Manga Reviews

REVIEW – Your Lie in April (anime)

Le plus beau des mensonges…

Your Lie in April est un manga de type shônen écrit par Naoshi Arakawa (Sayonara Football) composé de 11 tomes. Publié en France par la maison d’édition Ki-oon, l’œuvre a été adaptée en anime entre 2014 et 2015, mais aussi en un film live sorti en 2016. L’anime est disponible dans son intégralité depuis le 1er juillet dernier sur Netflix, et l’est tout autant sur la plateforme française Wakanim, spécialiste de la diffusion de séries d’animation japonaise.

De quoi il s’agit, alors ?

Kōsei Arima, 14 ans, est sur le point de terminer ses années de collège entouré de ses deux meilleurs amis, Tsubaki et Watari. Le garçon n’est pas tout à fait comme les autres : en effet, c’est un ancien pianiste prodige qui a abandonné sa passion à la mort de sa mère. Pire : depuis, il est même terrorisé par son instrument de musique de prédilection. Fataliste et découragé, il fait alors une étrange rencontre : celle de Kaori Miyazono, une violoniste de son âge aussi originale que talentueuse.

Les personnages

Encore une fois, on nous présente un anime qui met en avant une bande d’amis soudée depuis l’enfance. Sans originalité, le petit groupe s’agrandit avec l’arrivée d’un personnage qui va tout bouleverser. Pourquoi pas. Si les personnages sont certes stéréotypés, reste que le spectateur ressent dès le premier épisode qu’il va s’en prendre plein les mirettes (ou plutôt les oreilles).

lie

Kōsei : héros de l’histoire bien qu’il n’en ait pas l’air, Kōsei est un garçon introverti, triste et perdu au début de Your Lie in April. Sa vie change radicalement quand il rencontre Kaori. Dès lors, son monde morne se pare des plus belles couleurs de l’arc-en-ciel. Malgré ses profondes blessures, c’est un personnage très courageux et attachant.

Kaori : jeune fille pleine d’entrain, elle n’a peur de rien ou presque, et n’hésite pas à faire ce qu’il lui plaît. Ce trait de caractère est particulièrement marquant quand elle joue du violon et fait d’elle une musicienne hors-pair. Kaori fait tout pour réconcilier Kōsei et le piano et il est difficile de ne pas accrocher avec cette protagoniste émouvante sur bien des points.

Tsubaki : cliché de la meilleure amie super sympa du personnage principal, Tsubaki est l’amie d’enfance et voisine de Kōsei. Jouant un rôle de grande sœur avec ce dernier, on comprend très vite qu’elle en est amoureuse. Elle a de nombreuses incertitudes et il est aisé de s’identifier à ce personnage finalement très humain.

Watari : star du football de son collège, c’est un véritable don juan mais aussi un très bon ami. Extrêmement lucide et attentionné, il prend toujours soin de ses proches et surtout de Kōsei.

Les autres personnages qui apparaissent par la suite sont eux aussi bien écrits, caricaturaux par moments mais néanmoins touchants. Sur ce point, l’anime ne fait aucune fausse note.

Un anime qui sort des sentiers battus

Quand bien même le manga est affilié au type shônen, les caractéristiques de l’histoire correspondent davantage à celles d’un bon vieux shôjo de par ses personnages, l’aspect dramatique, la romance, les couleurs, les musiques, etc. Et pourtant, on comprend au fil de l’avancée de l’anime qu’il ne correspond pas non plus au genre shôjo. Your Lie in April, c’est une œuvre hors du commun qui se caractérise aussi bien par sa grâce que par sa délicatesse.

kaori

De premier abord, il est facile de comparer ce manga à orange ou à Nodame Cantabile pour son cadre musical. Et pourtant, même si la maturité de l’histoire et de ses personnages y est semblable, on s’en éloigne très rapidement. L’émotion est constamment palpable et les larmes extrêmement fréquentes, je préfère vous prévenir. En effet, énormément de poésie et de tristesse se dégagent de cet anime. Et c’est justement pour ça qu’il faut le découvrir !

La quintessence de l’émotion

Dans Your Lie in April, l’émotion règne en maître. Même si les protagonistes ne sont âgés que de 14 ans, la maturité de leurs sentiments est universelle et nous prend aux tripes. L’anime parvient avec brio à nous faire ressentir les troubles et les émois des personnages, qu’il s’agisse de l’anxiété de Kōsei, la détermination de Kaori ou du doute qui habite Tsubaki. Chacun d’eux est en quête de son identité et découvre des émotions nouvelles. C’est d’autant plus frappant que l’aspect dramatique est omniprésent. Ici, le protagoniste principal a perdu sa mère (eh oui, encore un) malgré que celle-ci le torturait à sa façon pour qu’il donne le meilleur de lui-même. On ressent autant l’amour que Kōsei lui portait que son manque de confiance en lui. Mais l’une des plus grandes réussites de ce shônen, c’est sans aucun doute la relation entre Kōsei et Kaori.

kao

Dès leurs premiers échanges, on remarque un contraste puissant entre eux : alors que Kaori paraît lumineuse et pleine de vie, Kōsei est bien terne à côté. Effrayé et traumatisé, ce dernier est la définition même de la peur tandis que Kaori représente le courage incarné. Tous deux se complètent et se font évoluer l’un l’autre, le plus intéressant étant qu’au cours du manga, les rôles s’échangent. Le héros, qui pensait être un second rôle, une ombre, en représente bien un pour d’autres. On passe du tout au tout et Your Lie in April se permet même de nous donner des leçons de vie notamment sur le temps qui passe et son impact sur l’individu. Le seul véritable défaut de cet anime, c’est que les larmes coulent un peu trop souvent à mon goût.

Côté graphismes et bande-son

Sans conteste, l’anime est visuellement très abouti : les dessins sont jolis et surtout bien travaillés. Il en est de même pour son animation où les jeux de lumière et surtout les couleurs jouent un rôle majeur dans le déroulement de l’histoire. En effet, selon les sentiments des personnages, celles-ci varient et le spectateur est d’autant plus imprégné par le cadre scénaristique. Brillant.

lie

En ce qui concerne la bande-originale, on en prend plein les oreilles grâce à Chopin, Beethoven, Tchaikovski, Ravel ou encore Debussy en passant par les berceuses de notre enfance comme Twinkle Twinkle Little Star. Ça fait tellement de bien ! Allez, écoutez donc ça :

En bref

En soit, l’histoire n’est pas très originale, c’est vrai. Cependant, l’anime nous rend accro dès le premier épisode et je suppose qu’il en est de même pour sa version manga. Alors qu’à la base je pensais découvrir un divertissement léger et drôle, je me suis retrouvée avec le cœur serré et les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Your Lie in April est un des animes les plus spectaculaires (et tristes) de ces dernières années, et c’est tout bonnement un chef-d’œuvre qui fait passer de beaux messages. Aussi, n’hésitez plus et foncez le regarder !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s