Films News Reviews

REVIEW – Justice League

Quelle lourde tâche que d’écrire sur le nouveau Justice League tant la presse « traditionnelle » s’acharne sur le film…

Justice League est un film de super-héros américain DC Comics réalisé par Zack Snyder, et sorti en France le 15 novembre 2017. Le film réunit Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg, Flash et Superman. Il s’agit du 5ème film du DC Extended Universe après Man of Steel, Batman v Superman : L’Aube de la Justice, Suicide Squad et Wonder Woman. Et j’avoue le petit fan qui sommeille en moi bouillonnait d’envie de voir enfin tous ces personnages réunis ! C’est juste un rêve de gosse !

Pour un maximum d’objectivité, cet article va se découper en 3 parties :
1. Je vais commencer par vous donner mon avis du film point par point.
2. Je mettrai en avant quelques clins d’œils et références cachées.
3. Je tâcherai de voir ce qui a été reproché au film et pourquoi.
Attention, je risque de dévoiler quelques SPOILERS.

L’histoire proposée

Steppenwolf, oncle et général de l’armée de Darkseid se rend après plusieurs siècles sur Terre afin de réunir trois « mother boxes » (en français « boîtes mères ») pour libérer leur pouvoir et détruire notre petite planète bleue. Bruce Wayne, qui vient d’enterrer Superman, pressent une invasion extra-terrestre et décide de réunir une équipe capable de défendre les intérêts humains : à savoir de survivre. Jusque-là, on comprend la motivation !

En somme, l’histoire est simple. Très simple même. Mais elle est cependant tout à fait logique. Dans Batman v Superman, Bruce a une vision, due au voyage dans le temps de Barry, celle d’un monde sous le joug de Superman et de Darkseid. Il était donc logique, sans nous balancer le grand méchant tout de suite, de nous faire découvrir dans un premier temps son second ainsi que les Parademons.

D’autre part, il ne s’agit ni plus ni moins que du pitch des comics Justice League: Origin (adapté récemment en film d’animation Justice League: War), à la seule différence que le némesis n’était pas Steppenwolf mais Darkseid lui-même. On note tout de même que les hordes de Parademons, les boîtes mères, ainsi que l’histoire sur l’origine de Cyborg à la technologie du Fourth World viennent directement de cet arc narratif.

Les personnages de la Justice League

Batman / Bruce Wayne : Je reste fidèle à mes positions, Ben Affleck fait un excellent Batman et un incroyable Bruce Wayne. Les quelques images sombres et bleutées du personnage sont tout simplement sublimes et extrêmement fidèles aux comics. Et ça, c’est cool ! On va dire que Bruce Wayne, c’est un peu le père de famille très riche et rassurant.

Justice League Review My Geek Actu Promo 1

Wonder Woman / Diana Prince : Déjà découverte dans Batman v Superman et dans le film éponyme, le personnage n’est plus à présenter. Gal Gadot remplit le contrat à merveille. Diana, c’est la maman de la famille que le tonton a envie de se taper.

Justice League Review My Geek Actu Promo 1 3

Flash  / Barry Allen : Totalement différent de la version proposée dans la série CW, Barry Allen est cette fois un joyeux luron timide au combat et quelque peu dérangé mais particulièrement charismatique. Barry, c’est le fils maladroit mais qui veut bien faire. Et comme son père est en prison, la figure paternelle est vite remplacée par son mentor : Batman.

Justice League Review My Geek Actu Promo 1 5

Aquaman / Arthur Curry : Je n’attendais rien du personnage qui ne m’a jamais vraiment impressionné par autre chose que par ses muscles. Je dois dire qu’il incarne un Aquaman fort, déterminé, fier, très humain et décalé. Il donne une vraie touche de fraîcheur au film. Finalement, Aquaman c’est un peu l’oncle bourré qui fait des blagues grasses en fin de soirée : indispensable.

Justice League Review My Geek Actu Promo 1 7

Cyborg / Victor Stone : À la fois discret, sombre et calculateur, le personnage reste très humain et donne une touche de sérieux à l’équipe. Clairement, c’est l’ado mal dans sa peau, qui a besoin d’une figure maternelle : Diana.

Justice League Review My Geek Actu Promo 1 4

Steppenwolf : Imaginé par Jack Kirby, il est ici l’archétype total du méchant qui n’a d’autre but que de détruire la Terre. C’est un personnage de comics. Qu’on les aime ou non, il faut aussi les prendre comme ils sont. Steppenwolf est le plus jeune frère d’Heggra et l’oncle d’Uxas (Darkseid). Il est également membre de la Darkseid’s Elite ainsi que le chef des forces armées d’Apokolips. Son arme favorite est l’Electro-axe (Hache-foudre). Pour le coup, le film ne trahit pas les comics.
Personnellement, je ne suis pas fan du design du personnage, mais la 3D s’explique facilement par le fait qu’il s’agisse d’un extra-terrestre.

Une direction artistique très soignée

Le film réussit selon moi un triple exploit : être fidèle aux univers des comics, être fidèle à la charte de chaque film et enfin créer une unité à partir de ceux-ci, chose extrêmement difficile.

En effet, non seulement j’ai trouvé la direction artistique cohérente du début à la fin, mais en plus les filtres et effets propres à chacun des personnages sont parfaitement respectés. Batman évolue dans un univers sombre, Aquaman dans un univers aquatique froid, Wonder Woman combat en ralentis stylisés, etc. Nous sommes d’ailleurs très heureux d’avoir retrouvé le thème sur-vitaminé de Wonder Woman composé par Hans Zimmer et Junkie XL !

Mais ce n’est pas tout puisqu’au-delà de l’unité se cachent de très nombreuses références artistiques aux précédentes œuvres. Par exemple, Gotham y est représentée comme dans le jeu vidéo Batman Arkham Knight. On pourrait également souligner la présence des thèmes originaux de Batman de Tim Burton composé par Danny Elfman (en charge de l’OST du film Justice League) ou encore celui de Superman.

Quelle cohérence avec le DCEU ?

Afin d’optimiser les chances de réussite, Batman décide (avec l’aval de l’équipe) de ressusciter Superman grâce à une « mother box » et l’énergie du vaisseau kryptonien de Zorg (Man of Steel). Bruce Wayne culpabilise de ne pas avoir soutenu Clark dès le début et de s’être laissé manipuler par Lex Luthor (Batman v Superman). Wonder Woman, après plus de 100 ans de solitude, suite à la perte de son petit ami Steve Trevor (Wonder Woman) reprend du service dans Batman v Superman. Comme dirait Dirk Gently « tout est lié ».

batman-v-superman-dawn-of-justice_bb788b6f

De plus, le film Justice League avait pour missions :

  • De partir de la mort de Superman pour inciter les extra-terrestres à venir sur Terre.
  • D’introduire les nouveaux personnages que sont Aquaman, Flash et Cyborg que l’on avait déjà découverts succinctement dans BvS.
  • D’entendre directement parler de Darkseid et de son armée de Parademons afin de faire le lien avec la vision de Bruce Wayne dans Batman v Superman (référence au comic book Flashpoint Paradox).
  • De réanimer Superman pour en faire un dictateur (comme dans la vision de Batman, toujours).

17_injustice01-e1510937023646.jpg

Mon avis sur Justice League

Plus léger que les précédents films DC, Justice League est un très bon film dont les 2 heures défilent à une vitesse incroyable et auquel j’ai vite pardonné les petites imperfections et faux raccords.

Concentré de références aux comics et à l’univers du DC Extended Universe, le film nous offre pour la première fois au cinéma la chance de voir l’équipe se former et évoluer.
Le tout, sublimé par une direction artistique à la fois fidèle à chaque univers et créatrice d’unité, nous permet sans grande difficulté de nous plonger tête la première dans cet univers aussi sombre qu’agréable. C’est pour moi un quasi-sans faute !


Quelques clins d’œil et références aux comics :

Lors de la scène d’ouverture, on peut distinguer un panneau « JANUS » sur un bâtiment, société détenue par Charles Sionis, le père de Roman Sionis, plus connu sous le nom de Black Mask, méchant du jeu Batman Arkham: Origins.

Quand Barry rencontre Bruce, ce dernier lui demande de quoi est capable son costume. Différentes références sont alors faites à Gorilla Grood (« je parle plusieurs langues, dont le Gorille ») ou encore Captain Cold (« pour la patinoire »), tous deux ennemis de Flash.

the-flash-cyborg-news-my-geek-actu

Steppenwolf dit à un moment « I will take my place among the New Gods, » ce qui fait référence à l’épopée de Jack Kirby « Fourth World« .

De nombreuses références bibliques ont été déposées par Zack Snyder dans Batman v Superman. Justice League ne déroge pas à la règle. En effet, lorsque Aquaman rejoint l’équipe, on peut littéralement dire qu’il fend l’eau en deux.

Justice League Review My Geek Actu Aquaman

Aquaman est la première personne à appeler Bruce « Batman ». Dans les précédents films, celui-ci est mentionné comme le « Bat de Gotham ». Il semblerait que comme Bruce ait appelé Arthur « Aquaman », celui-ci se venge gentiment en l’appelant « Batman ». Il faut savoir qu’il arrive souvent dans les comics que Batman et Aquaman s’envoient des petites vannes pour rigoler.

Lorsque Bruce Wayne enlève son costume et que Diana lui remet l’épaule en place, on peut apercevoir dans la pièce des armures Samouraï. Celles-ci rappellent non seulement le film Batman de Tim Burton (1989) mais également l’origine de Batman puisqu’il apprend les arts martiaux aux côtés de Ra’s Al Ghul, comme expliqué dans le film Batman Origins de Nolan.

Lorsque Diana parle à Bruce de la Grande Guerre (entre les humains, les atlantes et les amazones contre Steppenwolf), ils nous est possible de voir pour la première fois dans le DCEU des Green Lanterns. Ce n’est donc plus qu’une question de temps avant de voir arriver Hal Jordan et son anneau vert ! De même, il est possible de voir une version ancienne d’un Shazam envoyant de la foudre sur ses ennemis. Logique quand on sait que Zachary Levi vient de gagner le rôle du personnage.

Justice League Review My Geek Actu Green Lantern

Dans la première scène post-générique, Superman et Flash s’affrontent dans une course pour savoir lequel va le plus vite. Il faut savoir qu’il y a une longue tradition de courses entre Superman et Flash qui remonte aux années 1960.

Dans la seconde scène post-générique, on apprend que Lex Luthor s’est échappé de prison, se cache sur un yacht et rencontre (en même temps que nous) Slade Wilson, aka Deathstroke, interprété par Joe Manganiello. Lex a alors l’idée de créer sa propre ligue, ce qui fait penser à la Legion of Doom ou encore la Société Secrète des Super-Vilains (ouais le nom est moins classe mais bon).

La campagne de promotion du film (même elle) ainsi que certains plans de fin du film font directement références aux œuvres d’Alex Ross qui avait imaginé une Justice League réaliste. Voyez vous mêmes :

Ou encore cette image que l’on retrouve à la fin du film :


Les critiques faites au film ?

Mais alors pourquoi les avis sont-ils si partagés ? Voici les différents reproches qui ont été faits au film :

Le film a été « marvelisé » avec l’arrivée de Joss Whedon : Personnellement, je n’ai pas vraiment ressenti la touche Whedon. Certes, le film est plus léger que les précédents, mais finalement la plupart des scènes humoristiques (si on peut appeler ça ainsi, parce que ce n’est pas non plus la grande rigolade) étaient déjà dans les trailers, donc tournés par Zack Snyder.

Le film est trop drôle et pas assez sérieux : Il est vrai que le film est clairement plus léger que Batman v Superman. Certaines punchlines sont bonnes, d’autres tombent un peu à plat. C’est totalement vrai. Mais je n’y vois pas là l’effet Marvel mais plus l’effet team-up. Les personnages réunis forment une équipe. Or, l’esprit d’équipe invite un ton plus léger, comme dans les jeux-vidéos Injustice. Cela n’enlève pas la tonalité grave de certaines scènes. Seul reproche entendu par notre rédacteur Morgan « Superman aurait dû prendre part au combat final de façon plus agressive et moins légère« . C’est vrai. C’est un point qui ne m’avait pas marqué.

Le film n’offre plus d’intrigue à enjeu : L’enjeu principal du film semble être la formation de l’équipe plus que le sauvetage du monde. C’est vrai. Cela dit, l’enjeu philosophique est là. Alors que dans Batman v Superman l’humanité devait faire face à une figure divine « comment doivent vivre les Hommes avec un dieu ? », les Hommes croyaient en Dieu, ils se sont retrouvés nez-à-nez avec, dans Justice League, la situation est autre : l’humanité peut elle vivre sans dieu ? Batman donne la réponse : Non. L’humanité a besoin de Superman. L’humanité a besoin d’un Dieu. Peut-être que l’analyse n’a pas été suffisamment développée dans l’intrigue. Peut-être cette partie serait-elle plus développée dans la version longue. C’est dommage.

Superman / Henry Cavill et sa moustache : Alors que le tournage était terminé, certaines scènes ont dûes être reprises. Il s’agit de quelque chose de courant. Cependant, Henry Cavill était alors occupé sur le tournage de Mission Impossible 6 dans lequel il arbore une magnifique moustache. Elle a donc dû être supprimée numériquement pour les quelques scènes du film. Personnellement, je ne l’ai absolument pas vu. Mais je n’avais pas bien suivi cette affaire de moustache. Et quand on le sait, ça doit sauter aux yeux.

Justice League News My Geek Actu Dark Superman Black Superman
On a évité le mulet, moi je dis youpi !

Les amazones de Zack Snyder sont trop dénudées : Entre le film Wonder Woman et Justice League, les amazones ont changé de tenues et sont à présent moins vêtues. Ok… Ce n’est pas vraiment comme si Wonder Woman était très habillée de toute façon… C’est comme dans les comics quoi.

wonder-woman-2017-news-my-geek-actu-nouvelle-bande-annonce-trailer-officiel

Le film ressemble trop à un jeu vidéo ? Je cite :

« Tristesse encore que ces acteurs à l’évidence démotivés de n’avoir à jouer que des propriétés intellectuelles en mouvement plutôt que des personnages de chair et d’os, dans ce vaste jeu vidéo sans manettes ni âme ». – Le Point Pop

Non seulement les nombreuses vidéos de making-of ne montrent pas un casting démotivé (au contraire, mais ça encore, c’est du marketing me direz-vous) mais en plus il est normal et même brillant de la part de Zack Snyder d’avoir fait quelques clins d’œils au format vidéo-ludique. En effet, je l’avais déjà souligné dans ma REVIEW de Batman v Superman, la vision de Batman fait référence aux comics Flashpoint et Injustice. Mais avant d’être un arc narratif d’excellents comics, Injustice est surtout un jeu vidéo de combat. Rien de surprenant que quelques images soient donc en lien, si ?

Injustice 2 Wallpaper

D’ailleurs, j’ai noté que la police de caractère utilisée pour le titre de fin « Justice League » était la même (ou très très proche) de celle d’Injustice. Non, ce n’est pas une coïncidence.

La même critique va même jusqu’à dire :

Sans effort d’imagination, les mêmes recettes archi-recuites nous sont encore servies : un objet mystique capable de raser l’Univers […], un gros méchant monstrueux menaçant la Terre avec ses nuées de séides […], une bataille finale des héros contre ledit super-vilain dans une orgie d’images de synthèse.

Comment dire… Chacun a son avis, il faut respecter cela. Mais les films de super-héros sont des adaptations de comics qui ont été écrits pour certains il y a plus de 50 ans. Et oui, les histoires étaient parfois assez similaires. Mais Justice League n’est pas qu’un film, c’est surtout l’adaptation cinématographique d’une œuvre culte de comics. Si l’on n’aime pas les comics, il ne faut pas regarder de films de super-héros, sinon on risque de ne pas aimer, c’est sûr ! C’est comme faire la critique d’une comédie romantique et dire « et comme par hasard à la fin ils finissent ensemble ». L’intérêt se trouve autre part que dans le déroulement, certes attendu.

Malgré tout, je dois bien avouer que je n’ai pas été non plus surpris par les temps forts du film. Il n’y a en réalité aucun retournement de situation. Mais non seulement l’histoire était en partie déjà rédigée, non seulement nous l’avions déjà vécue à travers Justice League: War, mais en plus les nombreux trailers du film nous ont finalement dévoilé la majeure partie de l’intrigue.

Justice League Review My Geek Actu Allocine.pngC’est tout de même fou de voir que la presse juge le film Justice League comme mauvais, si ce n’est catastrophique, alors que les spectateurs sont prêts à lui attribuer une note 2x meilleure…

Arrow S04E23 Final Review My Geek Actu GIF Batman Facepalm

Publicités

(6 commentaires)

  1. Ta critique est très clivante. Perso je viens de me retaper BvS pour bien digérer le film. De l’ensemble des critiques que j’ai lu, j’en retire que le film souffre d’un manque de cohérence, tant stylistique que scénaristique. Contrairement à BvS, qui démontre d’une réelle vision et d’une réflexion sur la présence de demi dieux dans notre monde, Justice League semble se rapprocher plus d’un Avengers version 2012. Pas surprenant quand on sait que Whedon a fait des reshoots de scènes du film mais aussi des réécritures. Apparemment, d’après les premiers retours que je lis ( encore une fois je ne l’ai pas encore vu), il semble que le fait qu’il y ait eu 2 réalisateurs aux commandes soit plus que voyant, limite dérangeant. Les bonnes intentions ne font pas forcément un bon film. Quid de l’histoire ? Est-elle trop simple ? Est ce bien amené ? Y-a-t-il un véritable twist ( apparemment non) ? Les scènes sont-elles bien filmées ? Que vaut la musique ? Y’a-t-il des incohérences dans le film . Si oui, sont-elles gênantes ? Perso j’irai voir le film sans avoir de grosses attentes. Mes espoirs se placent plus sur le prochain film Aquaman que j’espère épique…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s