Manga Reviews Seinen

REVIEW – Kedamame (tome 4)

Et voici que mes petites reviews du manga Kedamame se terminent…

En effet, Kedamame, l’homme venu du chaos, manga de type seinen se termine avec ce 4ème tome dessiné et écrit par Yukio Tamai, édité en France par Glénat. Cette série a été l’une des plus surprenantes, son rythme et ses cliffhangers étant nombreux. Je fais le point rapide sur la série et sur ce dernier tome dont la sortie est prévue pour le 21 novembre 2018.

Attention, difficile de ne rien SPOILER donc si vous en êtes au tome 3, passez le paragraphe intitulé « Tome 4 ».

Kedamame Review My Geek Actu 4 tomes

Un manga policier, un manga SF, un manga poétique.

La grande nouveauté avec Kedamame et surtout son originalité, c’est la façon dont sont traités les sujets. Avec le premier tome, le manga apparaissait comme une œuvre ancrée dans l’histoire du Japon médiéval caractérisée par des descriptions historiques fortes et une enquête policière sanglante dans laquelle un monstre prenait place, créant ainsi une atmosphère surnaturelle des plus aguichantes. Avec le tome 2, toutes les vérités s’effondraient et l’on comprenait que notre protagoniste était en réalité un « génome hacker » venu du futur pour sauver la jeune Mayu dont l’ADN devait en quelque sorte sauver les générations futures. Et BIM, déjà là, gros retournement de situation. Dans le tome 3, changement d’époque et modernisation du décor pour Tamanoi dans le quartier de Terajima à Tokyo en 1931. Le thème de ce troisième tome ? La fin. Le lecteur comprend que les personnages se suivent et se ressemblent mais que Kedamame et son adversaire de tous les temps sont toujours là. Et BIM #2, aux 2/3 du tome, le combat entre Kokemaru (Kedamame réincarné) et l’homme-tortue trouve son issue. Le méchant est mort. Mais alors, c’est la fin ? Bah non. Sinon il n’y aurait pas de tome 4…

Tome 4 : le cycle éternel.

On s’y attendait, l’antagoniste principal revient sur le devant de la scène. Sauf que pour la première fois, Kedamame et lui entament une « vraie » discussion sur la réelle raison de leur « dispute ». Animé par une vengeance vieille de plusieurs siècles, Sawada (l’homme tortue) avait en réalité pour mission de tuer Kedamame. La cause ? Alors que les génome hackers ont été envoyés dans le passé avec l’objectif de sauver l’humanité, la réalité est tout autre : celle d’un vaste complot visant à créer des boucs-émissaires destinés à être supprimés par la suite. Je vous passe les détails pour garder quelques surprises.

Mais est-ce le fin mot de l’histoire ? Pas du tout. Mais celle de l’affrontement entre les deux personnages qui, avouons-le, n’ajoute en réalité pas grand chose à l’intrigue de ce tome et de la série. Ce qui est clairement plus intéressant par contre, c’est la dernière partie du manga dédiée aux cycles. Lors de sa première expédition dans le temps, Kedamame a rencontré une certaine Mayuno et a suivi toutes ses « réincarnations » (entendre par là « toutes les générations suivantes ») dont le schéma de vie restera le même. Kedamame, depuis le début, a offert à cette lignée un cadeau inestimable : la possibilité de réécrire leur histoire et d’arrêter le malheur des générations à venir. Fin qu’aucune jeune fille n’a semblé souhaiter malgré les difficultés de la vie. Le manga se termine alors sur la phrase suivante :

Si jamais tu croises un chat à qui il manque un œil ou une patte… sois gentille avec lui, d’accord ? Juste un peu, ça suffira ! – Kedamame

Voilà. En réalité, tout le manga est là. Aucune des jeunes filles n’a souhaité arrêter son malheur car elle y a vu du bon. Le simple fait d’améliorer (finalement) son karma en s’occupant d’un chat handicapé (une toute petite action) suffira à trouver assez de bonheur pour continuer à vivre. Tant que l’on fera le bien, on récoltera le bien. Le manga pose alors plusieurs questions que chaque lecteur sera libre d’interpréter comme il le souhaite.

Kedamame Review My Geek Actu 1

En conclusion de ces 4 tomes

Kedamame n’est pas parfait mais il présente assurément des qualités redoutables. Résolument très réussi visuellement, il fait la proposition très risquée de s’imposer un rythme très soutenu tout en dévoilant une intrigue de grande qualité. S’il n’est pas toujours évident de suivre les rebondissements étouffés par une action dont la lisibilité n’est pas toujours facile, on applaudira tout de même le seinen pour sa prise de risques. En somme, s’il n’y a que 4 tomes, ce n’est pas pour autant que la manga se lit rapidement, tant vous devrez retourner en arrière afin de recomposer, parfois par vous-même, les informations manquantes à la bonne compréhension de l’histoire. En tout cas, j’ai adoré et je recommande !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s