REVIEW – Marvel’s Cloak & Dagger (saison 1)

UNE HISTOIRE DE CAPE ET D'ÉPÉE
4.2

En deux mots :

Cette première saison de Cloak & Dagger est une bonne surprise. La qualité est au rendez-vous aussi bien visuellement qu’au niveau du scénario. À voir !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Alors que Luke Cage fait son retour sur le catalogue de Netflix dès le 22 juin prochain pour le lancement de sa deuxième saison, c’est une autre série de l’écurie Marvel qui fait parler d’elle aujourd’hui ! Lancée par la chaîne américaine Freeform, Marvel’s Cloak & Dagger met en scène le duo emblématique du même nom composé du tendre Tyrone Johnson (la Cape) et de la malicieuse Tandy Bowen (l’Épée).

Les deux personnages sont apparus pour la première fois en 1982 dans le numéro #64 de The Spectacular Spider-Man et ont tout de suite plu aux fans. Créées par Bill Mantlo et Ed Hannigan, ils ont obtenu leur propre mini-série de comics dès l’année suivante. Leur succès ne s’arrête pas là puisque ce seront 3 séries qui leur sera consacré au total. On peut également les croiser dans certains numéros de Doctor Strange ou de Civil War.

comics

Pour revenir à la série, il faut savoir que son showrunner n’est autre que Joe Pokaski qui a déjà travaillé sur Heroes et sur quelques épisodes de Daredevil et que donc Monsieur maîtrise plutôt bien le domaine des super-héros. Cette nouvelle production Marvel est d’ores et déjà disponible en France via Amazon Prime, aussi je vous propose de découvrir dès à présent le trailer pour vous imprégner du sujet.

Le pitch

Tandy est une enfant intelligente issue d’une bonne famille mais négligée par un père scientifique qui travaille trop et une mère toxicomane. Le jeune Tyrone, lui, vit dans un quartier modeste et est très proche de son frère aîné, Billy. Un soir, alors que Tandy rentrait en voiture avec son père et que Ty se faisait poursuivre par des policiers avec Billy pour vol, l’explosion d’un site de la Roxxcon Corporation a fait basculer leurs vies à jamais. La première perd son père alors que le second voit son frère mourir sous ses yeux.

Bien des années plus tard, à la Nouvelle-Orléans, Tandy est devenue une voleuse sans-abri et Ty un lycéen des beaux-quartiers sans histoire. Leur rencontre va à nouveau bouleverser leurs existences respectives et surtout va leur faire prendre conscience qu’ils ne sont plus des êtres humains ordinaires.

tandy

Côté scénario

Cette première saison diffusée par Freeform est plutôt bonne à ce niveau-là. Que ce soit Ty ou Tandy, leur histoire à chacun est travaillée avec soin et il est facile de s’y attacher. Chaque détail est minutieusement étudié pour davantage comprendre la personnalité des protagonistes et ce, en peu de temps. Et ça, c’est pas mal. La série ne perd pas de temps et dès les premières minutes du pilote, est mis en scène l’événement qui va bousculer leur vie et qui est notamment à l’origine de leurs pouvoirs. Nous sommes directement mis dans le bain, sans superflu et avec une excellente réalisation qui plus est.

Si le nom Roxxon Corp est officiellement le grand méchant de cette saison, que l’on aperçoit souvent en arrière-plan visuel, les antagonistes sont les personnages principaux eux-mêmes qui devront lutter contre leurs démons intérieurs.

ty

En dehors de leurs histoires d’adolescents aux super-pouvoirs étranges, ce sont aussi les problèmes de la société d’aujourd’hui qui sont soulignés notamment le racisme, les bavures policières, les inégalités sociales, le poids de la réussite scolaire, l’agression sexuelle, la drogue ou l’alcoolisme (la scène du prêtre dans la supérette n’est pas innocente : chacun a ses démons comme le dit si bien Liam). Si certaines libertés ont été prises par rapport au comics, le tout reste cohérent et relativement fidèle.

Et les personnages alors ?

On observe simultanément la vie de chacun qui s’est complètement inversée depuis l’explosion. Tandy est passée de petite fille modèle à délinquante et Ty de casse-cou peureux à lycéen à qui tout réussi ou presque. Malgré leurs cadres de vies diamétralement opposés, on constate qu’ils ont tout de même quelques points communs : des émotions enfouies, un deuil pas encore complètement achevé et une certaine solitude. Les deux personnages sont très bien développés et on veut en savoir plus.

cloak-and-dagger

Tyrone a un puissant sentiment d’injustice et de rage au fond de lui depuis la mort de son frère qu’il essaie tant bien que mal de cacher. Ces émotions sombres sont à l’origine de son pouvoir à l’aspect ténébreux et il est avide de vengeance. Tandy, elle, sortait du lot déjà enfant et n’était pas comme les autres petites filles de son âge, quand bien même elle le souhaitait. Jeune adulte, ce sentiment n’a pas changé. Elle continue d’avoir de l’espoir pour elle-même, pour qu’elle s’en sorte, et à l’inverse de Ty, son pouvoir le démontre sous forme d’un halo blanc. D’ailleurs, le fait qu’elle vive dans une église n’est pas anodin non plus. Déterminée et prête à tout pour survivre, elle n’hésite pas à séduire ou à voler pour obtenir ce dont elle a besoin.

Le concept d’un Ty obscur mais agissant comme un bon garçon et d’une Tandy lumineuse mais se conduisant comme une délinquante est vraiment puissant et beau. D’ailleurs, dans le second épisode, on découvre une nouvelle facette de leurs pouvoirs : Tandy peut voir les rêves et espoirs d’autrui et Tyrone leurs pires craintes.

AUBREY JOSEPH, OLIVIA HOLT

L’alchimie entre les deux personnages prend plutôt bien. C’est à leur première “vraie” rencontre qu’ils découvrent leurs pouvoirs. Tous les deux sont très attachés au passé, ce qui peut se comprendre vu l’ampleur de leur traumatisme respectif. Un lien s’est crée entre eux et ce dès leur réveil sur la plage après les événements de leur enfance. Ils sont indéniablement connectés : leurs pouvoirs sont opposés mais une connexion les relie.

tandy

Du côté du casting, on s’y attendait, les deux rôles principaux prennent toute l’affiche. Que ce soit Olivia Holt ou Aubrey Joseph, tout deux incarnent leur personnage avec perfection. Ils sont très crédibles et n’en font pas des caisses, ce qui est vraiment agréable. Après bon, les personnages secondaires, on ne les voit pas tant que ça, mais ils font eux aussi le job.

Niveau réalisation

Elle est vraiment bien faite, notamment les scènes parallèles entre les deux personnages. Les effets spéciaux sont eux aussi crédibles et de bonne qualité. La production n’en abuse pas. Aussi, la profondeur des personnages est perceptible jusque dans les décors, la mise en scène et la bande originale. En effet, on voit que la réalisation a voulu mettre l’accent sur la musique moderne et tendance. Et ça marche plutôt bien. La scène de l’accident de voiture de Tandy dans les premiers épisodes est d’autant plus marquant grâce à la chanson qui accentue le caractère émotionnel de la scène (“Dead in the Water” d’Ellie Goulding). Le seul véritable reproche que je pourrais faire à la série, c’est ses quelques longueurs. Il y’a parfois des scènes interminables et qui ne sont pas forcément nécessaires.

olivia

Mon avis

J’en veux plus ! Si la série vise clairement un public adolescent et jeune adulte, typique de Freeform d’ailleurs, reste que c’est très prenant. On est bien loin de l’interminable Agents of S.H.I.E.L.D. ou de l’insipide Iron FistMarvel’s Cloak & Dagger est une série fraîche, réfléchie et travaillée avec beaucoup de soin. Franchement, je vous la recommande sans hésiter !

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :