TEST – A Plague Tale: Innocence

Asobo Studio nous offre un véritable conte gothique d’une intensité rare. A Plague Tale: Innocence est un bijou visuel et narratif !

Sorti le 14 mai sur PC, Xbox One et PS4, A Plague Tale: Innocence est un jeu d’action-aventure-infiltration développé par Asobo Studio et édité par Focus Home Interactive. Le titre, annoncé en 2017, était passé sous mon radar au point où je ne l’ai pas vu arrivé ! Et, face à l’arrivée des trailers et posts qui émergeaient un peu partout avant une sortie imminente, A Plague Tale: Innocence s’est imposé comme une évidence ! Il fallait, sans plus tarder, accorder à ce titre l’attention qu’il méritait.

Le pitch

L’histoire nous plonge dans l’Aquitaine de l’an 1348. Cette période est bien connue des férus d’Histoire pour être, non seulement, l’époque de la guerre de Cent Ans, mais aussi celle de la peste noire, qui frappa l’Europe de 1347 à 1352.

Le jeu débute et place le joueur dans la peau d’Amicia de Rune, une adolescente de noble lignée partie chasser avec son père. Alors qu’ils s’enfoncent dans la forêt pour traquer un sanglier, Amicia perd la trace de son chien. Elle le retrouve quelques minutes plus tard agonisant et rongé par un mal étrange, qui l’engloutira sous terre.

De retour au domaine, un autre mal viendra frapper les De Rune : l’Inquisition, commandée par Nicholas, un chevalier mystérieux et redoutable. L’Inquisition est à la recherche d’Hugo, le jeune frère d’Amicia. Hugo est frappé d’un mal inconnu, et c’est ce que semble rechercher l’Inquisition.

Les deux enfants s’enfuiront avec leur mère pendant que les habitants du village se feront violemment interrogés et abattre.

Un univers enchanteur

A Plague Tale: Innocence pose une trame sombre digne des contes de Grimm. Dès les premières minutes de jeu, le titre happe littéralement au cœur de l’univers. La réalisation façonne ici un véritable bijou visuel à l’ambiance prenante et immersive. Les décors du jeu sont époustouflants et la lumière en fait un hit qui n’a pas à pâlir face aux super productions.

La composition sonore d’Olivier Derivière (bien connu des amateurs de Vampyr, ou plus anciennement Alone in the Dark) ajoute des tonalités tragiques et angoissantes avec des cordes graves, lentement rythmées et stridentes par endroits.

Mais ce beau monde ne pourrait séduire à lui seul, sans une narration de taille. Et là encore, le studio bordelais réussi son pari avec brio !

Un équilibre entre gameplay et narration

Sans dévoiler d’éléments de l’intrigue, la construction narrative est intense et se déroule sans saccade et sans difficulté, grâce à un système de jeu épuré. Asobo Studio a eu ici le souci d’offrir une aventure clés en main, sans avoir à maîtriser un gameplay complexe et ardu qui peut faire défaut à de nombreux jeux d’aventure.

Sur le gameplay, justement, ce dernier fait dans l’efficacité en alternant de façon équilibrée phase d’infiltration et phase d’exploration. Côté ennemis, la difficulté est absente (ce qui se ressent particulièrement au sortir d’un Sekiro…). Et ce n’est pas un mal ! Surtout au vu de l’équipement parcimonieux d’Amicia qui se compose d’une fronde. Car la principale touche bordelaise de A Plague Tale réside dans l’utilisation des rats !

Il faudra aiguiller, avec des sources de lumière, ces rongeurs particulièrement meurtriers afin d’en faire des alliés efficaces. 

Mon avis

Depuis Limbo, que j’avais découvert par hasard, je suis particulièrement sensible aux jeux remplis de poésie. Et le moins que je puisse dire, est que A Plague Tale: Innocence est un véritable conte gothique. Côté visuel, chaque plan est une toile de maître à lui seul. Le titre est immensément beau, magistral, tragique et va au-delà du jeu, car il est littéralement une aventure à vivre. 

Le gameplay est très simple et épuré. Il est une succession de puzzles entrecoupés et l’action n’est présente que lors des combats contre les boss.  Ni trop long, ni trop court (une douzaine d’heures en traînant un peu), A Plague Tale: Innocence est ce genre de jeu qui laisse des souvenirs mémorables ; qui rendent nostalgique de la saison qu’on a joué, une fois l’année écoulée. 

Découvrez-le sans tarder !  Car il est un des meilleurs jeux de l’année 2019 !

Note : 17/20

Les +

  • Un univers immensément beau et vivant

  • Une narration riche

  • Une ambiance marquée à l’identité propre

Les –

  • Un gameplay qui manque de surprise et d’action parfois
Publicités

Cédric PIETIN

One thought on “TEST – A Plague Tale: Innocence”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :