Jeux vidéo News PC PS4 Switch Test Xbox One

TEST – RAZED

Vous ne vous êtes jamais demandé ce qu’il advenait des jeux abandonnés par les développeurs ? Parviendrez-vous à supporter la vérité ?

L’histoire d’un jeu à l’abandon

Le jeu vidéo RAZED (mot signifiant « démolition totale » en anglais, et selon le dictionnaire Oxford, issu du verbe français « raser ») créé par le studio Warpfish et distribué par Pqube, est sorti le 14 septembre 2018 sur PC et Xbox One et sortira le 15 octobre 2018 sur Playstation 4 et Nintendo Switch. Il s’agit d’un speedrunner/plateformer à la sauce Die and Retry mélangeant les mécanismes d’un Trackmania et l’ambiance d’un REZ ou d’un Crash Bandicoot.

RAZED-test-my-geek-actu-2

Poursuivi par le Développeur et sa RAZe Machine, vous incarnez le héros de ce jeu incomplet qui doit être mis au rebut et donc totalement démoli. Cependant, et parce que les développeurs ne sont pas tous méchants, vous disposerez de vos chaussures (Righty et Lefty) qui seront votre ying et votre yang, Righty ne pensant qu’à tout exploser (à commencer par vous) et Lefty essayant de vous sauver la vie ainsi que le jeu dans lequel vous évoluez. Vous devrez donc parcourir les 6 mondes (chacun composé de 9 niveaux et une course face au boss) pour échapper au Développeur et qui sait, peut-être lui faire changer d’avis.

Launch3

Simplicité et évolution, un gameplay de RPG ?

RAZED est un speedrunner a priori classique donc que dire si ce n’est que les commandes sont très simples. Un bouton pour courir, un bouton pour sauter et on est parés pour courir sans s’arrêter. Car oui, contrairement aux speedrunners habituels, il vous sera interdit de vous arrêter sinon votre jauge d’action sera vidée et vous serez explosé.

Jusque-là ça paraît simple mais comme tout bon jeu, il faut savoir évoluer. Et c’est ce que vous ferez au travers des 66 niveaux du jeu. Vous verrez partout marqué 60 mais il existe 6 niveaux à débloquer en réalisant des temps classés A dans chacun des mondes et, n’ayant réussi cet exploit que sur un monde je ne pourrai pas vous le dire, mais il existe peut-être un dernier niveau caché lié à votre ultime capacité débloquable, le mode fusion.

Launch1

Oui, je viens bien d’écrire capacité. En effet, tout comme dans un bon jeu d’aventure ou RPG, vous débloquerez un total de 6 capacités attention SPOILERS… drifter, coup de boost, se téléporter, courir sur les murs, écraser et sauter (disponible dès le début du jeu) qui vous permettront de traverser les difficultés des niveaux ou de récupérer les pièces d’amélioration disséminées à travers chacun des niveaux (une pièce par niveau). Chacune des capacités pourra en effet être améliorée (trois pièces d’amélioration par niveau de capacité) pour vous coûter moins d’énergie et donc être utilisée plus rapidement sans risquer de vous faire exploser.

La plus grosse réussite dans RAZED est d’avoir combiné la simplicité d’un speedrunner et les systèmes de RPG. Vous aborderez chaque niveau de plusieurs manières et vous réussirez même à revenir avec plaisir sur les niveaux précédemment achevés, car c’est nécessaire. Lors de votre premier passage, votre but sera de comprendre la mécanique du niveau et les bonnes capacités à utiliser. Puis, vous reviendrez améliorer votre score lorsque vous aurez débloqué votre prochaine capacité dans le but d’obtenir le rang A (afin de débloquer le niveau secret du monde) et vous ferez un dernier passage pour explorer le niveau et découvrir où est cachée la pièce d’amélioration.

Launch6

Tout n’est pas non plus rose dans ce jeu et comme tout bon speedrunner, RAZED est un jeu qui peut s’avérer très frustrant. Le fait de disposer d’une jauge d’énergie limitant vos actions sera l’un des principaux éléments d’échec.

Il n’y a rien de plus pénible que de se voir exploser juste devant la borne d’arrivée ou de ne pas réussir à finir un niveau parce qu’on a loupé une des sources d’énergie. Vous devrez recommencer des dizaines voire des centaines de fois le même niveau, le même saut ou la même trajectoire afin de trouver cet élément non pris en compte, avant de vous apercevoir que vous ne pourriez pas suivre ce chemin car vous n’avez pas toutes les capacités nécessaires ou tout simplement que vous n’auriez pas dû utiliser ce boost afin de ne pas sauter trop loin (et inversement). RAZED est aussi un Die and Retry, l’échec n’est donc pas une option mais bien une nécessité.

RAZED-test-my-geek-actu-1

Alors qu’il suffira de comprendre la distance de saut ou le rythme d’une ou deux plateformes mouvantes dans les premiers niveaux, les dernières combinaisons vous demanderons de gérer des changements de caméra, ajoutés à l’utilisation de vos capacités disponibles tout en ayant des contraintes telles que l’impossibilité de sauter ou des barrières bumper à faire disparaître en rebondissant dessus, tout en évitant les murs électrifiées et les mines mouvantes de la zone. Oui c’est difficile mais la réussite n’en est que plus belle.

Launch5

De l’alpha au triple A ?

Une des choses surprenantes du jeu est son évolution globale. Une chose importante qui ne nous est pas vraiment bien expliquée, est que nous allons évoluer à travers les différents projets du Développeur, de ses premiers jeux d’apprenti développeur il y a des dizaines d’années au dernier projet en date.

Les graphismes sont propres mais pauvres et seules les phases d’apprentissage vous donneront l’envie de vous accrocher. Pour illustrer mon propos, on peut dire que vous débutez le jeu dans un monde digne de Starwing sur Super NES. Cet environnement ultra simpliste nous fait nous demander comment réellement rester accroché au jeu.

Launch2

Puis on évolue, entre chaque monde, entre chaque version du jeu et avec un Développeur qui devient de plus en plus fort dans son travail. Le jeu est alors beaucoup plus vivant et le joueur peut prendre plaisir à évoluer dans des environnements progressivement complexes et détaillés (la première grosse évolution graphique intervient lors de votre arrivée dans le troisième monde).

Le temps et les niveaux défilants, la qualité des textures, le nombre d’éléments et même la lumière ambiante évolueront tout en conservant une fluidité excellente. Un choix qui a priori ferait perdre beaucoup de joueurs et s’avère au final être un élément complémentaire d’addiction au jeu. Les couleurs sont agréables et traduisent bien l’ambiance de chaque environnement tout en restant dans une simplicité et une palette de couleurs digne de l’iconique REZ.

Nous restons dans un speedrunner indépendant donc il ne faut pas non plus s’attendre à des effets et des éléments parcourant le paysage qui auraient portés ce jeu au niveau des plus grands. Certains auraient aimés des éléments complémentaires comme des effets de flou de vitesse ou des choses plus discrètes comme des petites lucioles lorsque nous traversons les sombres forêts. Mais encore une fois, nous sommes dans un jeu dont les deux objectifs principaux sont de maintenir une accessibilité au plus large public (donc aux plus petites configurations) et une lisibilité à toute épreuve.

Screenshot8.png

Un son dans le fond, mais toujours à fond

La bande sonore de ce jeu est un pur plaisir pour les oreilles. N’entendez pas par là que vous pourrez écouter des musiques dignes d’un Final Fantasy, mais que les morceaux sont simples et agréables à écouter. Vous les entendrez des centaines de fois au cours de vos parties alors il était nécessaire que la bande son utilisée reste en retrait sans pour autant oublier d’être rythmées.

Chaque monde possède son thème musical qui vous accompagnera et progressera avec vous. En effet, il y aura toujours un son vous fournissant la rythmique et le reste de la composition se complètera en fonction de votre progression dans le niveau. Même si la bande sonore reste alors assez minimale, elle est amplement suffisante et n’aura pas pour objectif de prendre le pas sur le gameplay du jeu. Encore une fois, nous pouvons noter le soin qui est apporté par l’équipe sur chacun des détails du jeu.

Screenshot9.png

Un avis qui a évolué avec le jeu

J’ai débuté le jeu avec un avis plutôt pessimiste car ayant vu le trailer présentant les niveaux de mi-jeu, je me retrouvais avec des niveaux très vides avec des capacités ultra limitées. Étant un grand fan de Trackmania et des jeux de type Die and Retry, je me suis accroché et je me suis laissé emporter. Comme j’ai tenté de le retranscrire, ce jeu est vraiment construit dans l’optique de faire progresser le joueur et de lui donner l’envie de découvrir quelle évolution l’attend sur la prochaine piste. Joueur console dans l’âme, j’ai fait le jeu à la manette mais j’ai tout de même tenté des niveaux au clavier sans que cela ne soit vraiment perturbant (sauf l’inversion de position des touches directionnelles et de commande). Si je ne devais retenir qu’un défaut principal au jeu, et je ne sais même pas si ce n’est pas volontaire, c’est qu’il persiste encore quelques bugs de surface et de collision dans les niveaux qui pourront vous faire rager. Je ne sais pas si une suite ou des extensions sont à prévoir mais si cela était le cas, alors je ne demanderai qu’une option qui complèterait parfaitement le jeu : un éditeur de niveau. Sur ce, je retourne échapper à l’effacement et battre des records, en espérant avoir un jour à battre les vôtres.

Screenshot7.png

Note : 15/20

Les +

  • Le mélange des styles
  • Le dynamisme global du jeu
  • Un jeu addictif

Les –

  • Quelques bug persistants
  • On aimerait avoir encore plus de niveaux

NB : Côté matériel, je ne possède pas des bêtes de course et j’ai eu l’agréable surprise de pouvoir aussi bien jouer en ultra full HD 60hz sur mon humble MSI GT70 (possédant une simple GTX670M de 2012) que de jouer en moyen sur un Acer Swift 5 porté par un chipset HD620 tout en gardant la même fluidité et un jeu propre et agréable à l’oeil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s