Manga Reviews

REVIEW – Moriarty (tome 1)

Et si l’ennemi juré de Sherlock Holmes était en réalité… le gentil de l’histoire ?

Moriarty the Patriot de son titre original, puis renommé simplement Moriarty, est un manga sorti pour la première fois en 2016 en prépublication dans le magazine mensuel japonais Jump SQ. Si celui-ci compte aujourd’hui 6 tomes dans son pays d’origine, les éditions Kana ont lancé le phénomène le 22 juin dernier en France. Grâce à son titre qui laisse peu de place au doute, le shônen s’inspire bel et bien des œuvres d’Arthur Conan Doyle mettant en scène le célèbre détective privé, Sherlock Holmes. Mais cette fois, surprise, ce n’est pas ce dernier qui est en tête d’affiche mais son némésis : Moriarty.

mori

Le manga offre ainsi l’occasion aux mordus de l’univers du détective de découvrir un nouveau point de vue sur un personnage incontournable de la littérature britannique. Adapté à de nombreuses reprises, via différents médias, on a toujours aperçu un Moriarty machiavélique à travers l’unique description dépeinte par Sherlock Holmes.

La trame de l’histoire est assurée par le scénariste Takeuchi Ryosuke (ST&RS, All You Need Is Kill) et les dessins par Miyoshi Hikaru qui a notamment travaillé sur le shônen Psycho-Pass – Inspecteur Akane Tsunemori.

Le pitch

Au XIXème siècle, William et Louis sont deux frères orphelins récemment adoptés par la prestigieuse famille Moriarty. Loin d’être considérés comme leurs égaux, aussi bien par les membres de la famille que par les domestiques, ils peuvent néanmoins compter sur leur frère aîné, Albert. Celui-ci a pour horreur la hiérarchie sociale qui régit l’Empire colonial britannique. Ensemble, les trois frères sont déterminés à révolutionner ce système injuste et ce, quel qu’en soit le prix.

Un scénario captivant et des dessins de grande qualité

Situés au cœur de l’Angleterre victorienne, le cadre narratif et l’intrigue sont plutôt bien ficelés. Le lecteur est tout de suite plongé dans le contexte historique de l’époque et c’est extrêmement plaisant. Moriarty nous emmène dès les premières pages dans une atmosphère sombre voire parfois glaçante, où la société britannique est régie par un système de classes sociales avec l’ascendance de la noblesse sur le prolétariat. On y découvre le mépris et l’hypocrisie des citoyens, et ce qu’elle que soit la classe de l’individu. L’univers du manga n’est pas sans rappeler celui de Black Butler pour son cadre historique, la finesse des traits des personnages, ou encore par les enquêtes menées. L’histoire fonctionne un peu comme une série policière, un chapitre présentant une affaire à élucider. C’est parfois un peu redondant mais on s’y fait aisément.

6815095.pdf

Moriarty est un shônen atypique et inattendu de par le traitement de l’auteur sur le personnage mythique. Il est vrai que le personnage de William est bien loin du Moriarty décrit par Arthur Conan Doyle, ne serait-ce que par le caractère « noble » de ses actions. En effet, dans cette œuvre, il faut savoir faire abstraction des libertés prises par le scénariste. Par ailleurs, avoir le point de vue du traditionnel méchant, ça c’est original.

Sur le plan visuel, le dessin est aussi soigné que précis. Les émotions des personnages sont très bien retranscrites notamment au niveau du regard. Un bon chara-design qui donne d’autant plus envie de lire le manga !

Des protagonistes méticuleusement façonnés

Les frères Moriarty ont leur propre vision de la justice et de la moralité. Ils souhaitent une société où l’ordre social est dépassé et où les individus sont égaux les uns aux autres. Belle utopie pour l’époque, leur idéal est bien entendu semé d’embûches puisque qu’il s’oppose non seulement à la société toute entière mais aussi à l’Empire colonial britannique construit sur le respect des traditions.

albert

Les trois frères sont aussi charismatiques que brillants. William est celui qui sort le plus du lot de par son habilité et son génie, mais les autres ne sont pas en reste. Albert, qui est l’investigateur de leur projet de fonder un monde plus juste, est calculateur, attentionné et bien mystérieux. Louis, le plus jeune de la fratrie, est très discret et tout aussi déterminé que ses aînés. En toute logique, Sherlock Holmes n’aura donc pas un mais trois Moriarty à attraper car en effet, le second prénom de chaque frère est James ! À moins que les rebondissements à venir ne viennent tout bouleverser…

mor

Le projet des trois frères n’est pas seulement l’occasion de changer le monde, c’est aussi l’opportunité pour eux de se venger du système qui n’a cessé de brimer William et Louis. Dans les prochains tomes, il serait très intéressant de développer le passé des ex-orphelins avant leur adoption, de même que celui d’Albert dans ce manoir à l’ambiance si malsaine. Dans le 3ème chapitre, on découvre des alliés des trois frères dont Molan (mauvaise traduction sans doute) qui correspond au personnage du Colonel Sebastian Moran, plus fidèle associé du Moriarty d’origine. Bien qu’on en sache peu sur celui-ci, il semble être haut en couleurs et surtout bien différent de la version originale.

Qu’est-ce que le bien et le mal, au fond ?

Pour réaliser leur idéal des plus ambitieux, les frères Moriarty n’hésitent pas à employer tous les moyens nécessaires. En souhaitant renverser le système entier des classes sociales, la violence et le crime sont de mise. Il est dès lors légitime de se poser la question si le bien-fondé de leurs actions justifie t’il ou non le sacrifice de vies, quand bien même il s’agit d’individus néfastes et mauvais ?

mori

Le bien et le mal se confondent et la notion de « justice » est remise en question. Au fond, si la motivation des Moriarty est noble, leurs méthodes pour y aboutir sont discutables. Par ailleurs, il est intéressant de découvrir que dans cette version alternative de l’univers d’Arthur Conan Doyle, Moriarty n’est pas qu’un simple méchant assoiffé de pouvoir qui veut dominer le monde : tel un Robin des Bois, il prône l’égalité et l’équité des peuples. Et pourquoi pas.

En bref

En attendant la sortie de Sherlock Holmes 3 en 2020 avec notre cher Robert Downey Jr., ou encore d’une potentielle nouvelle saison de Sherlock (on y croit), Moriarty est le divertissement parfait ! Vous trouverez, en cliquant ici, le premier chapitre mis en ligne gratuitement par Kana, de ce nouveau manga historique et rafraîchissant à souhait. Alors, n’hésitez plus ! Le deuxième volume sortira dans les librairies françaises le 21 septembre prochain et ce sera l’occasion de rencontrer… Sherlock Holmes !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s