News Reviews Séries

REVIEW – Hero Corp (S05)

Et dire que c’est fini…

Hero Corp est une série télévisée française fantastique et humoristique produite par CALT. Elle a été créée par Simon Astier et Alban Lenoir, réalisée par Simon Astier et écrite par Arnaud Joyet et Simon Astier. Diffusée depuis 2008, la cinquième et dernière saison a quant à elle été ajoutée à Netflix le 1er janvier 2018. Depuis que j’ai découvert Hero Corp, il y a de ça 2 ans, j’ai toujours voulu écrire un article sur la série. Je me suis dit « bon ça sera pour la saison 3 » mais elle avait déjà été diffusée depuis quelques mois. Puis pour la saison 4. Puis j’ai oublié. Et voici qu’arrive la saison 5 et que sonne avec elle la fin des aventures de ces super-héros.

hero-corp-saison-5-avis-review-my-geek-actu-forc3aat.jpg

Un pitch héroïque ?

John, personnage complètement banal, arrive dans un petit village isolé pour y enterrer sa tante. Il se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas. D’autant plus que personne ne veut le laisser partir. Et qu’en fait sa tante n’est pas morte du tout. En réalité, le petit village est un repère d’anciens super-héros. Sauf qu’ils sont aujourd’hui des humains tout à fait normaux, avec leurs défauts, dont les pouvoirs s’estompent avec le temps. Mais voilà, vingt ans après leurs exploits passés, le mal refait surface en la personne de The Lord, super-vilain dont le pouvoir est de contrôler l’esprit des gens. Très vite, les ex-héros s’en remettent à John pour tous les sauver.

Hero Corp Saison 5 Avis Review My Geek Actu Saison Dark

Derrière ce pitch qui, a priori, semble totalement ridicule, se cache en réalité une histoire brillante. Le ton totalement décalé donne à l’histoire et aux personnages une teinte très réaliste. Notons d’ailleurs que si la réalisation a parfois été critiquée pour le jeu de certains de ses acteurs (qui jouent parfois relativement mal – à dessein), le décalage entre héroïsme et réalité permet à ses anciens héros d’être finalement beaucoup plus crédibles que des Peter Parker déguisés en araignées et se pavanant dans tout New York sans que personne ne s’en sente gêné. Avec Hero Corp, les héros ont une fonction, un statut et celui-ci évolue. Le regard de la population également. L’histoire n’en est finalement que plus riche.

Simon Astier avouera lui même dans Télérama :

Mon constat final est profondément personnel : mes héros vont comprendre qu’il n’y a ni bien, ni mal, et que leur pire ennemi, c’est la part d’eux-mêmes qu’ils ont refusé de voir jusqu’ici.

Hero Corp Saison 5 Avis Review My Geek Actu Prisonniers

Des formats variés

Ne vous formalisez pas si vous rencontrez des formats très variés. En effet, si les épisodes de la saison 3 ont duré 7 minutes chacun (faute de moyens), ils étaient de 13 minutes pour la saison 4 et de 26 minutes pour la saison 1, 2 et 5, puis de 7 à 50 minutes (pour le final), difficile de trouver une régularité dans les épisodes. D’autant plus que, de facto, les jeux de rythme ne sont pas toujours les mêmes, ce qui pourrait être perturbant. Et du coup ? Bah non. Moi ça ne m’a pas gêné. En réalité, dans la saison 5, les épisodes ont été groupés par 5 pour former à leur tour un épisode plus long de 35 minutes environ. Donc finalement, c’est pareil. Ouf ! On l’a échappé belle !

Hero Corp Saison 5 Avis Review My Geek Actu Comics Tous

D’autant plus que ces différents formats s’accompagnent d’intrigues en permanence différentes. Avec Hero Corp, on ne s’ennuie pas. Pas le temps de voir venir les événements, il vont totalement changer à chaque saison. C’est un point positif et un point négatif. Pour ma part, je regrette un peu que seule la saison 1 se déroule dans le village. L’ambiance y était riche et j’y aurais bien passé un peu plus de temps. Mais bon !

Hero Corp Saison 5 Avis Review My Geek Actu Comics Débuts

Un hommage geek

Des intrigues souvent complètement WTF qui font toujours directement référence à un film ou à une trame typiquement geek, voici ce qui a fait la réussite de Hero Corp. Car oui, à chaque épisode, j’imaginais Simon Astier et Alban Lenoir s’exciter comme deux adolescents sur leur script « et là, on va mettre un super méchant et il sera comme ça, comme dans les films qu’on regardait petit ». Ce qui fait que le ridicule en apparence évident de chaque situation cocasse finit en image nostalgique. Je comprends les choix qui ont été faits, je vois quelles sont les références (directes ou non). Car parfois volontairement, parfois moins, les épisodes de la série sont directement le fruit d’un imaginaire guidé par les classiques du genre. Hero Corp est un hommage à la culture geek comme j’aime en voir. On notera par exemple Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, super-vilain qui fait assez évidemment référence à Voldemort dans Harry Potter. On pourrait également relever les 4 Atomiques, référence aux 4 Fantasiques ou encore le très drôle Captain Canada, résultat cheap d’une copie de Captain America version canadienne.

HERO CORP

Cet hommage geek est accepté par le jeu omniprésent entre série et comics. Les personnages de la série sont des super-héros. Et dans la série, leurs histoires sont racontées dans des comics. Ainsi John apprend l’histoire des habitants du village (et donc de sa tante, super-héroïne) en lisant des comics. Brillant. D’autant plus que ces comics sont vendus (dans le monde réel là, le nôtre). Du coup, nous voyons les mêmes pages de comics que John dans la série. La mise en abîme est intelligente, l’immersion est totale.

 

La saison 5

Une intrigue complexe et bien ficelée mêlant de nombreux rebondissements, de nombreuses pertes, un super méchant surprenant mais attendu, cette saison 5 aura été forte en émotions. D’autant plus que j’ai regardé l’épisode 8, dernier épisode de la saison, donc par extension, dernier épisode de la série sans me rendre compte qu’il s’agissait de l’ultime épisode. Oups. Mais du coup, ne reste-t-il pas plein de questions en suspens ? Oh que si ! Mais alors des tonnes ! Et là où la série est brillante, c’est qu’avec son savant mélange série/comics, de nouvelles aventures sont déjà prévues. Mais au format comics. Ce qui fait sens quand on sait que la production des dernières saisons aura été plus que compliquée…

« Hero Corp, c’est pratiquement un tiers de ma vie, raconte Simon Astier. Et cette saison 5 fut vraiment très compliquée. On a vécu à peu près toutes les catastrophes. Moi, j’ai failli crever. Quand on a repris six mois après, des acteurs se sont blessés. Une boîte de post-production avec qui on travaillait a été liquidée… Arriver au bout a donc été une vraie victoire ! » – Simon Astier (Le Figaro)

Alors que j’avais trouvé la saison 4 un peu trop sombre, trop psychologique et que j’avais eu du mal à voir où l’histoire allait, j’ai été plus qu’agréablement surpris par cette cinquième saison. Attendez-vous à beaucoup de rebondissements et plus important encore, une vraie fin.

hero-corp-saison-5-avis-review-my-geek-actu-perso.jpg

Mon avis

Je ne vais pas tourner autour du pot, vous avez dû le comprendre : je suis irrémédiablement charmé par l’univers loufoque et décalé des personnages de Hero Corp. Série aussi divertissante qu’intelligente, je reconnais en cette ultime saison un parfait final allant jusqu’à annihiler toute forme de tristesse. C’est qu’après tout, si la série, c’est terminé, il reste encore les BD ! Ce n’est donc pas un adieu mais un au-revoir.

Au-revoir au casting de rêve de Hero Corp composé de :

  • Simon Astier : John, « Bouclier Man »
  • Alban Lenoir : Klaus, « Force Mustang »
  • Sébastien Lalanne : Doug, « Sérum »
  • Gérard Darier : Stève, « Brasier »
  • Agnès Boury : Mary, « Renaissance »
  • François Podetti : Burt, « Acid Man », « Captain Shampooing »
  • Arnaud Joyet : Stan, « Mental »
  • Philippe Noël : Cécil, le maire, « Captain Transformation »
  • Étienne Fague : Mique, fils du maire, « Réception »
  • Aurore Pourteyron : Jennifer, « Sirène »
  • Stéphanette Martelet : Miss Moore, assistante de Neil Mac Kormack
  • Christian Bujeau : Ethan Grant, « The Lord »
  • Lionnel Astier : Neil Mac Kormack, « Infusion »
  • Arnaud Tsamere : Karin, « Captain Sports Extrêmes »
  • Jennie-Anne Walker : Claudine, la sœur jumelle de John.
  • Émilie Arthapignet : Héléna, épouse de John
  • Josée Drevon : Mégane, mère de Jennifer
  • Hubert Saint-Macary : Matthew Hoodwink
  • Didier Bénureau : Laurence Hawkins, « Super Invisible »
  • Jacques Fontanel : Théodore
  • François Frapier : Kyle
  • Jacques Ville : John senior « Rock Head »
  • Erik Gerken : Valur « Electro Man »
  • Patrick Vo : Jean Micheng
  • Charles Clément : Eraste
  • Michel Courtemanche : Benedict, « Captain Canada »
  • Jean-Luc Couchard : Dan, mutant mi-homme, mi-canard branchu
  • Disiz : Guy, « Captain Trois-Rivières »
  • Nathalie Roussel : Jane, mère de John
  • Jonathan Cohen : Julien
  • Oldelaf : Jean-Marc, « Invisiblor »

Hero Corp Saison 5 Avis Review My Geek Actu Comics Logo

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s