Reviews Séries

REVIEW – Lucifer (saison 4)

Le Diable est enfin de retour !

Depuis le temps qu’on attendait ça ! Fraîchement arrivée sur Netflix le 8 mai dernier pour une quatrième saison, la série Lucifer a bien fait parler d’elle ces derniers mois. En effet, le 11 mai 2018, la FOX annulait le show après 3 saisons. Après des négociations entre la Warner Bros qui détient la série et diverses plateformes de streaming et chaînes de télévision, c’est finalement Netflix qui a récupéré Lucifer. Bien entendu, tout ça, on le doit à l’engouement des Lucifans ainsi qu’au casting qui s’est battu bec et ongles pour que le show soit sauvé. Mission accomplie : le Maître des Enfers is back, le temps de quelques épisodes, et peut-être plus si la série est renouvelée, qui sait ?

En attendant, pour ceux qui n’ont jamais vu Lucifer, je vous donne ici 5 bonnes raisons de passer à l’acte !

! ATTENTION SPOILERS ALERT !

Le pitch

Vous savez qui est Lucifer non ? Eh bien, la série du même nom se concentre sans surprise sur le Diable en personne qui débarque à Los Angeles. Fini l’Enfer, place au soleil californien ! Propriétaire d’une boîte de nuit appelée Lux, Lucifer rencontre la détective Chloe Decker au cours d’une enquête et devient par la suite son binôme. Dès lors, on suit les aventures du Seigneur des Enfers devenu consultant pour la LAPD !

À la fin de la troisième saison, Chloe découvrait enfin le vrai visage de Lucifer. Choquée, elle a disparu pendant un mois. À son retour, elle semble avoir accepté ce fait. Mais pourtant, rien n’est plus comme avant et ça, Lucifer va l’apprendre à ses dépens, d’autant que son ex, Eve, réapparaît elle aussi dans sa vie.

Diablement efficace

Un an après l’annulation de la série par la FOX, Lucifer réapparaît sur les écrans. Après 3 saisons réussies dans l’ensemble, les Lucifans attendaient avec impatience l’arrivée du show sur Netflix. Mais qui dit Netflix, dit format court. En effet, cette quatrième saison est composée de 10 épisodes, loin des 26 de la saison précédente. Mais au final, est-ce vraiment un problème ? Eh bien non, au contraire ! Cette nouvelle fournée d’épisodes permet moins de « remplissage » en terme d’intrigue dû au format télévisuel et offre davantage de rebondissements. Sur ce point, cette saison 4 est clairement une réussite !

En allant sur Netflix, les fans craignaient que la série perde son identité et tout ce qui fait son charme, la plateforme de streaming ayant beaucoup moins de limites que la FOX sur les questions de la nudité, de la violence ou même du tabac et de la drogue. Mais qu’ils se rassurent : les scénaristes du show ont tenu compte de ces nouvelles libertés, tout en respectant l’ADN de Lucifer. Il n y a pas eu d’excès, au contraire, tout a été fait avec (plus ou moins) de subtilité. Par exemple, une partie de l’épisode 6 se déroule dans un camp de nudistes : une superbe occasion de profiter des avantages qu’offre Netflix !

Si cette saison se distingue des précédentes, elle n’en est que meilleure. Suite aux événements du dernier épisode de la saison 3, on se doutait qu’une atmosphère plus sombre, aux traits d’humour moins prononcés qu’auparavant, serait de rigueur. Cela ajoute de la profondeur au show, d’autant que le casting s’y est parfaitement adapté. Si Tom Ellis est toujours aussi excellent dans son rôle du Diable, Lauren German se démarque cette saison avec son interprétation très juste d’une Chloe plus perdue que jamais.

Les personnages mis à l’épreuve

Comme je vous le disais, Chloe a enfin découvert la vérité sur Lucifer. Non sans mal, la détective décide de fuir pour réfléchir sur cette révélation (qui n’en est pas vraiment une puisqu’il lui dit depuis le départ qu’il est le Diable incarné, suffisait de le croire après tout). Tout au long de la saison, on voit l’évolution du personnage qui tente d’accepter les événements, et de les comprendre. Mais elle n’est pas la seule qui doit faire face à une crise existentielle majeure. Après le décès brutal de Charlotte, Dan déverse sa rage sur Lucifer et Ella met sa foi en doute. L’acceptation du deuil et du changement est au cœur même de cette saison. Mais ce n’est pas tout puisqu’Amendadiel est incertain sur son avenir ; Linda, elle, est confrontée à l’inattendu et enfin Maze se montre plus sensible que jamais. Seul point négatif de cette saison : un manque flagrant de Trixie.

Les nouveaux personnages doivent également faire face à des remises en question. Parmi ceux-ci on a Eve, la première pécheresse de l’Humanité. Elle est joviale, extravertie et surtout folle de Lucifer. Le personnage est plutôt bien travaillé et parfaitement incarné par Inbar Lavi (Imposters, Prison Break). Opposée à Chloe, Eve installe un triangle amoureux avec le Seigneur des Enfers. Celui-ci est, au premier abord, excitant mais se révèle rapidement agaçant, le personnage d’Eve manquant parfois de nuances. Question nouvelles têtes, ce n’est pas fini : si on fait connaissance avec l’ange Remiel, sœur de Lucifer et Amendadiel, c’est surtout le nouvel antagoniste qui fait parler de lui. Le père Kinley s’avère être un adversaire prêt à tout pour renvoyer le Diable en Enfer, bouleversant bien sûr le duo Deckerstar. Graham McTavish, connu pour ses interventions dans Outlander et Preacher, exécute très bien le job.

Et Lucifer dans tout ça ?

Oui, et si on parlait un peu du personnage principal, après tout ? Dans cette quatrième saison, Lucifer fait face à un chamboulement émotionnel très important. Il s’en veut terriblement par rapport à Chloe et de manière générale, donne à réfléchir sur la vraie définition de la justice. Il ne sait plus quel est son rôle, et le fait qu’Eve lui rappelle qui il était dans le passé n’aide certainement pas. Lucifer se pose beaucoup de questions sur son identité, tels que son droit à la rédemption, ou encore à changer. Son cœur balance entre le bien et le mal, entre Chloe et Eve, et ainsi au fil des épisodes, le Diable ne cesse d’évoluer et le final explosif en est l’apothéose.

Au niveau du scénario, on a de tout dans cette saison 4. Pleine de rebondissements et de storylines dans l’ensemble bien ficelées, l’intrigue est réussie. Les enquêtes demeurent un point fort de la série, qui sont toujours originales dans leur mise en scène. Le fait que Lucifer ait gagné en profondeur est un gros plus et ajoute de l’intensité aux scènes. Même si on rigole moins, on ne s’ennuie pas. Malgré tout, quelques scènes prévisibles sont présentes, qu’on voit vraiment arriver de loin, mais ça reste minime comparé à la qualité narrative globale de la série. À noter également dans cette saison : un zoom sur des problèmes sociétaux comme la place de la femme, le racisme ou encore la brutalité policière. Et ça, c’est bien joué.

En bref

Après avoir fini cette quatrième saison, une chose est sûre : les personnages me manquent déjà. Très bon crû à mon sens, j’ai pris un grand plaisir à regarder ces 10 nouveaux épisodes. Comme le personnage, la série renaît de ses cendres et ce, pour le meilleur. Netflix a donné un coup de fouet au show, qui le lui rend bien. Avec ce final de haute volée, je n’ai qu’une hâte : binge-watcher au plus vite la prochaine saison !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s