News Reviews Séries

REVIEW – Riverdale (série TV)

 « Our story is about a town; a small town and the people who live in the town. From a distance, it presents itself like so many other small towns all over the world… safe, decent, innocent. Get closer though and you start seeing the shadows underneath. The name of our town is Riverdale ».

C’est par ces mots qu’est introduite la nouvelle série de The CW intitulée Riverdale dont vous avez certainement entendu parlé ! Mais saviez-vous en revanche que ce phénomène était issu d’une série de comics ? Allez, on vous dit tout.

Si nous sommes à mille lieux des univers barbares de Game of Thrones ou encore de The Walking Dead, Riverdale n’est pas pour autant une promenade de santé pour les fans du petit écran. La série, dont la seconde saison vient de débuter, se présente comme le (bon) mélange entre un show adolescent rempli de drames en tout genre et celui d’un film noir savamment orchestré. Wait, what ? Comment ça, ce n’est pas possible ? Regardez et vous verrez bien.

giphy-downsized.gif

Pour rappel, Riverdale est une série télévisée américaine inspirée des personnages de l’univers Archie Comics, diffusée pour la première fois en janvier 2017. La série, diffusée sur Netflix également, est développée par l’un des directeurs créatifs de la maison d’édition, Roberto Aguirre-Sacasa ainsi que par le producteur et scénariste à succès, Greg Berlanti.

Archie Comics, késako ?

La maison d’édition américaine a été fondée en 1939 et portait à l’époque le nom de MLJ Comics. Cette dernière a été renommée en 1945 suite au succès sans précédent des aventures du jeune Archibald « Archie » Andrews. Le concurrent de Marvel et de DC Comics mise tout sur ce protagoniste, qui, en apparence n’a rien d’exceptionnel : c’est un simple lycéen toujours entouré par sa bande d’amis, qui n’a pas de super-pouvoirs. En revanche, le surnaturel y est parfois présent : en 2013, les scénaristes ont profité de l’omniprésence des morts-vivants dans la pop-culture pour lancer une apocalypse zombie sur Riverdale. Et ça a marché ! Archie Comics a également publié d’autres comics bien connus, tels que : Sabrina l’apprentie sorcière, Scooby-Doo ou encore les Pierrafeu.

archie-comics-series-riverdale-slice

Pour l’anecdote, les aventures d’Archie Andrews ont déjà été mises en scène au petit écran. « The Archie Show » (1968), « Archie: To Riverdale and Back Again » (1990), et « Archie, mystères et compagnie » (2000)… ça ne vous dit rien ? Bon c’est normal : ces adaptations n’ont pas eu le succès escompté, contrairement à celle de 2017, Riverdale.

Pourquoi Riverdale cartonne

Un scénario et des intrigues (souvent) bien ficelés

Au début de l’histoire, Riverdale est une petite ville tranquille (et un peu flippante) sans histoire. Enfin, ça, c’était jusqu’à ce que Jason Blossom disparaisse mystérieusement. Mais oui, vous savez, c’est le gars le plus populaire du lycée qu’on trouve dans toutes les séries du genre ! Du coup, vous vous en doutez bien, l’intrigue principale se concentre autour de la résolution de cette affaire. Et, évidemment, Archie et ses amis se mêlent à tout ça, sinon quel est l’intérêt. Sans surprise, le fil narratif de la série s’articule autour d’un mélange entre le policier, le drame adolescent et la romance. Dès le premier épisode, nous voyons venir (gros comme un camion) le triangle amoureux phare de la série et du comics également, j’ai nommé : Betty – Archie – Veronica. À côté de cela, les intrigues sont généralement bien calculées entre elles et parviennent fréquemment à nous surprendre. Les cliffhangers de fin d’épisode nous tiennent en haleine jusqu’à l’épisode suivant. Bonne recette pour faire revenir les téléspectateurs. Mais il faut néanmoins le souligner : parfois il arrive que les rebondissements soient un peu limites quand même. Autre point fort de la série : son ambiance sombre créé une atmosphère à la fois pesante et… fascinante.

riverdale1
Ça donne envie d’y aller…

Des protagonistes et des relations inter-personnelles fascinantes

Jughead, Veronica, Betty, Cheryl… tous ont leur personnalité et leur histoire bien à eux. Toutes sont extrêmement bien travaillées et complexifient les stéréotypes des personnages de lycée. Pourquoi tel personnage se comporte ainsi ? Nous découvrons tôt ou tard la raison, toujours liée à un passé mouvementé. Par ailleurs, les relations entre les personnages sont également étudiées avec soin. Je ne spoilerai personne sur les romances à venir ou en cours entre certains protagonistes, mais tout est fait en sorte pour que le téléspectateur se prenne au jeu. Cela vaut également pour les relations familiales qui sont au cœur même du show. Non seulement les parents ont eux aussi leur propre storyline mais on s’aperçoit qu’ils sont bien loin d’être des exemples pour leurs enfants. En ai-je trop dit ou pas assez ? Et bien entendu, l’amitié qu’entretient Archie avec sa bande de potes est mise en scène durant chaque épisode de la série. Les relations avec chacun d’entre eux est différente et est bien plus ambigüe qu’il n’y paraît. Les non-dits sont nombreux dans Riverdale

Un casting de choix

Qui dit personnages, dit forcément acteurs. Logique. Le casting de cette nouvelle adaptation des aventures d’Archie comprend à la fois de nouvelles têtes mais également des acteurs incontournables des séries télévisées américaines. Quoi qu’il en soit, la majorité des acteurs proposent des prestations de qualité et sont complètement crédibles dans leurs rôles.

e6f630080a88ae8e1db24a77a2ebbb05--riverdale-sad-riverdale-poster.jpg

La bande d’Archie est composée (presque) exclusivement de petits nouveaux :

  • K.J. Apa (Archie Andrews), acteur néo-zélandais dont c’est le premier grand rôle;
  • Lili Reinhart (Betty Cooper), comédienne américaine habituée aux séries US;
  • Camila Mendes (Veronica Lodge), jeune américaine n’ayant jamais joué à la télévision ni au cinéma;
  • Cole Sprouse (Jughead Jones) alias « Cody Martin » un des jumeaux diaboliques dans La Vie de palace de Zack et Cody, série Disney culte.
  • Madelaine Petsch (Cheryl Blossom), actrice américaine sans rôle important jusqu’à présent;

Pour ce qui est des parents, en revanche, les adeptes du petit écran les reconnaîtront : Luke Perry (Beverly Hills 90210), Marisol Nichols (24 heures chrono), Mädchen Amick (Twin Peaks), ou encore Skeet Ulrich (Jericho).

Le show en quelques chiffres

  • 2 saisons à son actif,
  • 14 épisodes (à la publication de cet article)
  • 2,3 millions de téléspectateurs au lancement de la saison 2,
  • 874545356546 retournements de situation rocambolesques.

En bref

Riverdale, c’est LA nouveauté incontournable de 2017. C’est un véritable mélange des genres télévisuelles qu reprend des codes qui ont fait le succès de certaines séries : Twin Peaks (oui, bon je sais je l’ai déjà cité mais c’est le meilleur exemple possible) pour son ambiance dark, Pretty Little Liars pour son côté adolescents qui mènent des enquêtes ou encore Glee pour le contexte « high school ».

giphy-downsized

Si le thème de l’amitié est omniprésent, celui de la quête d’identité et de l’émancipation sont de rigueur. Des questions que chacun peut se poser à tout moment, sont mises en évidence et mène le téléspectateur à la réflexion. Signe évident d’une série réussie, du moins pour l’instant ! Par ailleurs, The CW a d’ores et déjà annoncé un spin-off de Riverdale : le remake de la série culte Sabrina l’apprentie sorcière ! Cependant, ce sera beaucoup moins fun que l’adaptation précédente puisque cette nouvelle série sera plus dans la veine de L’exorciste et de Rosemary’s Baby… Ça promet !

La saison 2 a démarrée la semaine dernière et chaque nouvel épisode est disponible tous les vendredis sur Netflix.

P.S. : Riverdale n’est pas la seule série en cours de diffusion adaptée de comics : il y a notamment The Walking Dead, iZombie, Lucifer… et bien d’autres mais ça, ce sera pour un prochain article 😉

Publicités

(4 commentaires)

    1. Je comprends ce que tu veux dire. C’est vrai qu’en reprenant de nombreux codes issus d’autres séries, j’ai moi-même pensé cela. Or, je trouve que cette ambiance sombre, presque mystique et la complexité des relations (parfois malsaines) entre les personnages apportent une touche unique à cette série. Bien entendu, chacun son opinion 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s