TEST – No Man’s Sky : Atlas Rises

C’est parti pour la nouvelle version “totalement révolutionnaire” de No Man’s Sky avec Atlas Rises.

No Man’s Sky en 2 mots.

Pour ceux qui ne verraient pas de quoi je parle, No Man’s Sky c’est un jeu sorti en 2016 dont la promesse était énorme : nous offrir un jeu d’exploration en space opéra. Vous avez un vaisseau spatial et vous vous déplacez de planète en planète. Plus important encore : vous ne voyez jamais deux fois la même planète puisque celles-ci sont créées par un algorithme créant un espace infini. Le problème c’est que non seulement le jeu v1 était ennuyeux à mourir mais en plus les planètes étaient finalement assez moches. Jamais deux fois les mêmes, ok. Mais moches. Grosse déception donc chez les joueurs.

Avec l’amélioration/extension appelée Atlas Rises, Hello Games a vraiment tenté de relancer la machine et a même déclaré un truc du genre “ça y est, maintenant le jeu est fini”. Jamais trop tard.

No Man's Sky_20160815170519

Mon avis sur Atlas Rises

J’ai fait 3 sessions de jeu. Et bien je suis totalement désolé, mais je vous dois la vérité : je n’ai pas réussi. À chaque fois que je me disais “allez, on y va !” j’avais l’impression de m’asseoir sur le canapé du Joueur du Grenier pour tester un mauvais jeu. Sans rire. Je n’ai pris aucun plaisir à retrouver cette horreur.

Non seulement j’avais oublié à quel point le gameplay arcade est simple, raide et mauvais, mais le pire a vraiment été les quelques planètes sur lesquelles je suis allé : moches. Toujours.

La musique, ennuyeuse au possible n’ajoute rien. D’autant plus que comme le jeu ne vous donne que peu d’indications sur la marche à suivre (j’ai choisi de suivre l’histoire) vous pouvez rester bloqué comme un c** pendant 1h à tourner en rond.

No Man's Sky_20160815181529

L’interface a été légèrement repensée. Les menus sont maintenant plus lisibles mais créent une sensation de laisser aller. En gros “où sont les menus ?”. Je vous promets que j’ai essayé et essayé encore. Mais non, rien à faire. J’ai beau me dire “allez, cette fois sera la bonne” à chaque fois je finis par me dire “ah mais non, il est vraiment trop nul”. Je pense que la déception originale y est pour quelque chose. Alors après, peut-être que j’aurais dû insister et jouer plus longtemps. Mais vraiment, je ne pensais pas que ce serait à ce point là, mais c’est au dessus de mes forces.

Et puis c’est bête à dire, mais quand on a vu ce que c’était de contrôler un X-Wing dans Star Wars: Battlefront, impossible de prendre du plaisir avec notre minable petit vaisseau de No Man’s Sky. Impossible.

En conclusion :

Un grand DÉSOLÉ, mais même si j’ai essayé et essayé encore. Après la déconvenue du premier essai, je n’arrive vraiment pas à me remettre sérieusement (plus d’une heure) sur No Man’s Sky, même avec Atlas Rises. Ca m’énerve vraiment trop.

Hadrien JACOBEE

http://hadrienjacobee.com

Sith du web et fier Rédacteur en Chef de My Geek Actu. Passionné par les univers video-ludiques, les comics DC et les mangas. En gros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :