Films Manga Reviews

REVIEW – Fullmetal Alchemist (live action)

«  L’humanité ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour. Pour chaque chose reçue, il faut en abandonner une autre de même valeur. En alchimie, c’est la loi fondamentale de l’échange équivalent « .

Fullmetal Alchemist est un manga d’Hiromu Arakawa publié pour la première fois au Japon en 2001 et depuis 2005 en France par la maison d’édition Kurokawa. Achevée, la série de mangas compte 27 tomes vendus à 80 millions d’exemplaires à travers le monde. Devenue une œuvre incontournable de la culture nippone, elle a déjà à son actif 2 adaptations en séries animées (Fullmetal Alchemist et Fullmetal Alchemist: Brotherhood), 2 films d’animation, une dizaine de jeux-vidéo et maintenant une adaptation en prise de vue réelle.

full_metal_alchemist

Ce film en live action a été réalisé par Fumihiko Sori, qui a notamment été le chargé d’animation graphique sur le tournage du ô combien culte Titanic. Sorti le 1er décembre 2017 dans les salles japonaises, le film est désormais disponible sur Netflix depuis le 19 février dernier. Mais alors, que vaut cette énième adaptation ? Coup de maître ou gâchis total ? My Geek Actu vous raconte tout ça.

Le pitch

Edward et Alphonse Elric, deux jeunes frères, viennent de perdre leur mère. Seuls et sans autre famille, ils décident de tenter de la ressusciter grâce à l’alchimie, une science métaphysique. Tabou chez les alchimistes, la transmutation humaine est interdite et n’a jamais connu de réussite. Aussi, la tentative des deux frères échoue et leur audace est punie : alors qu’Edward, l’aîné, perd sa jambe gauche et son bras droit, Alphonse y perd carrément son corps. Des années plus tard, Edward est devenu Alchimiste d’État et travaille pour l’armée avec Alphonse, dont l’âme est rattachée à une armure. Tous deux sont à la recherche de la pierre philosophale qui les aidera à récupérer leurs corps.

La fiche technique

Tourné entre les studios japonais et Volterra en Italie, le film Fullmetal Alchemist a bien des choses à dire. Si le cadre occidental est tout à fait approprié et fidèle aux décors du manga, un élément de taille créé un contraste frappant : le casting 100% japonais. Ce n’est pas du tout réaliste et encore moins crédible. L’œuvre originale prend place dans un état appelé Amestris qui est inspiré d’un pays d’Europe centrale. Aussi comment expliquer un casting uniquement composé d’acteurs asiatiques portant des perruques ridiculement flagrantes dans un tel décor ? Enfin bref. En parlant d’acteurs, petit retour sur les têtes d’affiches du film.

  • Edward Elric : Ryōsuke Yamada (Assassination Classroom)
  • Alphonse Elric (voix) : Atomu Mizuishi
  • Winry Rockbell : Tsubasa Honda (GTO, Blue Spring Ride)
  • Roy Mustang : Dean Fujioka (Just You)

Dans des rôles plus secondaires, on retrouve :  Matsuyuki Yasuko (Lust), Hongo Kanata (Envy), Uchiyama Shinji (Gluttony), Kohinata Fumiyo (Général Hakuro), Renbutsu Misako (Riza Hawkeye), Oizumi Yo (Shô Tucker) et Sato Ryuta (Maes Hughes).

alphonse

En ce qui concerne la réalisation et les effets spéciaux, on voit de belles choses mais malheureusement surtout des ratés. Si Alphonse est très réussi, en revanche certaines scènes dont celle de la transmutation des deux frères sont maladroites. Sans spoiler qui que ce soit, on voit quand même Al surfer sur une planche en bois comme Aladdin sur son tapis volant. C’est dommage compte tenu de l’aspect dramatique de la scène.

Un scénario déséquilibré

C’est un film de 2h17 alors forcément des choix scénaristiques ont dus être pris, surtout vu l’ampleur de l’univers de FMA. Si certains sont discutables, le scénario tient plus ou moins la route. Attention je ne suis pas d’accord avec tout mais on constate un véritable effort pour tenter de rester fidèle à l’œuvre originale. Si il est dommage que la relation des deux frères avec leur mère ne soit pas développée plus que cela, cela reste normal car prenant certainement trop de temps à la réalisation. Le début du film est catastrophique, cependant la dernière heure du film remonte un peu le niveau et il faut s’accrocher, surtout si on est un fan de la première heure. En dépit de tout cela, le spectateur fait quand même face à quelques séquences « émotions », où il peut avoir la larme à l’œil (j’avoue je plaide coupable).

FMA

En ce qui concerne les scènes de combat, elles passent bien trop vite et nous sommes assaillis d’effets spéciaux en tout genre. On a genre Edward qui se mange un obstacle en pierre de pleine face et qui s’en sort sans aucune égratignure. Enfin si, pardon, il saigne un peu du nez… puis « s’envole » face à une avalanche de pierres. Petite parenthèse : dans le manga et les animes, Edward transmute très souvent son bras en acier en une arme redoutable pour combattre. Ce n’est pas le cas dans le film et je le regrette.

ed bras

Des personnages fidèles à l’original ?

Le personnage d’Edward est relativement fidèle à celui de l’œuvre d’Hiromu Arakawa. L’acteur joue bien son rôle malgré certaines instabilités : un coup il surjoue et à un autre on ne le voit pas réagir. D’ailleurs mais où sont passées les crises de nerf d’Ed quand on lui parle de sa taille ?! Alphonse, lui, est un peu effacé dans le film. Si la relation entre les frères est au cœur du manga, elle est également mise en avant dans cette adaptation où lors d’une scène très forte entre eux, on ressent la profondeur de leur affection : ils représentent tout l’un pour l’autre. Venant en à Winry : mais qu’ont ils fait… ? Non seulement l’actrice qui la joue en fait des caisses et des caisses et en plus on ne comprend pas vraiment ce qu’elle fait là ! Dans l’œuvre originale, Ed et Al veulent à tout prix protéger leur amie d’enfance du danger et elle est rarement mêlée à leur périple. Or, là, on ne sait pas pourquoi elle débarque à East City ni pourquoi ils la laissent rester !

homon

D’un autre côté, Shô Tucker a un rôle bien plus important que dans l’œuvre originale. Aussi, le colonel Mustang et le lieutenant Hawkeye sont bien représentés tandis qu’au niveau des homonculus c’est un peu la déception : si Lust est bien mise en avant, en revanche ce n’est pas le cas de Gluttony ni d’Envy qui fait pourtant partie des personnages les plus intéressants et complexes du manga. Comment ça, ils ne sont que trois ? Ben les autres ne sont pas là en fait, enfin du moins pour l’instant. D’ailleurs, y’a pas non plus Scar, Pinako, le Commandant Armstrong, ou Izumi !

arms

En bref

Si on me demande si cette adaptation en live action était nécessaire je dirai que non. Cependant, on constate que c’est un nouvel hommage pour le manga et pour les fans, et c’est vrai que c’est quand même plaisant de retomber dans l’univers de FMA. Le film avait un énorme potentiel. Or à la fin, je me sens mitigée. Il y a certes de bonnes choses mais l’ambition du projet a fini par le dévorer complètement. Pour les aficionados de Fullmetal Alchemist, je vous conseille tout de même de le regarder, histoire de ne pas avoir de regrets, d’autant plus qu’une suite est actuellement en préparation. Et puis au pire, vous ferez comme moi et ça vous donnera envie de vous re-mater pour la 156ème fois Brotherhood !

Publicités

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s