Films Reviews

REVIEW – Captain America : Civil War

Whose side are you on ? Autrement dit « De quel côté êtes vous ? ».
Ça vous rappelle quelque chose ? Nous aussi.

Captain America: Civil War est le 13ème film du Marvel Cinematic Universe (aka MCU), réalisé par Anthony et Joe Russo, sorti en France le 27 avril 2016. Produit par Marvel Studios et distribué par Walt Disney Studios Distribution, le film est basé sur les comics du même nom sortis à partir de 2006. Premier épisode de la troisième phase du MCU, le film fait directement suite aux événements d’Avengers : L’Ère d’Ultron.

L’affrontement

Suite aux différents dégâts produits par les Avengers, les gouvernements s’inquiètent des pouvoirs des Avengers et l’opinion publique commence à les craindre. Tony Stark propose alors de signer des accords proposés par l’ONU, les Accords de Sokovie (ce qui reste plus « correct » que le Superhuman Registration Act proposé dans le comics). Ces accords commencent à diviser les Avengers : le Captain et Tony Stark laissent entrevoir une petite querelle de couple. Petite querelle qui va s’intensifier lorsque le Soldat de l’Hiver, (enfin le premier, enfin vous comprendrez, enfin Bucky) qui semble être la cause d’attentats et est alors poursuivi par un groupe d’Avengers mené par Iron Man. Le Soldat de l’Hiver sera cependant protégé par Steve Rogers qui souhaite, comme à son habitude, protéger son ancien ami, seul lien restant avec son passé. La dispute de couple prend du galon. Pour finir, à la tête de ce méli-mélo, un homme est décidé à se venger en poussant les Avengers à s’affronter plus sérieusement encore afin de « détruire l’empire de l’intérieur ».

Au centre du film, et de ses affrontements, se trouve la question suivante : les Avengers doivent-ils répondre de leurs actes à un ordre supérieur, qui aurait la capacité de les contrôler, ou doivent-ils rester des électrons libres, capables d’agir quand bon leur semble ? Ce qui est bien amené dans le film, très bien même, à tel point que je me suis posé moi-même la question en sortant du film : de quel côté suis-je ? Et finalement il est très difficile de répondre car je suis d’accord avec les deux personnages.

Civil War Review My Geek Actu
On retrouve cette superbe scène dans le film

Voyons ensemble le découpage des équipes :

Team Iron Man :

  • Iron Man
  • Black Widow / La Veuve Noire
  • Vision
  • War Machine
  • Black Panther
  • Spiderman

Team Captain America :

  • Captain America
  • Red Witch / La Sorcière Rouge
  • Winter Soldier / Le Soldat de l’Hiver
  • Hawkeye / Oeil de Faucon
  • Le Faucon
  • Ant-Man

En somme, du beau monde, surtout pour un film Captain America et non Avengers. D’ailleurs, je me demande pourquoi Marvel a choisi ce nom car l’histoire n’est pas particulièrement tournée vers le personnage de Steve Rogers. Mais bon.

En terme de réalisation, les frères Russo font leur boulot : de nombreuses scènes de début de films ne seront rappelées et expliquées qu’au dénouement.

Tout est une question de ton

Ce qui est surprenant avec Captain America : Civil War c’est l’utilisation du ton.
Le sujet amenant indéniablement des échanges tendus, le film pourrait naturellement tendre à être assez sombre et froid (car très politique finalement). Le fait est, vers la fin de celui-ci, les personnages d’Iron Man et de Captain (+Bucky) combattent « à coups réels » avec la réelle envie de blesser l’autre. Le fait est, qu’il y a des blessés.

À d’autres moments cependant, comme par exemple la très bonne scène d’affrontement des deux équipes (au complet cette fois-ci) dans un aéroport, les personnages sont beaucoup plus détendus, parfois très drôles voire, trop drôles.

En réalité tout le long du film, on comprend que le sujet est très politique, très sérieux et que certains affrontements sont très froids, mais au delà de ça, on sent l’influence et la pression Disney pour que le long-métrage soit un film « tout public quand même ».

Movie Civil War Review My Geek Actu

Captain America ou Avenger ?

C’est une vraie question que l’on est en droit de se poser car le film met en scène tellement de personnages connus et nouveaux qu’il n’a plus rien d’un film solo Captain America classique.

Pour cause, le film nous fait découvrir un beau panel de nouveaux super-héros intégrant la grande famille des Avengers :

    • Black Panther : découvert par les fans de comics dans Fantastic Four #52 en 1966, Black Panther ana T’Challa est dans un sens le troisième protagoniste principal du film. Pour cause, un grande partie du scénario tourne autour de lui (mission à Lagos, ONU, attentat au Wakanda, etc.). Ainsi, le prince héritier du Wakanda (seul endroit au monde où l’on peut trouver du vibranium – vous savez, ce métal cherché à tout prix par Ultron dans Avengers : Age of Ultron) va finalement guider le film par une volonté de vengeance et va enfin rejoindre les Avengers (ou du moins une partie). Le personnage est royal, intègre, très mature et réfléchi. Je ne peux d’ailleurs m’empêcher de le comparer au personnage de DC, Bruce Wayne.
    • Spiderman : Peter Parker, joué par Tom Holland (qui n’est jamais que le 3ème acteur en moins de 10 ans sur le rôle) est un gamin, enquiquinant et savoureux.
      Marvel nous propose là une jeune, très jeune araignée qui ne vit plus du tout accablée de toutes parts par les tourments incessants de la vie (et bam! Sam Raimi). Dans Civil War, Spiderman est tel qu’il est dans les comics Spiderman Unlimited et Ultimate Spiderman, à savoir drôle, incroyablement drôle, très décalé, voire insupportable (à cause de son débit de paroles). Très fidèle à son nouveau mentor Tony Stark, il ne semble pas encore avoir conscience de ses pouvoirs, ce qui est particulièrement frais. Pour le coup, oubliez le « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » très sérieux du tonton car cette proposition de Spiderman semble ne rien en avoir à faire. Et j’adore ! C’est une vraie belle révélation.
    • Sharon Carter : nièce du fameux Agent Carter (Peggy Carter, premier amour de Steve Rogers, rencontré dans Captain America : First Avenger) se trouve être un nouveau personnage (joué par Emily VanCamp au fait) plutôt intéressant au premier abord, mais qui finalement n’est posé dans le film que pour satisfaire le public féminin avec une romance parfaitement inutile.
    • Ant-Man / Giant Man : bon, on le connait déjà certes, mais il s’agit de la première fois qu’il rentre vraiment dans un film Avengers. En somme, le personnage n’est pas désagréable et m’a même fait sourire à quelques reprises. Cependant, il est plutôt moins intéressant que dans son film solo.

Et les ennemis dans tout ça ?

En premier lieu, le film met en scène le vilain Crossbones, alias Brock Rumlow, qui, en définitive (alerte spoiler) n’occupe pas un rôle important du tout. Ne regardez pas Captain America : Civil War pour voir Crossbones car vous ne le verrez que les 10 premières minutes. Voilà, c’est dit.

Le réel « super-vilain » du film est en réalité le baron Zemo, interpreté par Daniel Brühl. Vous ne savez ou comprenez pas qui c’est ? C’est normal, il ne s’agit pas (selon moi) d’un personnage majeur. Dans cette version, le baron est un ancien militaire originaire de Sokovie dont toute la famille a été tuée lors de la bataille finale du film Avengers : Age of Ultron. Ce pourquoi, conscient de son incapacité physique à s’attaquer aux Avengers, il décide de (alerte spoiler) les manipuler et de les monter les uns contre les autres.

En somme le plan n’est pas mauvais. C’est juste dommage que Batman v Superman : l’Aube de la justice nous ait offert le même scénario quelques semaines plus tôt.

Es-tu fidèle mon amour ?

Euh… la bonne ou la mauvaise nouvelle ?
Tout d’abord il faut préciser que les comics « crossover » Civil War sont très complexes. Ils sont résolument modernes et mettent en scène de très nombreux protagonistes. Il était donc particulièrement difficile pour Marvel de les inscrire dans le MCU. Pour cause, il aurait fallu développer de façon conséquente l’histoire et un seul film n’aurait pas suffit.

Sur le fond, le principe des comics est là mais le propos a été fortement adouci et l’on reste tout même très éloigné de l’histoire originale.

Les comics proposent une guerre civile dont le point de départ est une explosion dans une école (bataille dans laquelle les New Warriors prennent part), le gouvernement décide alors de prendre les choses en main et demande à ce que toutes les personnes dotées de super-pouvoirs soient alors fichées car elles représentent un danger potentiel.
Les avis divergent entre Tony Stark et Steve Rogers qui s’affrontent alors, divisant l’équipe des Avengers.
Dans les comics, Spiderman aurait dû changer de camp car il se rend compte, trop tard, qu’il tient à sa liberté et que les accords ne le satisfont pas.
Dans les comics, le Punisher tient un rôle central, Black Panther se tient aux côtés du Captain, à l’instar des mutants. L’équipe d’Iron Man étant en sous-effectif, il décide de prendre à ses côtés des super-vilains, ce que Captain America copie, etc.

 

Comics Civil War Review My Geek Actu

Dans les comics, Captain America se fait tuer (par Sharon Carter qui a subi un lavage de cerveau par Hydra). Les fans attendaient d’ailleurs, avec impatience ou avec inquiétude, de connaître l’issue du film Captain America : Civil War et ainsi savoir si, oui ou non, le personnage allait mourir à la fin du film. Mais voilà, Disney prend les rênes. Disney refuse d’arrêter de produire des figurines Captain America, trop d’enfants l’adorent.

Captain America Civil War Review My Geek Actu

 

OST :

Concernant l’Original Soundtrack rien à dire, je n’ai été ni conquis ni déçu, je n’y ai pas fait attention.

Conclusion :

Dans ce film, Marvel n’a pas traité le sujet des comics Civil War, elle s’en est inspirée pour proposer, aux fans grand public des Avengers, une histoire nouvelle (mais dans laquelle on se perd un peu) en cohérence avec l’ensemble de ses films antérieurs, de son univers. Ainsi, Captain America : Civil War aurait tout à fait pu s’intituler Avengers : Civil Fight.
J’ai beaucoup ri et beaucoup apprécié le film mais la réalisation et la production auraient vraiment dû pousser le film à être plus sombre et à ainsi se détacher du ton « Avengers » classique, sujet oblige. Personnellement j’accorde beaucoup de crédits aux réalisateurs capables de prendre de réels parti-pris, comme l’a fait Zack Snyder récemment.

Cependant, je dois reconnaître que le film vaut le coup d’être vu, si ce n’est que pour ses révélations et l’introduction de ses nouveaux personnages très rafraîchissants.

Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?
Faut répondre dans les commentaires ! On aime les commentaires 🙂

 

Add-on : Je voudrais remercier Mister O, fondateur et rédacteur pour le site Génération Strange, pour son aide d’analyse concernant la fidélité du film envers les comics. Je vous invite d’ailleurs à aller découvrir son site.

Publicités

(12 commentaires)

  1. Moui, c’est un (petit) navet en ce qui me concerne. Gentiment moisi, le genre que j’ai regardé pour la badassitude de Buck étant donné qu’on nous a clairement floué sur le scénario. Aucune profondeur, aucun enjeu véritable si ce n’est des petites vendettas personnelles, chacun dans son coin, en occultant totalement le propos initial. Bref, une bonne grosse déception à laquelle je ne m’attendais au vu de la noirceur et de la tension que dégageaient les bandes-annonces (faut vraiment que j’arrête de me fier à ce que je vois dans les teasers, à chaque fois, ça me pète le moral en deux).

    Et puis le personnage de Black Panther, heu, juste WHAT.THE.FUCK. « Je suis noble, je suis ténébreux, je suis taciturne et je vengerai la mort de mon papa parce que j’en ai ranàfoutre de vous, j’veux juste écorcher vivant Bucky, allez bisous ». Tout ça devant une Black Widow neurasthénique pendant que Tony Stark s’achète une conscience en trois secondes chrono devant un ascenseur de service et que Captain America devient un sombre connard imbu de lui-même (sans parler du ridicule du méchant et de l’inexistence totale de ses motivations).

    Tristesse 😥

    J'aime

    1. Personnellement j’ai trouvé que Black Panther promettait de jolies choses pour l’avenir. Robert Downey Stark quant à lui joue quand même pas mal du tout !
      Par contre Black Widow est effectivement complètement inutile, sans parler d’Ant Man. Mais pour le coup je n’ai pas trouvé Buck génial moi…

      J'aime

  2. Pourquoi traduire « Who’s side are you on »? Prendre le lectorat pour des anglophobes? Sachant que sur l’image juste à gauche il est écrit « WHOSE side are you on »
    J’dis ça j’dis rien 😉

    Who’s ou Whose
    Tous deux se rencontrent en début de questions et leur prononciation est la même.
    Mais leur sens est différent.
    * Who’s = who is et interroge sur l’identité : Qui? Who’s this man? Qui est cet homme?
    * Whose interroge sur le possesseur : A qui? Whose book is it? A qui est ce livre?
    (source: http://www.anglaisfacile.com/exercices/exercice-anglais-2/exercice-anglais-19454.php)

    Tous mes voeux de réussite pour votre site en tous cas.

    J'aime

    1. Merci Xavier pour cette précision ! Nous essayons au maximum de réduire ce genre de fautes et vous remercions donc de votre participation. J’espère que le contenu de l’article vous aura satisfait (:

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s