Jeux vidéo PS4 Test

TEST – God of War

Attention, Kratos est en colère. Très en colère.

God of War est un jeu d’action-aventure développé par SIE Santa Monica Studio et édité par Sony Computer Entertainment. Sorti le 20 avril 2018 sur PS4, le jeu renouvelle la série en passant de la mythologie grecque à la mythologie nordique.

God of War_20180427092817
« Père Kratos, raconte nous une histoire… »

Pour faire un test pertinent, je me suis permis de prendre le temps de bien avancer dans le jeu, sans en rater trop. Et contrairement à un Uncharted 4: A Thief’s End, autre exclu PS4, qu’on peut tracer en quelques heures, il en va autrement de God of War qui nécessite plus de temps.

God of War_20180501150012
Ce plan est définitivement l’un des plus dingues

Bienvenue dans le ch’nord

Un aussi gros changement d’univers mythologique importe forcément tant les conséquences sont nombreuses. Tout d’abord sur l’histoire et les personnages rencontrés : oubliez Hadès, Hermès, Zeus et autres dieux de l’Olympe. Enfin presque.

God of War_20180422194449
La modélisation des personnages est super impressionnante !

Depuis Midgard, il s’agira ici de rejoindre via votre Bifrost les contrées du Niflheim ou encore de Jötunheim. Vous y croiserez cependant des têtes bien connues des fans de Thor ou encore de Hellblade: Senua’s Sacrifice puisque les principaux dieux nordiques sont là. En gros, c’est l’occasion pour Kratos pour casser du dieu nouveau. Et ça, c’est cool.

God of War_20180426090306
Toujours aller… vers… la lumière.

Une DA maîtrisée

Nouvel univers veut aussi dire nouvelle direction artistique. Oubliez les couleurs chaudes de la Grèce et laissez-vous bercer par la froideur mélancolique et poète d’un univers viking riche dans lequel runes, drakkars et monstres en tout genre se bousculeront pour vous faire vivre une épopée unique. Bref, qu’on se le dise simplement : le jeu est ma-gni-fique ! Un réel petit bijou tant du côté de la technique que du côté de la direction artistique, le jeu frôle la perfection. Voilà.

God of War_20180424092433
Le Serpent Monde est tellement cool !

Une histoire épique

Oubliez aussi les histoires de revanches familiales. Dans cet épisode, il s’agit d’honorer (de façon plus mature) les morts et de transmettre un savoir.

Le jeu se lance, Kratos et son fils Atreus préparent un bois destiné à brûler le corps défunt de la mère du garçon. Alors qu’aucun des deux personnages ne se connaît réellement, ils vont se lancer dans un voyage, de rédemption pour l’un et et d’initiation pour l’autre, tout en cherchant à faire leur deuil à leur façon. Ainsi, le joueur voit évoluer sous ses yeux une relation quasi naissante entre un père et son fils.

God of War_20180422194202
On commence dans un bon mood

Kratos est un personnage surpuissant, nous y sommes habitués. Mais le fait d’avoir Atreus à ses côtés en permanence permet au joueur de prendre du recul et de se rendre compte de la force herculéenne du machin, ce qui ajoute beaucoup à notre épopée.

God of War_20180422200717
Le nombre de détails… 

Je suis ton père !

Entre Dark Vador et Kratos, je ne sais pas lequel est le pire papa. Mais ce qui est sûr, c’est que je préfère le mien. Dans ce nouveau God of War, Kratos est donc accompagné d’Atreus, son fils, dont il a la charge suite à la perte de sa femme et mère du petit. Durant son voyage, notre gros bourru va essayer tant bien que mal de cacher sa vraie nature à son fils. Mais bon… on sait bien que la vérité va finir par éclater. On prend donc du pop-corn et on attend sagement, comme dans une tragédie grecque, que la sentence tombe. C’est délicieux.

God of War_20180424090905

Atreus, bien que beaucoup trop bavard à mon goût (mais tais-toi à la fin, sale gosse !) offre une narration riche au jeu qui nous permet de suivre l’évolution de la relation des deux personnages. C’est plutôt intense. Vers la fin du jeu, chaque mot prononcé par Kratos résonne particulièrement. De plus, la présence de personnages secondaires (comme Mimir) ajoute à la narration.

God of War_20180426085651

De plus, cette relation permet à l’expérience de jeu, déjà bien connue des joueurs, et qui a fait la renommée des God of War, de se réinventer en partie. En effet, la présence du fils permet d’avoir un second personnage avec lequel Kratos parle en permanence et permet un gameplay plus dynamique, un peu à l’instar d’un The Last of Us dans lequel, Ellie (la petite fille) pouvait vous aider par moments. À mon goût, le gameplay y gagne clairement en profondeur.

God of War_20180424085708
Retrouver l’ambiance de Hellblade: Senua’s Sacrifice me plaît beaucoup !

D’autant plus que s’il est possible d’améliorer l’équipement de Kratos, il en va de même pour Atreus à qui vous pouvez apprendre des techniques particulières, améliorer le carquois, les flèches, la tenue, etc. En combat, le gamin peut être d’une réelle utilité. Moi, par exemple, je lui ai appris à me trouver de la vie lorsque celle-ci est faible. Et bah ça, c’est cool.

God of War_20180501103555

Tout est une question de difficulté

Petit conseil : suivez le chemin. Enfin non, cherchez les trésors cachés à côté, mais suivez la quête principale. Car si par malheur, vous tentiez de vous aventurer là où vous n’êtes pas encore censé aller, vous pourriez trouver la difficulté parfaitement inadaptée. Kratos doit évoluer et gagner en compétences afin de pouvoir se mesurer aux ennemis les plus coriaces. Sans quoi, vous pourriez passer de très longs moments à essayer de lutter contre un monstre niveau 6 quand vous n’en êtes qu’au niveau 2. En 1 coup, vous êtes mort. C’est du vécu. Histoire vraie.

God of War_20180501112037

Après, vous pourriez être un adepte des jeux à difficultés. Et ça, je comprends !
Pour le coup, avec God of War, je dirais même que toute l’expérience de jeu repose sur la difficulté choisie. En « normal », les ennemis attendent votre arrivée et vous attaqueront (à peu près) un à un. Le jeu peut sembler répétitif et presque un brin ennuyeux par moment (c’est dommage quand même vu la qualité globale). Pour plus de challenge, le mode « difficile » vous proposera de vivre l’expérience d’une toute nouvelle façon. Les ennemis n’auront par exemple pas le même gameplay et se tenteront à quelques feintes. Ce qui rend clairement l’expérience plus tendue. Et plus prenante.

God of War_20180424084310

Mon avis

Le jeu est une réussite. Qu’on se le dise. Mais bon, tout le monde le dit déjà.
Un brin répétitive à mon goût, la nouvelle épopée nordique de Kratos nous emmène pour un voyage visuel plus qu’impressionnant dans lequel nous n’avons qu’une envie : y rester. Aux côtés du jeune Atreus (dont je fermerais bien le clapet si c’était possible), Kratos va devoir s’inventer père. Le joueur prend alors plaisir à alterner entre action pure et évolution d’une relation père/fils très forte. D’autant plus que le jeu vous réserve quelques surprises !

Que ce soit pour la prouesse graphique qui pousse les capacités de la PS4 au maximum, la patte artistique travaillée ou le gameplay rafraîchissant, God of War figure au sommet de ma ludothèque aux côtés de The Witcher 3 et Uncharted 4.
Julien

Note : 19/20

Les +

  • Somptueux
  • L’ambiance nordique
  • Des personnages attachants
  • Un gameplay simple et technique
  • Le character design parfait
  • Les lames du chaos !!

Les –

  • Atreus, tais-toi !
  • La tête patibulaire des
    personnages ne plaira pas
    à tout le monde
  • Combats un peu répétitifs

Mes screenshots de God of War :

 

Publicités

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s