Jeux vidéo PC PS4 Xbox One

TEST – Fallout 4

Comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais, et le test sur Fallout 4 débarque sur My Geek Actu.

L’objectif ? Vous donner l’envie de vous lancer dans l’aventure Fallout, que vous soyez un vétéran des premiers volets 2D comme un néophyte n’ayant encore jamais mis les pieds en terre dévastée.

On a beau dire, si Bethesda Softworks est une compagnie de jeu-vidéo aussi célèbre – au point d’avoir eu les moyens de se mettre en place une petite conférence à l’E3 dernier – c’est notamment grâce à ses licences fortes dans le domaine du jeu de rôle : Fallout et The Elder Scrolls. Deux noms qui résonnent dans les têtes de nombreux joueurs PC comme d’anciens vestiges d’un temps révolu, celui où le libre arbitre dans un jeu-vidéo était encore une notion palpable et véritable but recherché. Si la société est aussi célèbre pour des séries diverses comme Evil Within, Dishonored, Doom, nous parlons bien-là de jeux développés en interne et non d’éditions.

L’origine d’un succès

Fallout 4_20151127183544
Et là, c’est le drame.

Et c’est là le véritable tour de force de Bethesda Softworks : affiner et redéfinir ses joyaux qui ont fait d’elle l’une des entreprises du jeu-vidéo les plus reconnues. Après avoir eu un succès retentissant avec The Elders Scrolls : Skyrim, les développeurs ont décidé cette fois-ci de retourner en terre désolée et d’exprimer le meilleur de leur side-universe : Fallout.

Après un troisième volet en demi-teinte, rattrapé par un add-on de haute voltige (new Vegas), c’est peu dire que ce Fallout 4 était attendu au tournant. Verdict ? Une réussite, et surtout, une belle promesse. Une promesse, car c’est en ressortant de la centaine d’heures de jeu que nous accorde Fallout 4 (en ayant pris le soin de faire toutes les quêtes proposées) que l’on comprend à quel point l’aventure proposée par Bethesda se vit de l’intérieur : si le personnage principal a autant de charisme qu’une goule sauvage, c’est pour mieux s’approprier cet environnement, véritable personnage de ce volet, le Commonwealth.

À la suite d’une mésentente internationale, finissant à coup de bombardements nucléaires, notre petit héros, ex-soldat, vivant une vie paisible dans son lotissement typique rétro-futuriste américain avec sa femme et son enfant, voit sa vie basculer. Que dire donc de cette magnifique scène d’introduction qui nous rappelle parfois que les scènes scriptées, ça a du bon. Mais vraiment. Cela faisait un moment que je n’avais pas apprécié chaque petit recoin d’un événement déterminé dans un jeu-vidéo, et autant le dire, ce Fallout pose les bases de l’ambiance dès ses premières minutes. C’est alors que l’on se retrouve, comme il est maintenant de coutume dans la série, cryogénisé dans un abri de protection anti-atomique à quelques kilomètres sous terre. Et la vraie vie commence alors quand on y sort, afin de retrouver les membres de sa famille, dans ce monde dévasté par les bombes et près de deux cents ans plus tard…

Il en Fallout de peu

Fallout4_E3_GarageRun.0
Canigou, premier PNJ immortel à vous accompagner, le seul qui ne se plaindra pas.

Nous voilà face aux nouveautés qui frappent dans ce Fallout 4 : c’est assez joli. Cela nous change de la neige de Skyrim ou l’horizon désertique de Fallout 3, on a ici des terrains dénivelés, des forêts saccagées, des terrains marécageux, des villes en ruines… du beau paysage à voir ! D’autant que le temps encore une fois, varie aléatoirement et que la vie des PNJ (Personnages Non-Joueurs) se fait avec ou sans vous. Et ces PNJ, parlons-en : ils seront, au fil de vos avancées, vos meilleurs amis ou vos meilleurs ennemis. Pour pouvoir prendre en charge vos missions, il vous faudra parfois améliorer le train de vie de vos compagnons, qui réclameront une vie paisible, pleine de nourriture et d’eau irradiées. À vous donc de mettre en place, tel un shérif en ville, un soupçon de loi et d’ordre dans les villes/villages/bidonvilles qui seront vos terrains d’accueil.

Dès lors, à vous de décider, car ce Fallout emprunte aux Sims plus que jamais : améliorer l’apparence de vos QG de guerre en les décorant d’objets divers, du tableau qui représente un chaton dans sa plus belle pose, au jukebox qui diffusera les musiques très « fifties » qui se baladent sur les ondes de Diamond Radio. Vous pourrez également renforcer les défenses (tourelles automatiques, barricades de défenses, mines etc.) et l’aspect financier de vos bases via des boutiques à développer, permettant de générer des bénéfices et recettes quotidiennes. L’argent étant toujours basé sur les capsules de Nuka Cola, la boisson énergisante super sympa qu’on aimerait retrouver dans nos supermarchés, mieux vaut en avoir que de se retrouver à court. Car l’argent compte plus que tout dans ce Fallout : acheter des munitions deviendra presque un impératif tant elles partent vite lors des échauffourées.

Vault-Tec

Fallout-4-weapon-modding-730x411
Personnalisez vos armes de A à Z.

Les combats, parlons-en, sont toujours aussi dynamique et sympathiques, la vue SVAV (Système de Visée Assistée Vault Tec) permet toujours de cibler des points précis d’un ennemi (ou allié !) pour lui faire perdre tête, bras, jambes selon les besoins de la situation. Et autant dire que cela n’a jamais été plus que jouissif : les armes étant nombreuses et variées, soumises à fabrication et personnalisation via des ateliers que vous développerez dans vos bases ou trouverez sur votre chemin, vous allez vous amuser à trouver la meilleure panoplie possible pour dézinguer du pillard, de la goule sauvage, du chien errant ou des cybernétiques. La personnalisation des armes par ailleurs, est très bien réalisée et vraiment pensée pour nous amener à toujours y retourner. C’est bien simple, la quasi-totalité des objets que vous trouverez sur votre chemin, du tournevis à la boîte en plastique, pourra servir à construire ou améliorer armes, armures ou armures assistées.

Ces armures assistées, comme auparavant, sont vos meilleures amies, plus encore que vos compagnons qui, bien qu’immortels, auront tendance à oublier de tirer ou vous suivre correctement. Ces amures peuvent être améliorées également, mais les outillages et matériaux nécessaires coûtent cher, tout autant que leurs ressources nucléaires leur permettant de fonctionner. C’est bien simple, chaque armure vous octroie un bonus conséquent en défense – sans oublier que vous pouvez chuter d’un immeuble sans vous faire une égratignure – et en charge (vous savez, le poids en objets que vous pouvez porter sur vous, autant le dire, c’est un bonus non-négligeable dans ce jeu). Mais cela a un prix : pour fonctionner, elles ont besoin d’énergie nucléaire, et cette dernière n’existe dans ces terres désolées que grâce aux réacteurs à fusion. Ils valent leur pesant de capsules car suffisamment rares dans l’univers du jeu. À vous de les trouver au cours de l’un des nombreux donjons du jeu, ou d’en acheter à prix sérieusement coûtant chez certains marchands.

La pneumoniiiiie

fallout-4-leak-3_j62p.jpg
Le Pip-Boy, encore plus réaliste, on y croirait.

Fallout 4 n’est pas avare en donjons, ici symbolisés par des usines, des châteaux en ruine, des immeubles, des universités, des commissariats, des boutiques, en bref, des endroits qui autrefois étaient bordés de vie. On y retrouve par ailleurs des traces d’une vie joyeuse, ou triste, selon les lieux visités, une histoire se ressent quand on croise des squelettes de ce qui étaient des gens normaux en train de faire leurs courses, ou leur sport, ou boire un coup au bar du coin, ou en train de déterrer des morts dans un cimetière… Des situations un peu loufoques par moment, qui font tout le charme d’un Fallout. Toujours équipés de votre Pip-Boy, cet ordinateur portatif en forme de gros, gros bracelet, vous aurez toujours à portée de main l’état de votre santé, votre évolution mentale (dépendance aux drogues), la carte de l’environnement et des quêtes à suivre etc. Ce dernier vous permet également de capter la radio, d’écouter des enregistrements ou d’améliorer vos compétences en distribuant les points acquis.

L’arbre des compétences est assez large pour vous permettre de bien définir votre personnage, être le meilleur des espions furtifs par exemple, savoir crocheter les portes sans difficulté, pirater des ordinateurs ou des robots pour les transformer en alliés, porter plus de charge, être plus agile au pistolet, appeler un ami en renfort à la dernière minute pour vous sauver la vie, tant de possibilités ouvertes pour faire de ce personnage principal, votre personnage !

Vous l’aurez compris, ce Fallout 4 regorge de possibilités, de nouveautés, et d’améliorations qui font de lui ce que Fallout 3 aurait dû être. Mais au final que retient-on de l’expérience globale ? Une aventure forte, bien temporisée, qui pousse à aller de l’avant, à découvrir le fin mot de l’histoire sur la disparition de son fils, à former, déformer ces alliances folles avec des protagonistes, pour voir jusqu’où cela peut aller. Et à faire les fous, de temps en temps, en anéantissant un village tout entier. Pour le plaisir.
Et le plaisir est bien là, pour peu que l’on accroche au système de jeu et à cette lenteur globale, tant dans les déplacements que dans l’évolution. Et c’est tout ce qui compte.

On attend avec impatience le véritable premier add-on, qui apportera une profondeur supplémentaire à cet univers qui n’a rien à envier à celui de Mad Max. Et le prochain The Elder Scrolls.


logo MGA avisNote : 17/20


Graphisme : 15/20
Univers: 18/20
Profondeur et durée de vie : 19/20
Jouabilité : 18/20
Accessibilité : 16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s