REVIEW – Avengers: Endgame

Avengers, assemble !

Ça y est, Avengers: Endgame AKA le dernier opus d’une des plus grandes saga de super-héros est (enfin) arrivé, après à peu près un an d’attente. Chauds comme la braise et impatients comme des enfants la veille de Noël, nous sommes allés voir cette ultime production des frères Russo avec une question en tête : comment les Avengers parviendront-ils à ramener leurs copains… Décryptage avec SPOILERS, attention !

Le pitch

Inutile de vous rappeler ce qui a sûrement le plus traumatisé les fans de Marvel en 2018 : Thanos claque des doigts à la fin d’Infinity War, la moitié de la population se fait désintégrer et seuls les Avengers “first gen” restent pour pleurer leurs confrères évaporés. Alors évidemment, à la fin de cet opus, les questions ont fusé : où sont-ils ? Sont-ils vraiment morts ? Comment vont-ils revenir ? Est-ce vraiment malin de tuer les personnages alors qu’on sait que des seconds volets de leurs films sont annoncés… Du coup, spoilers alert pour la suite, ils reviennent, é-vi-dem-ment ! Et finalement, plus ou moins de la manière dont on l’avait imaginée, à savoir en remontant dans le temps avant que Thanos ne détruise toutes les pierres, pour les collecter à leur tour et claquer des doigts pour faire revenir tout le monde. Mais heureusement, ça n’est pas si simple.

avengers-endgame-review-my-geek-actu-3

Les personnages

On retrouve comme à leurs premières apparitions, la core team des Avengers : Iron Man, Black Widow, Captain America, Hulk, War Machine, Hawkeye plus quelques petits nouveaux comme Ant-Man et Nébula. Évidemment, puisque nos héros en combinaison blanche moulante retournent dans le passé pour récupérer les pierres, ils font face à tous les autres personnages du MCU qu’on a pu croiser au détour d’un blockbuster. L’Ancien, Loki, Peggy Carter, Howard Stark, Hank Pym, Jane Foster, Frigga, Alexander Pierce, et j’en passe. Là où dans le premier opus, la dimension chorale était obtenue grâce au combat contre un ennemi commun, ici, c’est grâce au retour dans le passé des précédents films que le casting s’alourdit. Et c’est agréable.

avengers-endgame-review-my-geek-actu-5.jpg

Je me permettrai un petit focus sur Thor. Le pauvre Asgardien, démolit par son échec dans le sauvetage de 50 % de l’Humanité se retire dans un petit village de pêcheurs (on serait à 2 doigts et à 20 kg d’Aquaman) où il consomme paisiblement une quantité de houblons assez astronomique. Sauf que voilà, la dépression entraîne la picole qui entraîne la bedaine, et là, Disney ne l’a pas raté. Ok, il est gros. Mais il aurait pu être gros et badass, gros et cool, gros et courageux… gros et super-héros en somme. Là, il est gros, il est alcoolo, il chouine, il se défile de temps à autre, il n’a aucune volonté… Bref, il craint ! Là où certains ont vu que Disney se positionnait clairement en tant qu’adversaire de la grossophobie puisque la marque dépeint le dieu de la foudre avec un bon embonpoint, moi, j’y vois un personnage raillé par la franchise, à qui on lance des piques genre “mange de la salade”, “c’est de la mayonnaise qui coule dans tes veines”, et sur qui on passe son temps à faire des blagues lourdes. Le personnage n’a pas du tout été respecté, d’ailleurs même son marteau est soulevé par un autre… Ils l’ont souillé, et c’est dommage. Entre ça et le concours de la plus grosse entre Thor et Peter Quill, parfois ça tourne au ridicule.

avengers-endgame-review-my-geek-actu-8
Ce n’est pas le Hulk du film 😉

Et Hulk, on en parle ? Où est passé le scientifique mal dans sa peau, timide ? Il s’est tout simplement fait mangé par Mickaël Vendetta et se trouve uber cool. Après réflexion, cela est peut-être une volonté des frères Russo de lui donner le rôle de faire-valoir de Stark, dont la mort n’en est que plus tragique pour l’Humanité.

Les tableaux

Heureusement, on ne fait pas 3 heures sur les bourrelets de Thor ! Visuellement, Avengers: Endgame nous offre du vrai grand spectacle ! Tout d’abord, retourner à des scènes qui nous semblaient assez anecdotiques dans les films du MCU est un réel plaisir. Je ne suis pas allée vérifié si celles-ci étaient retranscrites à l’identique (dailleurs, la scène de l’ascenseur fait référence au fight dans Captain America: The Winter Soldier et non pas Avengers) mais ça m’a tout de même procuré un petit frisson à chaque fois. Mention spéciale pour l’Ancien qui comprend d’ailleurs qu’il faut donner la pierre à Hulk, et qui ne lui met pas une raclée comme je m’y attendais.

Outre les retours dans le passé, les environnements du présent sont assez fous. La scène d’ouverture avec Tony Stark et Nébula dans leur vaisseau nous offre une vue magnifique sur l’espace, et ses méandres les plus angoissants. Vormir est toujours aussi belle et surtout, surtout, le lieu de la bataille finale entre Thanos et les Avengers est à tomber. Presque (j’ai dit presque) digne de la bataille de Minas Tirith, le combat nous plonge dans un lieu que plus personne ne reconnaît, apocalyptique au déroulement épique et jouissif. Ce combat restera d’ailleurs dans mes souvenirs les plus fous des films de super-héros !

avengers-endgame-review-my-geek-actu-4.jpg

On avait eu l’habitude des beaux paysages avec les films de James Gunn des Gardiens de la Galaxie, mais c’est la première fois qu’un Avengers s’impose autant dans un univers graphique si nébuleux et si fort à la fois.

La fin des Avengers

Impossible de ne pas voir cet ultime volet de la saga des Avengers, croyez-le bien. Impossible d’ailleurs de rester de marbre à la sortie de la salle de cinéma : ils ont tout de même tué Tony Stark ! Notre père à tous, la progéniture de celui à l’origine de tous les problèmes desquelles nous sommes témoins depuis maintenant 11 ans. Et finalement, ne nous attendons-nous pas à sa mort dès le début ? Si on y réfléchit, on ouvre le film avec lui en bien mauvaise posture, on découvre ensuite qu’il a une fille (le seul personnage à avoir développé une vie de famille après le drame), on le suit durant ses recherches pour finalement s’exciter parce qu’il a trouvé comment retourner dans le passé, on assiste à sa promesse avec Captain America sur “je rentrerai chez moi, quoi qu’il en coûte car j’ai bien trop à perdre”, ouais c’était couru d’avance. Moins 1 dans l’équipe. Moins 2 d’ailleurs, car Black Widow s’est héroïquement sacrifiée. Moins 3 puisque Captain America rend son bouclier et tend le flambeau à son ami Sam. Moins 4 puisque Thor lâche son trône à Valkyrie lors d’une poignée de main surzoomée sur sa bedaine et part avec les Gardiens.

avengers-endgame-review-my-geek-actu-2

Oui, c’est la fin des Avengers, et il le fallait. Un peu de sang neuf, de nouveaux héros à découvrir, de nouvelles psychologies à creuser, une nouvelle équipe, et donc de nouveaux arcs à adapter en films pour continuer à se faire plein de thuuuuuuuuunes ! Pardon, je m’égare, mais c’est vrai qu’en rachetant Marvel, Disney a clairement senti le bon fumet de l’oseille et ne compte pas lâcher l’affaire de sitôt. Comme on les comprend.

En bref

Si vous ne l’avez pas vu, allez-y (même si, après avoir lu cette review, vous êtes bien spoilé). N’en restez pas à la bande-annonce qui est extrêmement bien montée, et qui ne nous tease que le début du film. N’en restez pas aux critiques dithyrambiques qui disent que c’est une claque (non pas vraiment, c’est très cool mais ce n’est pas non plus une claque). N’en restez pas non plus à ceux qui vous ont spoilé qu’Iron Man mourrait dans un commentaire de rageux sur Facebook, faites-vous votre avis ! Objectivement : il n’est pas parfait du tout mais c’est un bon film. Subjectivement : il est très cool et fait plaisir aux fans (ce qui n’est pas du tout une honte) en les remerciant de ces 11 ans passés aux côtés de ces personnages qui ont permis de démocratiser la culture geek .

null

Avengers: Endgame envoie du lourd, du très lourd ! Alors certes, il y a certaines facilités voire incohérences scénaristiques, certes certains personnages sont mal traités, certes il y a une scène bien nulle avec toutes les nanas qui marchent cheveux aux vents comme dans une pub L’Oréal mais aussi comme dans un spot Redbull, car en fait elles sont quand même badass, certes on pouvait le voir venir, etc. Mais il n’empêche que c’est du grand spectacle ! De l’épique, des ambiances à couper le souffle, un casting XXL, bref, tous les ingrédients sont réunis et le soufflé du blockbuster ne retombe pas ! Une fin de saga qui pose ses couilles (qui lui servent de menton) sur la table, et on aime !

Publicités

Emilie BOISBOUVIER

Jeune padawan de l'univers geek | In fond of the Punisher & Death Note | Make gif not war.

2 thoughts on “REVIEW – Avengers: Endgame”

  1. Bonne critique avec laquelle je suis d’accord. Vraiment pas le meilleur avengers mais indispensable tout de même. Je m’interroge bcp sur certains choix scénaristiques de la même équipe qui est monté si haut sur infinity war… avec une hypothese: est-ce que la fin d’infinity n’est pas la vraie fin director’s cut du mcu?…

    1. Merci pour ton commentaire (:
      Effectivement le film malgré ses défauts reste incontournable. Hâte de voir comment les prochains films du MCU vont se dérouler !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :