâles deviennent femelles. Ici, la transsexualité de Mamiya est judicieusement retranscrite. Le lecteur fait face aux pensées du jeune homme devenu femme ainsi que celles de son entourage. Miyoshi, son meilleur ami, bien que perturbé au début, accepte la situation et se révèle d’une grande aide pour Mamiya.

Les deux personnages principaux sont les seuls présentés et réellement développés dans le manga. Tout d’abord, le lecteur fait la rencontre de Miyoshi, lycéen compétitif, sérieux et qui se méfie grandement des femmes. Si son traumatisme avec la gente féminine n’a pas grand intérêt, le garçon à la personnalité typique d’un héros de nekketsu s’avère plus sensible qu’il n’en a l’air. La retranscription de ses émotions est tout à fait réaliste, et généralement compréhensible. Son meilleur ami, Mamiya, est, à l’origine un garçon parfait en tout point et à qui tout réussi. Suite à son « émergence », son changement de sexe, la désormais jeune femme fait comme si de rien n’était mais est, bien entendu, chamboulée par sa transformation physique et mentale. Découvrir son ressenti est sincèrement touchant.

Un shôjo qui n’en est pas vraiment un

Au-delà du sujet de la transsexualité, c’est celui des premiers émois amoureux et du désir qui est mis en avant dans Switch Love. Depuis leur tendre enfance, Miyoshi et Mamiya ont une relation amicale presque fusionnelle. Avant l’émergence de ce dernier, aucun signe de romance à l’horizon. Cependant, tout change lorsque ça arrive. Mamiya est devenu une belle jeune femme et rapidement, Miyoshi se surprend à considérer son amie de toujours comme un love interest. Il en est de même pour Mamiya mais à un degré différent. Alors que Miyoshi assume ses sentiments avec une grande franchise, son amie les refoule, ne croyant pas en l’amour. Cette différence de traitement est captivante.

Relevant plus du boy’s love que du shôjo, cette œuvre met également en lumière la frontière entre amour et amitié. Le cliché dit qu’il n’y a parfois qu’un pas, et effectivement, c’est le cas ici. Les protagonistes sont davantage bouleversés par leur changement de perception de l’autre que par le changement de sexe de Mamiya. Malgré des maladresses scénaristiques concernant certains moments romantiques, leur relation est bien menée, même si un peu trop rapide à mon goût. Si l’auteur a fait le choix de faire de son histoire une comédie, elle aurait pu devenir une critique sociétale très intéressante, concernant le thème de la transsexualité. Seul réel point négatif : le manque de personnages mis en avant est parfois criant.

En bref

À la fin de ma lecture, j’ai été plutôt surprise par la conclusion du shôjo. En effet, le manga aurait très bien pu se terminer comme ça, tel un one-shot. Mais il s’agit ici d’une série en 4 tomes ! Avec ses graphismes plaisants et soignés, Switch Love est fort sympathique. Les thèmes abordés sont attrayants et les personnages attachants. Qu’attendez-vous pour commencer ?

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.