Animes Manga Reviews Shojo

REVIEW – Libra of Nil Admirari (anime)

« L’homme est voué à être balloté par le destin et à décliner avec le temps »

Libra of Nil Admirari est, à l’origine, un visual novel sous la forme d’un otome game. Pour rappel, un otome game est un jeu vidéo sur console ou téléphone, mettant en scène une héroïne entourée de beaux garçons. Le but est ainsi de mettre en place une romance entre elle et l’un de ses prétendants, selon le choix du joueur, bien sûr. Libra of Nil Admirari est disponible sur PlayStation Vita et sur Switch, au Japon. Le jeu a eu droit à une adaptation anime de 12 épisodes, diffusée sur Crunchyroll en voix originale sous-titrée.

Le pitch

Dans un Japon alternatif du début du XXe siècle, Tsugumi Kuze, fille de l’aristocratie, accepte un mariage arrangé pour sauver sa famille du déclin. Mais avant qu’elle ne s’acquitte de ce devoir, un tragique événement touche son jeune frère. Elle met la main sur un mystérieux livre capable d’influencer celui qui le lit. Tsugumi se trouve alors confrontée aux investigations d’un bureau impérial secret chargé de préserver ces ouvrages et leur pouvoir. Malgré sa méfiance, elle accepte de collaborer avec eux…

Évidemment que les clichés sont là

D’habitude, j’ai du mal avec les animes issus d’otome game. On y rencontre un harem inversé constitué d’une héroïne mièvre et un peu longue à la détente, entourée de jeunes hommes très séduisants et prêts à tout pour la conquérir. En général, le scénario ne change pas vraiment et consiste à ce que chaque épisode ou presque, soit dédié à un prétendant qui ruse de tout son charme pour faire sienne l’élue de son cœur. Bon ça, c’est une généralité, mais on trouve aussi des exceptions dans ces animes de romance. C’est le cas de Libra of Nil Admirari, même si certains stéréotypes sont là. Je parle notamment de l’opening 100% cliché, qui n’est en rien en cohérence avec l’anime.

NON.

Dans cette série, le spectateur fait la connaissance de Tsugumi Kuze, jeune fille issue d’une famille bourgeoise et respectable. Quand son quotidien est bouleversé par les Hiboux, le bureau impérial secret évoqué dans le pitch, elle ne réagit pas comme on s’y attend et se montre plutôt raisonnable, et globalement sensée. Après, évidemment, elle a un pouvoir spécial qui la rend indispensable à l’équipe, mais passons. Le harem est également intéressant et chacun d’eux est assez développé, malgré le fait que l’anime ne soit constitué que de 12 épisodes. L’histoire propose également des personnages extérieurs aux Hiboux et aux Corbeaux, les méchants, et relève de la bonne idée scénaristique. Petit bémol dans ce cadre-là, la présence complètement inutile de la mascotte de l’équipe, Puri, qui est la définition même du fan service.

Une agréable surprise

Malgré certaines facilités scénaristiques, les intrigues de Libra of Nil Admirari tiennent la route. Le concept des livres maudits est bien trouvé et, surtout, développé. C’est l’histoire d’une véritable enquête, plutôt prenante dans laquelle on ajoute, généralement avec subtilité, quelques moments de romance. On a des twists exécutés correctement dans l’ensemble, mais aussi des sujets difficiles tels que le viol ou le suicide qui sont évoqués. Cela m’a beaucoup étonnée de la part d’un anime de ce genre, et cela souligne son envie d’être pris au sérieux. Figure également dans Libra of Nil Admirari, la question de l’indépendance de la femme, notamment via le travail. Si ce n’est abordé en profondeur, le sujet revient de manière récurrente.

Au niveau de la forme, le show est plutôt réussi. Si, au début, j’avais du mal avec les graphismes, il faut reconnaître qu’ils sont tout de même de bonne facture. Qui plus est, le cadre de l’histoire, réalité alternative de l’ère Taisho, est sympathique et assez rafraîchissant. Côté son, je parlais tout à l’heure de son opening kitch et facilement détestable. En contrepartie, l’ending est nettement meilleur et l’OST globale bien ancrée dans l’ambiance de l’anime.

En bref

Libra of Nil Admirari est un anime tout à fait correct, mais pas inoubliable. J’ai passé un bon moment devant chaque épisode, et j’avoue que je ne m’attendais pas à être aussi agréablement surprise. Dans le domaine des adaptations d’otome game, c’est clairement une réussite, malgré ses quelques défauts. Le dernier épisode suggère la possibilité d’une seconde saison. Si tel est le cas, je la regarderai avec plaisir !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s