Films Reviews

REVIEW – L’Histoire sans fin


L’Histoire sans fin est aux années 80 ce que Le Seigneur des anneaux est aux années 2000 : l’épopée de sa décennie !

L’Histoire sans fin est un film germano-américain réalisé par Wolfgang Petersen et sorti en salle le 21 novembre 1984, en France. Le film reprend la première moitié du roman de Michael Ende, sorti 5 années plus tôt et qui reste un classique du genre fantastique pour la jeunesse.

Le pitch

Bastien Balthazar Bucks (Barret Oliver) est un jeune garçon un peu trop rêveur, qui aime flâner avec ses livres. Alors qu’il se rendra à l’école, il se fera chaparder par d’autres élèves et ira se réfugier dans une ancienne librairie. Il y fera la rencontre de Monsieur Korenander, le libraire.

Bastien sera particulièrement intrigué par le livre qu’était en train de lire Monsieur Koreander, avant qu’il n’entre dans sa boutique. Il lui expliquera que ce livre est différent des autres. Car, à l’inverse des autres, il serait impossible de sortir de l’histoire qu’il raconte.

Il ne faudra pas longtemps à Bastien pour dérober ce livre mystérieux pendant que le libraire (pour le coup malchanceux) répondra au téléphone. Le jeune garçon ira sans plus tarder dans le grenier de son école, afin de voir si les dires du libraire étaient vrais.

Ce livre raconte l’histoire de Fantasia. Un monde fantastique frappé par un mal étrange et soudain, que tous appellent : le Néant. D’un bout à l’autre de Fantasia, des émissaires sont envoyés à la Tour d’Ivoire, où siège l’Impératrice de Fantasia. À la cour, tous pensent que le mal qui frappe Fantasia est lié à la maladie qui touche l’Impératrice. 

Et tous attendent alors Atreyu (Noah Hathaway), le plus grand guerrier de ce monde qui a été mandé par les dignitaires de Fantasia afin de partir en quête d’un remède pour la souveraine.

Alors que tous s’attendaient à voir débarquer un guerrier aux allures d’Aragorn ou de Jon Snow, ils seront surpris de voir un jeune garçon se présenter à la Tour d’Ivoire. Il acceptera la lourde tâche de sauver l’Impératrice et partira en quête de ce remède au galop, sur son fidèle cheval, Artax

Les personnages 

À l’inverse du livre de Michael Ende, peu de personnages ont vu leur histoire être poussée dans cette adaptation.

Bastien Bucks

Bastien vit seul avec son père depuis la mort de sa mère. Il passe son temps à se réfugier dans les livres et les histoires fantastiques, tout en se tenant à l’écart du moindre tumulte de la vie réelle. 

Il est un garçon très dissipé en classe, ce qui lui vaut les reproches récurrents de son père avec qui il a énormément de mal à communiquer. Une chose est sûre, Bastien ne se sent vivant qu’à travers les histoires dans lesquelles il se plonge. Et, nul doute que celle de L’Histoire sans fin sera une des plus palpitantes qu’il lui sera donné de vivre. 

Atreyu

Atreyu est un guerrier solitaire qui chasse le buffle pourpre dans les plaines de Fantasia. Ses exploits sont relatés dans tout l’Empire, au point où il a été pressenti comme étant le seul capable de sauver l’Impératrice. Atreyu ressemble beaucoup à Bastien, par son entêtement et sa témérité. À ceci près que Bastien fuit face au danger alors qu’Atreyu l’affronte avec un courage qui, dans certaines situations, pourrait être inconsidéré. 

Falkor 

Falkor est un dragon porte-bonheur venu sauver Atreyu alors qu’il était en train de sombrer dans les marais de la mélancolie. Totalement seul et désespéré par la mort de son cheval Artax, Atreyu était livré à lui-même et avait perdu tout espoir dans ces marais qui engloutissent littéralement ceux qui sombrent dans la tristesse. Falkor est très sage tout en sachant être particulièrement farceur. Il fera tout pour qu’Atreyu puisse accomplir sa quête, bravant ensemble d’innombrables dangers.  

Mork

Mork est un ours gigantesque avec de grands yeux d’un vert flamboyant. Il a été envoyé par le Néant afin d’empêcher Atreyu d’accomplir sa mission. Il a d’ailleurs failli rattraper Atreyu lorsqu’il commençait à sombrer dans les marécages de la mélancolie. Falkor le sauva de justesse des griffes de Mork. D’ailleurs, Mork apparaît comme étant l’extrême opposé d’Atreyu. Il est le dernier espoir du mal à l’heure où Atreyu est le dernier rempart du bien.

Un univers version Lite

Le monde de L’Histoire sans fin n’est pas particulièrement étoffé, car le film suit la quête d’Atreyu et la menace du Néant. Pourtant, Fantasia reste unique et mystérieuse. Chaque détail du film soulève des questions sur les races de ce monde, les cultures et coutumes des habitants de Fantasia ou encore des lieux que cette contrée recèle.

Alors, bien sûr, le livre de Michael Ende donne immensément plus de détails et offre beaucoup plus de richesse à l’aventure. Mais la recette légère fonctionne à merveille ! Même si l’adaptation est loin d’être fidèle au livre, surtout en ce qui concerne les personnages.

Voici d’ailleurs ce à quoi devait ressembler Atreyu si le film avait été fidèle au livre…
Certains artistes offrent une vision plus précise de ce qu’aurait été Atreyu si le film avait collé parfaitement au livre.

La musique pose une trame intrigante teintée de féérie et d’héroïsme. Du côté des personnages ; et bien qu’il y en ait peu pour un univers fantasy digne de ce nom ; ces derniers ont le mérite d’avoir des personnalités très prononcées et attachantes.Voir, pour le cas de Mork, terrifiante ! Et bien que je sois un grand garçon aujourd’hui, je dois bien reconnaître qu’à l’époque, cette bête me donnait froid dans le dos !

L’aventure fantastique des 80’s

Il est vrai que, 35 ans plus tard, nous avons vu défiler sur nos écrans des univers inimaginables. Du Seigneur des anneaux à Harry Potter en passant par Avatar ou les Avengers, nos pupilles se sont habituées à l’extraordinaire. Mais pour l’époque, et avec un budget de 27 millions de dollars (à titre de comparaison, le budget du dernier opus de la trilogie du Hobbit était dix fois plus élevé, soit : 250 millions de dollars), L’Histoire sans fin était une des références du genre.


Aujourd’hui, bien sûr, les effets spéciaux ont pris un sérieux coup de vieux. Mais la magie est toujours présente pour les nostalgiques de cette époque. Et, même si l’adaptation n’est pas toujours fidèle au livre original (avec un Atreyu à la peau verte…), le cocktail est particulièrement réussi et conserve cette âme que savent avoir les films de cette génération.

Mon avis

Pour ceux qui, comme moi, ont grandi dans les années 1980, L’Histoire sans fin restera le berceau de nos influences fantastiques. Et, même après tout ce temps, je peine à me détacher de ce type de souvenirs. À l’époque, chaque film de cette trempe était unique, et l’on pouvait le visionner des dizaines de fois en VHS, avant de devoir le rapporter au vidéo club du coin. L’industrie cinématographique a foncièrement évolué depuis et les films s’enchaînent avec pour seul souci d’en mettre plein la vue. Et ils le font avec panache ! Mais ils peinent trop souvent à dépasser le stade du divertissement passager, lorsque l’on espère des films inoubliables. Et L’Histoire sans fin, en dépit de son époque ou de son budget, gagne une place de choix dans le panthéon de ces films qui ont forgé notre enfance.

Aujourd’hui, les acteurs de l’époque ont bien vieilli, de façon même surprenante, pour certains.

D’ailleurs, ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu L’Histoire sans fin lorsque ce film était dans la fleur de l’âge pourront se rattraper sur le remake qui est en chantier depuis… 10 ans ! En 2009, les studios de production The Kennedy  & Marshall Co ainsi que Appian Way (société de production de Leonardo Di Caprio) ont acquis les droits d’auteur après de longues négociations avec la Warner. Aucune date n’a cependant été annoncée et rien n’a filtré sur l’avancée du remake (qui a pu tout simplement tomber à l’eau).

En attendant, il n’est pas trop tard pour découvrir ou redécouvrir ce chef-d’œuvre. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s