Cosplay Interviews cosplay

INTERVIEW – July’s FActory

Le dimanche 16 septembre 2018, j’ai eu l’occasion d’interviewer July’s FActory. Cosplayeuse sachant incarner toutes ses princesses préférées, mais pas que !

Elizabeth : Tout d’abord, je te remercie d’avoir accepté cette interview.

July’s FActory : Mais je t’en prie.

Elizabeth : Pour les personnes qui ne connaissent pas July’s FActory, elle a participé à la Toulouse Game Show en décembre 2017 et a représenté la région Hauts-de-France pour la première Coupe de France de Cosplay à cette occasion. Déjà, peux-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas ?

July’s FActory : Oui, alors je suis July’s FActory, cosplayeuse depuis quatre ans, Disney addict et je peux me considérer comme une cosplayeuse team couture parce que dans le cosplay, vous avez le team craft, le team couture. Donc, je suis plus affiliée à la couture et les teams princesses, puisque, par définition, j’aime les princesses.

Elizabeth : Comment as-tu découvert le cosplay ? Qu’est-ce qui t’a attirée dans cet univers ?

July’s FActory : En fait, je faisais déjà de la danse, du théâtre et je faisais partie d’une association d’arts mêlés. Donc, j’ai toujours aimé le rapport avec le public, et c’est mon petit frère, un jour, qui avait envie de faire une convention qui m’a dit « écoute, j’ai besoin de toi. J’aimerais faire quelque chose pour un événement qui se passe à Calais. » Et donc j’ai commencé mes premiers costumes pour faire plaisir à mon frère et puis finalement je me suis retrouvée dans cette passion puisque ça allie le théâtre, le chant, la danse, la comédie et la création de costumes. Donc voilà, c’était tout bénéf pour moi ! Je me suis retrouvée entièrement dans cette passion.

Elizabeth : Donc, tu as découvert cette passion pour le cosplay lors de cette convention. C’était quelle convention à propos ?

July’s FActory : C’était Virtual Calais en… je ne saurais plus dire en quelle année. Ça devait être fin 2013 je pense. J’avais fait le premier costume de mon frère le Pingouin et moi j’étais en Batgirl. Alors maintenant quand je revois les costumes c’est une horreur, un immondice. Mais voilà, c’est vraiment ce qui m’a mis le pied à l’étrier et ensuite je me suis attaquée aux princesses. Le fait d’incarner les princesses a été révélateur.

Elizabeth : Quand tu as fait ta Batgirl pour Virtual Calais, est-ce que tu avais déjà des notions de couture ou de craft ?

July’s FActory : Alors en craft pas du tout. Je ne suis pas du tout une crafteuse. J’ai pris des « cours » grâce aux ateliers un peu éparpillés par-ci par-là. Au niveau couture, j’avais quand même essayé de faire un petit peu de couture au préalable, des choses relativement simples. Mais voilà, je n’ai pas de formation couturière, j’ai appris tout en autodidacte. Après on prend un patron, on fait des tests, il y a des moments où ça fonctionne, d’autres moments où ça ne fonctionne pas, on recommence, on s’arrache les cheveux, mais il ne faut jamais se décourager.

Elizabeth : Et parmi tous les cosplays que tu as pu faire maintenant, quel est ton préféré ?

July’s FActory : Ouh là ! Ça, c’est une question difficile. Mon costume préféré… Je pense que c’est ma Ariel rose. Parce que c’est vraiment Ariel mon personnage préféré avec la robe de princesse par excellence, la princesse que moi j’aime faire. Je trouve que je m’aime encore bien à la rigueur en Ariel. Après j’aime beaucoup incarner Mérida parce qu’il y a un sentiment de liberté. J’ai adoré incarner Anastasia, parce que ce sont les 20 ans en plus cette année, c’était un rêve d’enfant de refaire sa robe et j’ai enfin pu y accéder. Mais, je pense qu’Ariel ça reste vraiment mon préféré.

 

Deux cosplays dans lesquels July’s FActory resplendit !

Elizabeth : Te voilà en mai 2017, tu pars pour l’aventure de la Coupe de France de Cosplay.

July’s FActory : Tout à fait, après les sélections de Geek Days à Lille.

45142608_300619960666007_6853934786919006208_n.jpg

Elizabeth : Peux-tu nous dire ce qui t’a donné envie de participer à cette aventure ?

July’s FActory : Alors en fait, c’est parti de quelque chose d’assez rigolo puisque j’étais en Black Swan à FACTS en Belgique et j’avais dit : « Si je gagne FACTS, ce que je ne croyais pas du tout, je me présenterai à la sélection de Coupe de France ». Et on m’a dit : « Oui ! Vas-y ! Tu as le niveau ! » et j’étais en mode : « Non de toute façon, je ne gagnerai ni FACTS, la sélection Coupe de France. » Donc j’étais vraiment partie dans le but de juste présenter mon costume sur scène et de pouvoir faire de la danse classique et de la danse dans un tutu. C’était vraiment un rêve de petite fille. Et puis franchement quand les résultats sont tombés, j’étais complètement abasourdie, parce que je ne m’y attendais pas du tout. Et ma première réaction quand j’ai entendu mon nom c’est de ne pas y croire et ensuite je me suis retournée et j’ai dit : « Je suis dans la merde, je ne sais pas quoi faire, qu’est-ce que je vais faire ?! ». En panique ! Super contente mais en panique ! Voilà !

 

Prestation de July’s FActory en Black Swan pour la sélection. Vidéo de Esby

Elizabeth : Donc, te voilà sélectionnée pour représenter ta région, comment as-tu choisi le cosplay que tu as présenté le jour J ?

July’s FActory : Alors là ça a été un travail assez long, parce qu’en fait, je me suis accordée deux semaines pour vraiment savoir ce que je voulais faire. J’avais plusieurs projets en tête, j’avais six costumes qui me bottaient et que je voulais vraiment étoffer. Je m’en suis réduit à trois. Il y avait Triss de The Witcher puisque c’est un projet qui me tenait à cœur qui également était plus ou moins cité par mon conjoint pour lui faire un peu plaisir et puis ça changeait d’univers, je ne partais pas dans du Disney. Il y avait un enjeu couture, il y avait un enjeu craft, puisque je partais sur quelque chose que je ne maîtrisais pas avec tout ce qui était broche, ornement de ceinture, ornement de bras, le collier qui était aussi un travail assez fastidieux, un travail de coiffe de perruque… Enfin voilà, Triss c’était vraiment un travail complet.

Il y avait une Cendrillon qui me plaisait également et du Mérida. Et je me suis dit : « Voilà, c’est du Disney, les gens me connaissent en Disney, est-ce que ça passera pour la Coupe de France ? », puisque le public Coupe de France je ne le connaissais pas du tout, je ne connaissais pas du tout le public TGS et puis en sondant un petit peu les avis on m’a dit : « Tente Triss ». C’est vrai que je me suis retrouvée dans ce personnage de femme forte, indépendante, magicienne de surcroît. C’est donc Triss qui a gagné. Puis voilà, il y avait vraiment de la couture, de la broderie que je n’avais jamais fait non plus, je me suis dit : « Ok, c’est le moment justement de tester la broderie » et j’ai adoré ça ! C’était super long, mais j’ai vraiment adoré broder à la main. Puis le craft, ça a été une expérience… je ne dirais pas difficile, parce que j’ai réussi à faire ce que je voulais, j’ai eu beaucoup de conseils, j’ai suivi des cours d’ateliers pour apprendre les techniques de base que j’ai pu reproduire sur mes accessoires. Donc non je ne regrette pas d’avoir choisi Triss.

31739862_823658471151210_8855539917955006464_o
Une très belle Triss qui donne envie de jouer à The Witcher

Elizabeth : Comment as-tu vécu cette aventure depuis ta sélection jusqu’au jour J ? Quels sentiments as-tu ressentis, tes états d’esprit ?

July’s FActory : Vous connaissez Upside down (Vice Versa en France), je suppose ? Eh bien, je suis passée par les cinq personnages. La joie d’être sélectionnée, la peur parce que forcément c’est quelque chose qui est éprouvant, le dégoût de son propre travail, la colère de ne pas savoir faire les choses correctement, et puis la tristesse parce qu’il y a des moments où on se décourage, il y a des moments où on a vraiment peur de ne pas réussir. Je me suis isolée aussi beaucoup pour pouvoir finir à temps mon projet parce que j’ai été une des dernières sélectionnées, donc il y avait quand même le délai qu’il fallait tenir.

Le jour J… on tient plus ! Parce que en fait on attend ça depuis 6 mois ; on bosse depuis 6 mois pour avoir quelque chose d’abouti. Et puis c’était une expérience humaine et cosplay incroyable ! C’était une expérience magique, j’ai rencontré des cosplayers de talents que je connaissais pas. C’est la famille Coupe de France. Vous avez la famille Cosplayers & Co ; vous avez la famille cosplay ; vous avez votre famille perso ; et franchement vous avez la famille Coupe de France et je ne souhaite que du bonheur à ceux qui vont prochainement participer.

 

Prestation de July’s FActory en Triss pour la finale à Toulouse. Vidéo de Esby

Elizabeth : Le jour J, il y a eu les résultats finaux et malheureusement tu n’as pas été sélectionnée pour représenter la France. Quel a été ton sentiment ? Étais-tu triste ou étais-tu quand même ravie d’avoir pu y participer à cette sélection ?

July’s FActory : Alors franchement je n’ai aucune animosité ou quoi que ce soit. Bon on est tous un peu déçus de ne pas gagner, forcément avec le travail investi, etc. Mais moi j’ai compris la décision du jury, il n’y a pas de souci. On était très très proches, je suis très contente que ce soit Ellebasi qui ait gagné la première place, la deuxième et troisième place étaient amplement méritées, le prix couture, le prix prestation. Franchement j’étais super contente pour les gens qui ont gagné.

Moi j’avoue que… bon j’étais un petit peu déçue certes, mais la déception n’est pas restée longtemps du tout, ça a duré quoi… 10 secondes et c’est tout. Et je suis vraiment contente de revoir les autres participants. Par contre j’ai dû faire un travail sur mon costume parce que je me trouvais pas forcément très bien ; la prestation ne s’était pas passée comme je voulais qu’elle se passe. Donc j’ai eu besoin de représenter Triss pour un peu me valoriser et retrouver confiance dans ce costume, retrouver le goût du plaisir de la porter parce qu’elle est restée quasiment 4 mois dans un sac. Je ne pouvais plus la voir, je n’avais plus envie. Et quand je l’ai reportée à FACTS, c’est là où j’ai eu plaisir à la porter, en plus à FACTS j’ai gagné le premier prix concours solo et là je me suis dis : « Ok ! J’ai peut-être pas fait autant de merde que je croyais. » Donc non ! Un bon état d’esprit franchement, mine de rien voilà j’ai que des bons souvenirs de cette Coupe de France.

Elizabeth : Donc tu as été la première représentante de ta région.

July’s FActory : Oui ! Avec fierté !

Elizabeth : Est-ce que tu pourrais conseiller ou dire quelque chose aux cosplayeurs qui souhaiteraient tenter cette aventure ?

July’s FActory : Bah déjà de la tenter ! N’hésitez pas, il faut oser cette aventure. Vous avez maintenant trois salons qui vous le proposent. Vous avez les Geek Days à Lille ; Game Aréna à Valenciennes ; et maintenant vous avez Virtual Calais à Calais qui se lance dans la Coupe de France. Tentez-la, c’est quelque chose de magique. Même au niveau des sélections, c’est important de présenter sans concours, de faire valoriser son costume parce que vous avez des cosplayers, ok qui vous jugent, mais ils vous donnent des conseils, ils vous apportent leur soutien, ils évaluent ce que vous faites mais ça a un intérêt également parce qu’ils portent de l’intérêt à vos créations, donc c’est franchement agréable.

Osez-la faire et profitez du moment franchement parce que c’est quelque chose de super agréable : vous passez sur une belle scène, vous présentez votre travail. Moi je dis il faut oser et sans a priori ! Et surtout, portez un costume que vous aimez ! Il ne faut pas le faire en disant : « C’est bon ! C’est un costume de Coupe de France, ça va gagner ! ». Non ! Il faut faire un costume que vous aimez présenter et que vous voulez présenter par envie et par plaisir !

39179853_904632503053806_8170147628110053376_o

Elizabeth : Très bien ! Du coup pour finir, que souhaiterais-tu dire à nos lecteurs qui voudraient se lancer soit dans le cosplay soit dans le craft ?

July’s FActory : Alors pour les nouveaux qui veulent se lancer, c’est pareil ! Il faut oser, que ce soit acheter, customiser, créer soi-même, on a tous débuté quelque part. Donc voilà, il ne faut pas se mettre de bâtons dans les roues. Faire un personnage que vous aimez, parce que vous l’aimez et pas parce qu’on vous a dit qu’il fallait le faire, parce que voilà vous avez entendu tel truc. Le cosplay c’est un choix personnel, qu’il faut assumer. Et c’est ça je pense, il faut assumer ce que l’on aime faire et juste se lancer dans ce que l’on a envie de faire.

Elizabeth : Merci d’avoir répondu à toutes mes questions

July’s FActory : Merci à toi Elizabeth !

*Petite question troll d’un ami photographe*

Armand : Une dernière question : tu parles de famille cosplay, Cosplayers & Co, Coupe de France, plus la famille. À Noël, est-ce que ça ne fait pas beaucoup de cadeaux d’un coup ?

July’s FActory : Bah écoute je suis née le jour de Noël, donc plus je peux en avoir, mieux c’est !

 

Crédits photos

Photographes :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s