Manga News Reviews

REVIEW – Noragami

Mais comment ai-je fait pour passer à côté jusque là ?

Il y a moins de 2 semaines, je suis tombé sur le shônen Noragami que je ne connaissais pas jusque-là. Et j’ai tellement honte. Parce que ce manga, c’est une incroyable découverte !

Noragami (que l’on pourrait traduire par « Dieu errant » ou « Dieu égaré ») est écrit et dessiné par le duo de mangakas japonaises Adachitoka : Adaki et Tokashiki. En France, le manga est édité par Pika Édition depuis février 2015.

Noragami Review My Geek Actu Yato

L’histoire

Yato, le personnage principal, est un dieu. Mais pas genre un dieu célèbre et vénéré de tous, non, c’est un petit dieu tout minable dont personne ne connaît vraiment le nom.
Du coup, il cherche à tout prix à se faire connaître et parcourt le Japon à la recherche de prières à exaucer. Son objectif ? Pouvoir convertir assez de fidèles pour avoir enfin un temple à son honneur et être reconnu à sa juste valeur.

Noragami Review My Geek Actu Yato Poubelle

Cependant, son destin prend un tournant inattendu lorsqu’il croise Hiyori Iki, une jeune mortelle qui risque sa vie pour le sauver d’un accident de la route. Sauf que bon, comme c’est un dieu, il ne risque pas de mourir, lui. Suite au choc, la jeune collégienne, hospitalisée, échappe au pire. Alors qu’elle a évité la mort de peu, elle acquiert la capacité de séparer son âme de son corps et de voir les créatures (ayakashi) qui hantent notre monde. Elle décide alors de suivre Yato dans toutes ses galères, jusqu’à ce qu’il accepte de résoudre son problème.

Noragami Review My Geek Actu Anime

La vie, la mort, la mythologie

Ce qui pour moi donne une épaisseur dingue au shônen, c’est sa capacité à nous embarquer dans un monde qui n’est pas du tout le nôtre, un monde ultra complet, onirique au possible et qui donne une vie folle à la mort. Pourtant, ce monde qui n’est pas le nôtre y est profondément ancré. En effet, Yato est un dieu que les humains ne voient pas uniquement parce qu’ils ne font pas attention à lui, pourtant il est là. Il vit parmi eux.

Seules certaines personnes, celles qui se trouvent à la frontière entre le monde des morts, le higan, et le monde des vivants, le shigan, sont capables de cela.
Ce qui est le cas des dieux. Et de Hiyori.

Noragami Review My Geek Actu Yato Dieu

De même, les ayakashi, créatures peuplant les angles mort (espace entre le shigan et higan) sont en fait des ondes négatives. Lorsqu’elles tournent trop autour d’une personne, celle-ci déprime, voire passe du côté obscur. Les dieux, quant à eux, doivent éliminer ces créatures maléfiques afin que les humains les vénèrent le plus possible.

Noragami Review My Geek Actu Manga

Pour cela, les dieux ont ce qu’on appelle un ou plusieurs shinkis. Qu’est-ce qu’un shinki ? Ce sont de jeunes fantômes, perdus dans le higan, recueillis par un dieu. Lorsqu’un dieu leur donne un nom, ces fantômes deviennent en quelque sorte l’assistant du dieu. En cas de combat, le shinki peut se transformer en arme et ainsi aider son dieu à combattre, ce dont le dieu est bien incapable sans shinki.

Yukine, un jeune enfant, sera le principal shinki de Yato.

  La culture japonaise

Noragami n’est nourri que de références japonaises. En permanence, les deux mangakas cherchent à toujours plus ancrer la fiction dans le réel. D’autant plus que, comme le higan est invisible aux humains, il est facile de nous projeter et d’offrir ces images au monde qui nous entoure.

Noragami Review My Geek Actu GIF

J’imagine que ce sentiment doit être encore plus fort pour les japonais puisque les deux auteurs font références : aux mongoloïdes (taches asiatiques), au kannazuki (le mois sans dieu), aux noms de dieux (que pour la plupart je ne connais pas) qui sont tous réels. Par exemple, le dieu Tenjin que Yato croise, est réellement le dieu des lettres et des études dans le shintoïsme.

Noragami Review My Geek Actu Tenjin.png

Les apartés

Un des points qui m’a séduit avec Noragami, c’est la facilité qu’ont les mangakas à faire des apartés, à parler au lecteur en donnant son point de vue, en s’excusant sur la qualité de certains dessins, en osant raconter des histoires, en faisant (dans le premier opus) un magnifique hommage à Tadashi Kawashima.

Ainsi, on ne sait pas si, finalement, ce sont les mangakas ou si ce sont les personnages qui s’adressent à nous, créant une relation personnage – lecteur forte. Ces notes, souvent d’humour, permettent de donner une deuxième lecture à l’histoire et aux personnages, finalement assez complexes.

On pardonnera la publicité française dans laquelle on peut entendre « et enfin, il y a Yota »… comment dire. C’est Yato. Pas Yota. Pourquoi inverser ? C’est très joli Yato…

Mon avis

Noragami est une petite perle du manga japonais. Sans rien inventer, il offre tout.
Non seulement, c’est très bien écrit, l’histoire est passionnante et ultra prenante, mais en plus les personnages sont réellement attachants. Je suis complètement sous le charme et je vais continuer à découvrir les aventures de Yato, le « dieu malfaisant », avec plaisir !

Noragami Review My Geek Actu Manga Bishamon

Publicités

un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s