Films News Reviews

REVIEW – La Folle Histoire de l’espace

Lord Casque Noir – Avant que je te tue, il y a quelque chose que tu dois savoir qui nous concerne tous les deux, Yop Solo. Je suis le cousin du neveu du frère du père de ton premier copain de chambrée.
Yop Solo – Quel est notre lien de parenté ?
Lord Casque Noir – Nous n’en avons pas le moindre. C’est pour ça que ce qui doit arriver va t’arriver. Prépare-toi à mourir.

Il est bizarre ce Star Wars…

Depuis 2015, les fans de la saga créée par George Lucas peuvent être ravis. Entre Le Réveil de la Force, Rogue One (2016) et Les Derniers Jedi (2017), Star Wars revient en force (sans mauvais jeu de mots) sur nos écrans.

review Spaceballs My Geek Actu 3.jpg

Mais avant tous ces grands blockbusters, avant même la deuxième trilogie (sortie entre 1999 et 2005), il y a un film qui a vu le jour. En effet, en 1987, un ovni cinématographique est sorti au cinéma.

 Lord Casque Noir – Ainsi, Yop Solo, tu vois, le mal triomphe toujours parce que le bien ne peut pas faire de mal.

La Folle Histoire de l’espace (SpaceBalls de son titre original) est une comédie de science-fiction type space-opéra réalisée par Mel Brooks.

Review Spaceballs My Geek Actu 4

Synopsis

Dans une galaxie très, très, très, très lointaine, le terrible seigneur Casque Noir décide de voler l’air pur de la planète Druidia avec son imposant vaisseau, le Spaceballs One. Pour ce faire, il kidnappe la princesse Vespa, fille de Roland le roi de Druidia, pour l’obliger à désactiver le champ de force qui entoure la planète. Pour sauver sa fille et sa planète, le roi Roland engage deux aventuriers losers, le capitaine Yop Solo et son fidèle homme-chien Beurk légèrement endettés. S’ensuit une aventure délirante dans les confins de l’espace.

Le côté obscur de la blague

Vous l’aurez compris, ce film est une grosse blague parodiant les grands films de la SF, de Alien à Star Trek mais surtout et avant tout Star Wars !

19359418_10158866498000468_7398183731179028480_n.gif

Et les références sont nombreuses ! Lord Casque Noir pour Dark Vador, Yop Solo pour Han Solo, Pizza Rico (Pizza the Hutt en VO) pour Jabba ou même Yaourt pour Yoda, tout les personnages cultes de la saga sont grossièrement imités.

Review Spaceballs my geek actu 11.jpg

Mais au-delà de Star Wars et de la science-fiction, d’autres films célèbres ont été parodiés dans Spaceballs comme Les Aventuriers de l’Arche perdue, La Planète des Singes, Rambo, Blanche-Neige et les Sept Nains et Le Magicien d’Oz pour ne citer qu’eux.

Mais c’est un bon film quand même ?

Ne vous attendez pas à une réponse très nette de ma part car voyez-vous, j’ai grandi avec ce film, je l’ai déjà vu des centaines de fois et je le connais par cœur.

Ordinateur – Ce vaisseau va s’autodétruire dans 10 secondes exactement. Compte à rebours… 10… 9… 8… 6…
Président Esbrouffe – 6 ?! Oh, la s***pe ! Et le 7 ?
Ordinateur – Elle est bonne celle-là, non ?

Les films parodiques m’ont toujours bien fait rire, comme les Scary Movie pour les films d’horreurs ou les Y a-t-il…?. Certes c’est souvent de l’humour facile et potache mais ça fait pas de mal de temps en temps non ? Prenons un exemple assez récent : Lego Batman le film est, à peu près, une parodie de l’univers Batman. Il est drôle, efficace et bien amené. Eh bien pour moi La Folle Histoire de l’espace c’est un peu le même cas. Mais comme toujours, examinons point par point l’œuvre.

Review Spaceballs My geek actu 12

Pour la réalisation, nous avons un habitué des parodies aux commandes. En effet Mel Brooks est connu pour ses films humoristiques comme Frankenstein Junior, La Folle Histoire du monde ou encore Sacré Robin des Bois.

Alors forcément ne vous attendez pas à une grosse réal, nous sommes quand même sur une parodie (avec un budget de 22 700 000 $ ce qui est plutôt pas mal à vrai dire*). Les décors et costumes sont sympas mais ont un côté kitch (que j’adore), la mise en scène est simple mais bien faite, bref on pourrait dire que c’est un bon nanard sophistiqué.

22162781_10155593605030450_8966660789305868288_n.gif

De plus, beaucoup de choses sont quand même super bien trouvées et très drôles. Le cassage du quatrième mur avec la scène de la cassette (gif juste au dessus*), le texte défilant du début à la Star Wars qui se termine avec la notion « si vous arrivez à lire ceci, vous n’avez pas besoin de lunettes », le vaisseau de Yop Solo qui se nomme le Eagle 5 (car en plus d’être la parodie de Han Solo, Yop fait aussi référence à Luke Skywalker et donc c’est un mélange entre le Faucon Millenium de Han et Red 5 de Luke) ou encore la première apparition du vaisseau Spaceballs One qui dure … 2m30 ! D’ailleurs, pour ce qui est des effets spéciaux et maquettes utilisés pour le film Spaceballs, Mel Brooks a fait appel à la même équipe technique que pour Star Wars (donc du bon quand même).

review Spaceballs My Geek Actu 13
Faucon Millenium version Spaceballs nommé le « Eagle 5 »

Pour le scénario, bah c’est comme pour la réal, c’est une histoire parodique. Donc forcément plus léger mais ce n’est pas pour autant qu’il est mauvais. C’est drôle ! Bon, j’ai un sens de l’humour douteux alors chacun a son avis, mais par exemple quand le président dit « passez le désert au peigne fin ! » et que juste après nous voyons les soldats dans le désert avec des peignes à brosser le sable… ok ça me fait rire ! Yaourt (donc Yoda) n’enseigne pas la Force mais l’astuce et gère un trafic de marchandises à l’effigie du film et nous avons même le droit à un caméo de John Hurt et d’un xénomorphe à la fin (#Alien). Bref vous l’aurez compris, une histoire bien délirante avec un max de références farfelues.

22461188_10214224920358147_4531208037926436864_n.gif

Au casting, principalement des seconds couteaux (acteurs que l’on voit souvent dans des petits rôles). Bill Pullman dans le rôle de Yop Solo, John Candy en Beurk (le Chewbacca version Spaceballs), Rick Moranis pour le rôle de Casque Noir, Daphne Zuniga en princesse Vespa et même le réalisateur, comme à son habitude, joue pas un mais deux rôles : le président Esbrouffe et Yaourt. Sacré Mel Brooks !

 

Je vais être honnête, ils sont tous dans le sur-jeu, mais pas extravagant. Nous avons le droit à une bonne palette de grimaces et de grands gestes accompagnants chaque moment où ils parlent.

D’ailleurs, bien que je suis un grand défendeur de la VO pour un film, je vous conseille de le regarder en VF. Ola ola du calme ! Si je vous prescris ça, c’est juste par ce que les comédiens de doublages font bien leurs taff (il y a Richard Darbois les gars) et que les blagues incompréhensibles pour des non américains sont traduites (presque toutes*) de façon intelligente.

Lord Casque Noir – Qu’est-ce qui se passe dans ce truc ? Ça glougloutte, ça froufroutte. Vous appelez ça un écran radar ?
Colonel Saint-Cyr – Non, Seigneur. J’appelle ça une machine à café.

9-Spaceballs-quotes.gif

Conclusion

Bon, faut-il que je vous fasse un dessin ? J’ADORE CE FILM ! Pour moi c’est un des meilleurs films parodiques qui puisse exister. Chaque réplique est culte, chaque personnage est attachant (Lord Casque Noir est tellement excellent !) et Mel Brooks a ce don de briser le quatrième mur dans ses films d’une façon qui plairait bien à notre ami Deadpool. En bref, si vous ne connaissez pas encore Spaceballs foncez le voir ! Il a ce côté kitch qu’on aime dans les nanards. Et si vous connaissez n’hésitez pas à nous dire en commentaire ce que vous en pensez !

Sur ceux je vous laisse, j’ai un tour à faire avec Han Solo dans le Faucon Millenium, euh… avec Yop Solo dans le « Eagle 5 » !

review spaceballs my geek actu 1Z.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s