Films Reviews

REVIEW – Kin : Le Commencement

Lorsque j’ai vu l’affiche de Kin, je m’attendais à un film de science-fiction particulièrement badass.

Et après avoir eu les chiffres des entrées au cinéma le premier jour de la sortie du film (50.420 entrées dans 394 salles), je me suis dis que je n’ai pas été le seul à me laisser bercer par ces néons bleus. J’avais même projeté d’aller le voir moi aussi au cinéma, ce qui est une chose extrêmement rare. Plus encore lorsque j’ai lu que le film était co-financé par Shawn Levy, producteur de l’incontournable Stranger Things. Sans parler du trailer qui laissait présager de belles scènes d’action :

Réalisé par Josh et Jonathan Baker, Kin – Le commencement est une adaptation version longue de leur court-métrage Bag Man sorti en 2014. Les frères Baker ont laissé le soin à Daniel Casey (Fast & Furious) de concevoir le scénario afin de l’adapter au cinéma.

Bag Man est un film d’une quinzaine de minutes qui met en scène un jeune garçon doté d’un fusil technologique détonnant, qu’il n’hésitera pas à utiliser sur des malfrats. Le film n’a ni vrai début, ni fin. Une chose est sûre, Kin promettait quelques surprises, mais pas forcément bonnes.

kin-review-my-geek-actu-holo
Équipés d’objet qui ne sont pas sans rappeler les « Spectres » du jeu vidéo Destiny, ces mystérieux hommes masqués traquent le héros sans relâche. 

Sur le casting ?

La distribution de Kin regroupe des habitués des films geek, parmi lesquels Jack Reynor que l’on a pu voir dans Transformers : l’âge de l’extinction. Également de la partie, Zoë Kravitz qui, au-delà d’être la fille du célèbre chanteur, reste une actrice à la filmographie particulièrement axée sur les films fantastiques (X-Men, Divergente, Mad Max, After Earth, Les Animaux fantastiques, etc). Sans oublier le facétieux James Franco (Spider-Man, La Planète des Singes). Les pièces du puzzle étant en place, qu’en est-il du scénario?

Kin, qu’est-ce que c’est ?

Kin – Le Commencement raconte l’histoire d’Elijah (interprété par Myles Truitt), un garçon de 14 ans adopté par Hal (Denis Quaid) qui semble aimer les enfants à problèmes. D’ailleurs, Elijah aura le plaisir de retrouver son frère, Jimmy (Jack Reynor), fraîchement sorti de prison et qui aurait dû y réfléchir à deux fois avant de faire affaire avec un James Franco particulièrement rancunier qui traquera les héros tout au long du film.

kin-review-my-geek-actu-photo.jpg

Un début de film prometteur, mais…

Côté ambiance, la fameuse affiche de Kin semble sortie de nulle part car aucune trace de science-fiction ou de tonalité fantastique. Aucune, si ce n’est la présence d’un fusil particulièrement high-tech qui aurait rendu jaloux les inconditionnels de Halo. Mais pas que ! Car de mystérieux hommes masqués et dotés d’une technologie particulièrement avancée suivent ce fusil à la trace.

kin-review-my-geek-actu-arme.jpg
Le fusil d’Elijah est une merveille de technologie mais ne permet pas, à lui seul, de donner un ton de science-fiction à l’intrigue. 

Globalement, Kin déçoit sur toute la longueur du film. J’ai d’ailleurs dû m’y reprendre à 5 fois avant de le terminer sans décrocher. Et, bien que cela m’arrive souvent, c’en était trop pour un film qui avançait autant de promesses. L’action est plate comme un trottoir de rue et prévisible. L’univers est dénué de profondeur, de révélations, d’intensité. La B.O (composée par le groupe écossais Mogwai) est inexistante. Autant de lacunes qui auraient pu faire de Kin un énième navet annoncé comme un hit. C’est la raison pour laquelle la critique n’a pas pris de gants pour descendre en flamme ce premier opus.

Sauf que…

Oui ! Car, heureusement, il y a un mais. La fin du film fait place à un rebondissement détonnant avec l’apparition de Michael B. Jordan dans le rôle du frère biologique d’Elijah, qui lui annoncera que lui aussi vient d’un autre monde. Finalement, le titre Kin – Le commencement, était à prendre au premier degré car le film entier n’est que l’introduction d’un univers beaucoup plus riche qui reste à découvrir, et dont on ne voit les prémices qu’à la fin. Chose à déplorer, ce film aurait pu être un simple préquel sans prétention pour le cinéma. Tout du moins, sans avoir l’audace de se poser comme l’épisode 1 d’une saga qui reste, malgré tout cela, assez prometteuse.

Michael B. Jordan News Marvel My Geek Actu

En bref

Alors que les frères Baker auraient pu remodeler leur court-métrage en introduction, ils offrent un film mou et finalement assez inintéressant. Heureusement, les dernières minutes ouvrent les portes d’un univers beaucoup plus riche et grand dans lequel on aurait aimé se plonger sans attendre. Hélas, aucune suite n’a pour l’instant été annoncée mais il faut espérer qu’elle fera place à un univers plus dense, plus dynamique et à un film surtout plus rythmé. La bonne nouvelle est que le pire est derrière. La suite sera donc à suivre avec attention.

tenor.gif
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s